/news/coronavirus
Navigation

Plus d'un an pour résorber les retards en chirurgie, croit un chirurgien

Coup d'oeil sur cet article

Si les annonces du gouvernement Legault sont plutôt bien accueillies par les chirurgiens, ces derniers estiment qu’il faudra beaucoup de temps pour un retour à la «normale».

«Pour la chirurgie, nous sommes tributaires de l’aspect de la vague. Donc si ça recommence à aller vers le haut, ça va être inquiétant, surtout dans un contexte où on commence à faire de moins en moins de délestage», a expliqué mercredi le Dr Serge Legault, président de l'Association québécoise de chirurgie, en entrevue à LCN.

Selon le Dr Legault, les prochaines semaines seront déterminantes pour le réseau de la santé.

«C’est un pari risqué d’après moi, mais aussi un pari nécessaire. Je pense qu’il faut que les gens aient un peu d’oxygène», a-t-il plaidé lorsqu'interrogé sur les premières mesures de déconfinement annoncées mardi.

Le médecin a expliqué que depuis le début du mois de janvier, il n'a pu opérer qu’une seule patiente, au lieu de 25 en général.

Le président de l'Association québécoise de chirurgie a indiqué que tout le monde travaillait à résorber le plus possible les retards dans les opérations. «Si on a une opportunité dans les prochaines semaines de rehausser la cadence au bloc opératoire, il faut la prendre. Il va falloir prendre toutes les petites miettes que le système nous donne», a-t-il dit.

«On est à travailler pour essayer de trouver comment on va faire pour résorber tout cela. Mais de dire que ça va être résorbé à la fin de l’année, c’est croire au père Noël. Ça va prendre beaucoup plus de temps que ça», a ajouté le médecin en qualifiant le tout de «gros gros gros défi que nous allons essayer de surmonter».

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres