/opinion/faitesladifference
Navigation

Les Jeux de la honte

Coup d'oeil sur cet article

Le 21 octobre 2020, le sous-comité des droits internationaux de la personne de la Chambre des communes publiait une déclaration où l’on pouvait lire ceci: «Le sous-comité condamne sans réserve la persécution des Ouïghours et des autres musulmans turciques du Xinjiang par le gouvernement chinois. À la lumière des témoignages qu’il a recueillis au cours de ses audiences en 2018 et en 2020, le sous-comité est persuadé que les gestes du Parti communiste chinois constituent un génocide aux termes de la Convention sur le génocide».  

Nous sommes conscients qu’en ces temps difficiles où la planète tout entière est confrontée à sa pire crise sanitaire et économique depuis plus d’un siècle, les droits de la personne ne sont pas à l’avant-scène. Mais nous parlons ici d’un génocide, l’exemple le plus horrible de ce que l’être humain est capable de faire subir à ses semblables. Nous ne pouvons rester silencieux. 

Des camps de concentrations déguisés

Au moment où vous lisez ces lignes, près de deux millions d’Ouïghours et de musulmans turciques sont emprisonnés dans des camps de concentration que les autorités chinoises ont l’odieux d’appeler des «camps de formation professionnelle». Dans ces mêmes camps, des viols collectifs sont commis ainsi que de nombreux actes de torture. 

  • Écoutez l'entrevue de Richard Martineau avec Alexis Brunelle-Duceppe, signataire de la lettre, sur QUB radio: 

Des femmes sont stérilisées de force, des adultes et des enfants sont enlevés, des logiciels d’intelligence artificielle traquent, par l’entremise de caméras de surveillance, les Ouïghours partout autour du globe. Une véritable entreprise d’effacement culturel bat également son plein, où l’on endoctrine ceux et celles qui sont incarcérés et où l’on prive ce peuple de toute expression culturelle. 

En 2022, Pékin doit accueillir les Jeux olympiques et paralympiques d’hiver. Voilà une occasion unique d’agir et de rassembler les humanistes et les démocrates du monde entier afin de refuser de participer, à travers cette grande fête sportive planétaire, à une sinistre mise en scène visant l’autoglorification d’un régime qui commet les pires crimes contre l’humanité envers sa propre population. 

On ne peut fermer les yeux

Nous ne demandons pas à nos athlètes de renoncer à leur rêve olympique, car nous sommes très conscients des efforts considérables qu’il leur aura fallu déployer pour espérer pouvoir le réaliser. Nous croyons cependant qu’il est encore temps d’exiger du Comité international olympique (CIO) qu’il organise les Jeux ailleurs, si le gouvernement chinois continue dans son délire génocidaire. 

Certains diront qu’il ne faut pas mélanger politique et sport. À cela, nous répondons que lorsqu’on est confronté à un génocide, on ne parle plus ici de politique, mais bien de droits de la personne et de crimes contre l’humanité. Il nous est impossible d’accepter le statu quo qui prévaut pour l’instant. 

Il ne s’agit pas non plus de prendre notre élite sportive en otage mais, au contraire, de faire en sorte que les médailles qu’ils et qu’elles gagneront en 2022 ne soient pas souillées par ce que l’histoire retiendra sans doute, après ceux de Berlin en 1936, comme étant les Jeux de la honte. 

Signataires

Alexis Brunelle-Duceppe, député de Lac-Saint-Jean pour le Bloc Québécois à la Chambre des communes, porte-parole à la Coopération internationale

Denis Trudel, député de Longueuil—Saint-Hubert pour le Bloc Québécois à la Chambre des communes, porte-parole à la Solidarité sociale et aux Sports

Stéphane Bergeron, député de Montarville pour le Bloc Québécois à la Chambre des communes, porte-parole en matière d'Affaires étrangères

Arnold Viersen, député de Peace River—Westlock pour le Parti Conservateur à la Chambre des communes

Cathay Wagantall, députée de Yorkton—Melville pour le Parti Conservateur à la Chambre des communes

Kelly Block, députée de Carlton Trail—Eagle Creek pour le Parti Conservateur à la Chambre des communes

Ken Hardie, député de Fleetwood—Port Kells pour le Parti Libéral du Canada à la Chambre des communes

Nathaniel Erskine-Smith, député de Beaches—East York pour le Parti Libéral du Ca-nada à la Chambre des communes

Sameer Zuberi, député de Pierrefonds—Dollard pour le Parti Libéral du Canada à la Chambre des communes

Heather McPherson, députée de Edmonton Strathcona pour le NPD à la Chambre des communes

Jenny Kwan, députée de Vancouver-Est pour le NPD à la Chambre des communes

Elizabeth May, députée de Saanich—Gulf Islands pour le Parti vert à la Chambre des communes

Paul Manly, député de Nanaimo—Ladysmith pour le Parti vert à la Chambre des com-munes

Richard Campeau, député de Bourget pour la Coalition Avenir Québec à l’Assemblée nationale du Québec

Enrico Ciccone, député de Marquette pour le Parti libéral du Québec à l’Assemblée na-tionale du Québec, porte-parole de l’opposition officielle en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vie

Nicole Ménard, députée de Laporte pour le Parti libéral du Québec à l’Assemblée natio-nale du Québec, porte-parole de l’opposition officielle en matière de relations internatio-nales et de francophonie

Sol Zanetti, député de Jean-Lesage, pour Québec solidaire à l’Assemblée nationale du Québec, porte-parole du deuxième groupe d’opposition en matière de relations inter-gouvernementales canadiennes

Joël Arseneau, député des Îles-de-la-Madeleine pour le Parti québécois à l’Assemblée nationale du Québec, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de rela-tions internationales et de francophonie

Méganne Perry Mélançon, députée de Gaspé pour le Parti québécois à l’Assemblée na-tionale du Québec, porte-parole du troisième groupe d’opposition en matière de sports, de loisirs et de saines habitudes de vie

Daniel Turp, professeur associé à la Faculté de droit de l’Université de Montréal, député pour le Bloc Québécois (1997-2000)

Jean-Luc Brassard, médaillé d’or des Jeux olympiques d'hiver de 1994

L'honorable professeur Irwin Cotler, c.p., o.c., o.q.

Assemblée des Premières Nations Québec-Labrador

Centre consultatif des relations juives et israéliennes

Centre Raoul-Wallenberg pour les droits de la personne

Congrès des Ukrainiens Canadiens

Conseil de l’Europe centrale et de l’Europe de l’Est du Canada

Justice for All Canada

Mehmet Tohti, directeur exécutif du Uyghur Rights Advocacy Project

Project Abraham

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?