/news/coronavirus
Navigation

Réouverture des commerces: «On espère que ce coup-là, c’est le bon»

Coup d'oeil sur cet article

Très heureux de retrouver leur clientèle, les commerçants espèrent maintenant ne plus jamais revivre de fermeture. À la grandeur du Québec, les commerces de détail dits «non essentiels» peuvent rouvrir leurs portes à compter d’aujourd’hui, y compris dans les zones rouges, après avoir été contraints à la livraison et à la cueillette seulement depuis Noël.

• À lire aussi: Une partie du Québec peut maintenant respirer

• À lire aussi: Nos musées sont déconfinés!

• À lire aussi: Réouverture des commerces: les commerçants se croisent les doigts

«C’est très positif, on est très contents. [...] On espère que ce coup-là, c’est le bon», lance Marc Poliquin, PDG des Chaussures Fillion, qui exploite une dizaine de magasins, principalement à Québec et dans l’est de la province.

Chaque fermeture fait mal au portefeuille, mais elle est peut-être encore plus difficile pour les employés qui se retrouvent en arrêt de travail, souligne M. Poliquin.

«On est craintifs que ces gens-là, si on continue à faire ça [des mises à pied temporaires], vont se réorienter vers autre chose. On espère que c’est la dernière fois, en effet», dit-il.

Une grosse perte

À Québec, les propriétaires du magasin d’articles de sport Le coureur nordique racontent qu’un gérant très apprécié qui était un «pilier» de l’entreprise a décidé de quitter son emploi à cause de l’incertitude du deuxième confinement.

Jimmy Gobeil et Jolyane Bérubé, les propriétaires de la boutique Le Coureur nordique, à Québec, sont fébriles à l’idée de revoir leur clientèle en personne.
Photo Didier Debusschère
Jimmy Gobeil et Jolyane Bérubé, les propriétaires de la boutique Le Coureur nordique, à Québec, sont fébriles à l’idée de revoir leur clientèle en personne.

«C’est une grosse perte pour nous autres. [...] Nos employés, c’est ce qui fait que l’on a des clients et qu’on a la réputation qu’on a. Quand on en perd, ça fait toujours mal», dit Jolyane Bérubé, copropriétaire de la boutique.

Si elle comprend pourquoi le dernier confinement était nécessaire, «on espère qu’il n’y aura pas une troisième vague, autant pour notre commerce que pour la société en général», résume-t-elle.

Photo Didier Debusschère

Moins stressant

Frédérick Goulet, du magasin Denis Musique, s’attend « à une grosse semaine ».
Photo Didier Debusschère
Frédérick Goulet, du magasin Denis Musique, s’attend « à une grosse semaine ».

Au moins, cette seconde réouverture s’avère moins stressante que la première à la fin du printemps, puisque les consignes sanitaires sont mieux assimilées, autant par les clients que par les travailleurs. «Pour nous, de rouvrir, lundi [aujourd’hui] ça n’a pas été si compliqué que ça. C’est juste de refaire ce qu’on faisait avant. Les gars sont déjà prêts», affirme Frédérick Goulet, copropriétaire du magasin d’instruments Denis Musique.

Photo Didier Debusschère

Rappelons que les centres de soins personnels et esthétiques, les musées et les bibliothèques peuvent également reprendre leurs activités.

Cependant, les salles à manger et les gyms, entre autres, demeurent fermés dans les régions où le palier d’alerte est maximal.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres