/sports/football
Navigation

Chiefs: Tyreek Hill et Travis Kelce forment un duo redouté à travers la NFL

En deux matchs dans les présentes séries, Travis Kelce et Tyreek Hill totalisent déjà 509 verges de gain.
Photo AFP En deux matchs dans les présentes séries, Travis Kelce et Tyreek Hill totalisent déjà 509 verges de gain.

Coup d'oeil sur cet article

L’un achève lentement sa proie avec son gabarit imposant et des dispositions athlétiques hors du commun. L’autre préfère surprendre l’ennemi par sa vitesse exceptionnelle. Rares sont les combinaisons aussi létales que celle de Tyreek Hill et Travis Kelce chez les Chiefs pour achever l’adversaire.

Avec Patrick Mahomes qui leur distribue le ballon, il s’agira sans contredit de la menace la plus explosive face aux Buccaneers dimanche lors du 55e Super Bowl. 

  • Écoutez le balado La Zone payante ci-dessous:  

«Je ne suis pas très excité à l’idée d’affronter Hill, Kelce et Mahomes», a grimacé l’entraîneur-chef des Buccaneers, Bruce Arians, en ajoutant que le défi serait «formidable».

Kelce, c’est l’ailier rapproché toujours fiable, qui excelle dans toutes les facettes du jeu et que le quart-arrière Patrick Mahomes peut repérer partout quand le terrain se transforme en jungle.

Hill, c’est le petit ailier espacé qui peut s’aligner à n’importe quelle position pour sournoisement courir sur des tracés variés et mortels.

À eux deux, en finale de conférence, ils ont dansé sur la dépouille des Bills après avoir capté 22 passes pour 290 verges et deux touchés.

Plusieurs excellents duos ont sévi dans la NFL au fil des ans, mais il devient de plus en plus difficile d’en imaginer un aussi redoutable que la paire de Kelce et Hill. Les deux terreurs peuvent-elles être considérées comme l’un des plus dangereux tandems de tous les temps?

«Sans aucun doute», a répondu du tac au tac Travis Kelce quand la question lui a été posée. Nous n’en avons jamais discuté ensemble lui et moi, mais nous savons de quoi nous sommes capables et à quel point le succès de l’un dépend de l’autre.»

Des chiffres destructeurs

Dans les présentes séries, les deux ont fait des ravages. Hill a établi un record de franchise face aux Bills avec 172 verges. Plus tôt cette saison, il avait anéanti les Buccaneers avec 269 verges et trois touchés.

Quant à Kelce, il revendique cinq matchs d’au moins 100 verges en carrière en séries, un record dans la ligue à sa position.

«Pour un gars de sa stature [6 pi 5 po et 260 lb], Kelce est très agile et léger dans ses mouvements. Quand je le regarde, je me dis: "C’est sérieux? Un gros bonhomme comme ça peut courir sur de tels tracés? C’est fou comme ce gars-là est bon!"

«Autant lui que moi, nous ne sommes pas trop dans les chiffres. On veut tous les deux réaliser le gros jeu, mais c’est la victoire qui nous intéresse. On essaie de s’aider à être les meilleurs», a mentionné Hill au sujet du duo terrorisant qu’ils forment.

Mahomes comblé

Autant les projecteurs sont tournés vers Patrick Mahomes chez les Chiefs, autant le quart-arrière reconnaît que de sauter sur le terrain avec des jouets comme Hill et Kelce lui facilite drôlement la vie.

«Ce qui les rend aussi dominants, c’est qu’ils se complètent à merveille. Le fait que Tyreek peut battre la couverture homme à homme et réaliser de gros jeux en profondeur ouvre le milieu du terrain à Travis. C’est ce qui fait d’eux un duo si dynamique. Je suis bien heureux qu’ils soient de mon côté», ne peut s’empêcher de sourire Mahomes.

Même par vidéoconférence, son bonheur était palpable. Presque...

Le commissaire entrevoit encore l’incertitude à long terme   

Comme toutes les ligues sportives, la NFL a dû apprendre à vivre avec la pandémie. Événements virtuels et stades dégarnis ont fait partie de la nouvelle réalité du circuit et selon le commissaire Roger Goodell, il ne faudrait pas croire que la normalité reviendra par magie dans les prochains mois.

Dans son état annuel de la ligue, en marge du Super Bowl, Goodell a évoqué les événements à venir comme le Combine, le repêchage et même la saison 2021. «Le virtuel fera partie de nos vies à long terme», a-t-il spécifié.

Difficile, pour le moment, de se projeter dans l’avenir et de deviner si les spectateurs seront de retour dans les stades à pleine capacité en septembre prochain, par exemple.

Roger Goodell, commissaire de la NFL.
Photo d'archives, AFP
Roger Goodell, commissaire de la NFL.

«Je souhaiterais avoir la réponse, mais nous avons appris à ne pas nous projeter trop loin dans le temps. Je ne sais pas quand la normalité reviendra. Tout ce que je sais, c’est que nous avons appris à mener nos opérations dans un environnement difficile et qu’il faudra encore le faire», a laissé entendre le grand patron du circuit, en mentionnant que «malgré tous ceux qui en doutaient, un effort collectif extraordinaire nous a permis de nous rendre au bout de la saison.»

