/news/transports
Navigation

Transport interurbain par autobus: Québec débloque 10 M$ en aide d’urgence

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault accorde 10 millions de dollars pour venir en aide aux entreprises de transport interurbain par autobus, durement touchées par la pandémie, après qu'Orléans Express, la semaine dernière, eut annoncé la suspension de plusieurs de ses liaisons.

• À lire aussi: Orléans Express: une solution exigée avant l’interruption de service

• À lire aussi: Orléans rangera des autocars dès le 7 février

Cette somme s’ajoute à une autre de 8 millions $ annoncée en juillet pour les mêmes raisons.

«Le transport des personnes étant un élément clé de la reprise économique du Québec, cette somme permettra de faciliter la relance des liaisons entre les principaux centres urbains du Québec ainsi que la relance des liaisons régionales secondaires, le tout afin de répondre aux besoins de l'ensemble des citoyennes et des citoyens», a indiqué le cabinet du ministre des Transports, François Bonnardel, par voie de communiqué, mardi.

Le programme est en vigueur jusqu'au 31 mars 2021, et les dépenses admissibles sont celles qui ont été engagées par les transporteurs depuis le 17 octobre 2020, précise-t-on également.

La FQM applaudit

Cette annonce a été saluée par la Fédération québécoise des municipalités (FQM) qui avait demandé au gouvernement Legault d’agir rapidement pour éviter des ruptures de services pour des régions comme la Gaspésie et le Centre-du-Québec.

Néanmoins, cette autre crise dans le secteur du transport interrégional fait dire à la FQM qu’une réflexion est nécessaire concernant «le modèle actuel qui favorise malheureusement la desserte des liaisons les plus rentables au détriment des régions».

« Il faut éviter de retomber dans une situation où les municipalités sont prises en otage par une entreprise telle que Keolis Canada, qui décide unilatéralement de mettre fin à un service essentiel comme nous venons de le connaître », a fait valoir Jacques Demers, président de la FQM, maire de Sainte-Catherine-de-Hatley et préfet de la MRC de Memphrémagog, par communiqué.

L'Union des municipalités du Québec a abondé dans le même sens. «Québec a fait son bout de chemin, c’est au secteur privé maintenant de faire le sien», a avancé le premier vice-président de l’UMQ et maire de Gaspé, Daniel Côté, en faisant allusion à Keolis Canada.

L’intervention du gouvernement du Québec survient une semaine après l’annonce par Keolis Canada, la maison-mère du transporteur Orléans Express qui est le joueur le plus important dans le domaine du transport interurbain par autobus au Québec, de la suspension de plusieurs de ses liaisons à compter du 7 février prochain.

À la fin du mois de mars 2020, le transporteur Orléans Express avait suspendu déjà toutes ses liaisons avant de reprendre progressivement ses services interurbains en juillet. L'entreprise de transport dit souffrir financièrement de la crise de la COVID-19 et des consignes sanitaires promulguées pour endiguer le virus.

Invité à indiquer si l’aide de Québec allait lui faire changer d’idée concernant la suspension prévue de plusieurs de ses services le 7 février, Keolis Canada n'a pas été en mesure de répondre aux questions de l’Agence QMI mardi.