/entertainment/star-academie
Navigation

«Star Académie» : Patrice Michaud en Formule 1

«Star Académie» : Patrice Michaud en Formule 1
PHOTO COURTOISIE/Productions Déferlantes

Coup d'oeil sur cet article

Pour son premier mandat d’animateur, Patrice Michaud habitera une «scène immense», le «plus gros "set" de "show" de variétés au Canada». Tellement que son équipe de «Star Académie» blague que ses invités et lui pourront facilement se tenir «à 20 mètres de distance» lors des galas du dimanche. 

Patrice Michaud le garantit avec emphase: s’il y a un rendez-vous de «Star Académie» à ne pas manquer cet hiver, c’est bien le premier, celui du 14 février.

«C’est le plus gros "show" de la saison, la soirée la plus dense en termes de numéros, et certainement de durée», précise l’hôte avec enthousiasme.

Moments inattendus

Plusieurs des 21 candidats en lice pour entrer à l’académie offriront une prestation et devront défendre leur place dans le concours. D’autres auront des «sauf-conduits» et embarqueront directement, sur ordre de la directrice Lara Fabian et des professeurs Gregory Charles et Ariane Moffatt, dans l’autobus menant à Waterloo. Seulement 15 jeunes talents finiront leur journée de la Saint-Valentin entre les murs de l’illustre manoir de «Star Académie».

«Ça laisse imaginer les grandes émotions qu’on va vivre», signale Patrice Michaud.

Musicalement, on aura droit à une montagne russe de décibels, avec des visites de Laurence Nerbonne, Louis-Jean Cormier, Patrick Norman, Corneille, Les Sœurs Boulay, Alaclair Ensemble et FouKi.

«D’avoir, un même soir et sur le même numéro, Patrick Norman et FouKi, de savoir que ces deux-là vont se voir et "triper" à chanter ensemble, je trouve ça hallucinant, s’enflamme Michaud. C’est à l’image du groupe de jeunes qu’on a. Ils viennent d’horizons différents, ont des identités artistiques, des cheminements, des vies et des origines très variés, et ça se reflète sur notre scène musicale. Je pense qu’il faut être dans la rencontre, et ça donnera des propositions originales, des moments inattendus.»

Sans spectateurs

La pandémie interdisant encore tout grand rassemblement, sa gigantesque plateforme circulaire du studio MELS de Saint-Hubert – diablement impressionnante, promet-on –, Patrice Michaud l’occupera sans spectateurs autour.

Animer sans foule en liesse, ça changera quelque chose pour lui? Oui, mais non.

«On aurait tous souhaité avoir l’énergie d’un public en studio. Mais, en même temps, moi, je n’ai jamais animé à la télévision, avec ou sans public. Je n’ai pas à vivre avec ce précédent. J’apprends ce métier dans le contexte actuel, qui est le mien, et ça va.»

Côté ambiance, notre homme compte sur la solidarité qui se tisse déjà entre les futurs académiciens pour donner le change. Répartis dans la salle, les jeunes chanteurs supporteront leurs pairs pendant les prestations de l’un et de l’autre.

«Ils sont le premier public sur place. On va beaucoup en bénéficier. Tous ces jeunes vont s’entraider, s’écouter, s’encourager le plus possible. Quand ils ne seront pas en performance, ils vont avoir beaucoup de place à occuper et ils vont transporter l’énergie du studio dans les maisons du Québec. Ça, c’est aussi beaucoup ma "job"!»

Apprendre un métier

Autrement dit, ce n’est pas un modeste baptême que vivra Patrice Michaud à titre de maître de cérémonie de la téléréalité la plus attendue de l’hiver.

Stressant? Oui, mais aussi excitant d’apprivoiser un nouveau rôle sur une telle piste de Formule 1. Relax comme on le connaît, l’auteur-compositeur-interprète relativise.

«Chaque jour qui passe, on dirait que je prends conscience d’une nouvelle affaire, raconte-t-il. J’apprends un métier dans une période où, autrement, j’aurais pu ne rien faire du tout. Et je me retrouve à faire partie intégrante d’un si beau et gros projet. J’ai l’impression de sortir de l’école et de commencer quelque chose de nouveau.»

«Je travaille très fort et ça va bien. Tu devrais me voir dans mon studio, avec n’importe quel bâton dans les mains, en train de répéter mes textes, comme je pratiquais mes exposés oraux en secondaire 2», ajoute l’artiste en éclatant de rire.

Mais, si la production est allée le chercher, lui, c’est pour avoir la touche spéciale Patrice Michaud. Le principal intéressé ne se dénaturera pas. Pas question, par exemple, d’arborer des «looks» extravagants qui ne lui ressemblent pas pour alimenter les conversations sur les réseaux sociaux.

«Mais je vais être très beau», assure-t-il d’un ton taquin de petit garçon. 

  • Patrice Michaud anime les galas du dimanche de «Star Académie» à compter du 14 février, à 19 h, à TVA.