/world/europe
Navigation

Spoutnik V: «aucun blocage» pour son utilisation s'il «correspond aux normes scientifiques» (ministre français)

Spoutnik V: «aucun blocage» pour son utilisation s'il «correspond aux normes scientifiques» (ministre français)
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Paris | Le vaccin russe contre la COVID-19, Spoutnik V, pourra être distribué en France s'il correspond aux «normes scientifiques» et aux «exigences» européennes, a déclaré mercredi le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. 

«Si Spoutnik est validé, homologué par l'Agence européenne du médicament et en France par la Haute autorité de santé, il n'y a aucun blocage pour qu'il soit diffusé, s'il correspond aux normes scientifiques et aux exigences de robustesse et de contrôle qui s'imposent en Europe», a-t-il dit sur la radio Europe 1.

«Les vaccins n'ont pas de nationalité. L'important, c'est d'avoir un médicament qui marche», a relevé le ministère français des Affaires étrangères.

La chancelière allemande Angela Merkel s'est déjà dite mardi ouverte, sous condition, à l'idée d'utiliser le vaccin anti-COVID russe en Europe, après la parution de résultats scientifiques positifs sur son efficacité et pour accélérer la campagne de vaccination.

Au sein de l'Union européenne (UE), la Hongrie est le seul pays à avoir déjà autorisé ce vaccin sans attendre que l'Agence européenne des médicaments se prononce. Ce pays a reçu mardi 40 000 doses du vaccin russe. 

«La Hongrie mange un peu à tous les râteliers, car elle bénéfice du cadre européen; sans le cadre européen elle n'aurait pas les vaccins Pfizer Astra Zeneca et elle mène des procédures seule avec la Chine et la Russie», a critiqué mercredi le secrétaire d'État français aux Affaires européennes, Clément Beaune.

«Tous les vaccins sont les bienvenus (...) mais il y a des procédures. On ne va pas administrer un vaccin pas vérifié, personne ne le veut», a-t-il ajouté sur la chaîne LCI, assurant qu'il n'y avait pas de «nationalisme antirusse». 

Le vaccin Spoutnik V, sujet jusqu'ici à controverses, est efficace à 91,6 % contre les formes symptomatiques du Covid-19, selon des résultats publiés mardi dans la revue médicale The Lancet et validés par des experts indépendants.