Signe que les temps difficiles n’amènent pas que des divisions, Goodell a été rejoint sur scène par le directeur de l’Association des joueurs, DeMaurice Smith. Les deux hommes ont eu maille à partir plusieurs fois dans le passé et ils n’avaient pas pris part ensemble à une conférence publique depuis les cérémonies du Temple de la renommée en 2011.

«Nous avons nos différences, mais nous avons prouvé cette année que nous pouvions travailler ensemble et en arriver à de bons compromis, malgré nos visions opposées. Nous envoyons un message positif aujourd’hui», a mentionné Smith.

  • Écoutez la chronique de Guillaume Lavoie, spécialiste de politique américaine

Pas assez de diversité

Comme chaque année, Goodell s’est aussi fait poser plusieurs questions sur les mesures mises en place par la ligue pour s’assurer d’une plus grande présence d’Afro-Américains dans des postes clés. Il n’y a actuellement que quatre entraîneurs-chefs noirs dans la ligue.

«Je ne crois pas qu’il y a un problème sur lequel nous avons travaillé plus fort que celui-là. Ce n’est pas ce à quoi nous nous attendions et nous espérons faire mieux. Il faut toutefois souligner que nous aurons trois nouveaux directeurs généraux qui sont des Afro-Américains ainsi que plusieurs coordonnateurs», a-t-il noté.

Brady salué

Le quart-arrière des Buccaneers, Tom Brady
Photo AFP
Le quart-arrière des Buccaneers, Tom Brady

Dans la foulée de la dixième présence du quart-arrière Tom Brady au Super Bowl, Roger Goodell s’est fait rappeler qu’il y a un peu plus de cinq ans, le scandale des ballons dégonflés (Deflategate) secouait la NFL.

Le commissaire avait alors suspendu Brady pendant quatre matchs et depuis, la relation entre les deux n’est certainement pas des plus chaleureuses. Goodell a tendu la main en parlant de Brady comme étant le plus grand sportif de tous les temps.

«Tom est probablement le meilleur joueur de l’histoire. Il rend tout le monde autour de lui meilleur et il est une bonne personne. Je suis heureux d’apprendre qu’il souhaite jouer encore quelques années.»

Spectacle de la mi-temps: The Weeknd discret  

L'artiste du spectacle de la mi-temps, The Weeknd
Photo d'archives, AFP
L'artiste du spectacle de la mi-temps, The Weeknd

C’était le moment, jeudi, de la traditionnelle conférence de presse, virtuelle évidemment, du spectacle de la mi-temps. Pour la première fois, un Canadien, en l’occurrence The Weeknd, sera le principal artiste sur scène. «Je ne savais pas ça et j’en suis honoré», a réagi l’Ontarien. Ce dernier ne s’est pas montré très bavard sur le spectacle qu’il entend livrer dimanche à Tampa. La NFL a laissé savoir que différentes portions du Raymond James Stadium seraient utilisées. «On a dû bâtir une scène à même le stade, à cause de la COVID, pour la sécurité des joueurs et travailleurs. On va utiliser aussi le terrain, mais on voulait offrir quelque chose qui n’a jamais été fait auparavant», a lancé le chanteur, qui a aussi promis d’incorporer le fameux bateau des Buccaneers, qu’il estime «iconique». The Weeknd aurait investi 7 M$ de sa fortune personnelle dans ce spectacle. La NFL ne rémunère jamais les artistes de la mi-temps.

Hill et Miller: vite une course!   

Le receveur des Chiefs Tyreek Hill est reconnu, quasi unanimement, comme le joueur le plus rapide de la ligue. Sauf que cette semaine, le receveur des Buccaneers, Scotty Miller, a prétendu qu’il pensait pouvoir battre Hill dans une course, causant une tempête dans un verre d’eau. Le petit missile des Chiefs a préféré s’amuser de la situation. «Je pense que Scotty a bien répondu. Tout joueur qui a confiance en ses habiletés devrait répondre comme lui. J’admire sa confiance. Maintenant, est-ce que je pense qu’il est plus rapide que moi? Je ne sais pas, il faudrait peut-être faire une course à la mi-temps. Quelqu’un devrait nous organiser ça», a lancé Hill.

Météo pour le match: de la pluie? Et puis?   

Il est encore tôt, mais le 55e Super Bowl pourrait se dérouler sous la pluie à Tampa, selon différentes prévisions météo. Si c’est le cas, les conditions ne s’annoncent clairement pas extrêmes et ne préoccupent pas le moins du monde l’entraîneur-chef des Buccaneers, Bruce Arins, habitué de travailler sous un ciel clément à Tampa. «Il semble que ça pourrait s’éclaircir pour le match, mais on ne sait jamais. Le terrain sera dans un bon état et Tom Brady a déjà joué dans toutes les conditions imaginables. Pour tous les autres, s’il pleut, il s’agit juste de trouver les bonnes chaussures et les bons gants», a-t-il dit.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.