/news/politics
Navigation

Un élu caquiste brise le silence sur le tramway

Le député de Chauveau, Sylvain Lévesque, livre le fond de sa pensée sur le projet

caucus CAQ
Photo Simon Clark Alors que les demandes d’entrevues de notre Bureau parlementaire aux députés caquistes de la région étaient jusque-là demeurées sans réponse, le député caquiste de Chauveau, Sylvain Lévesque, s’est prononcé lundi soir, dans une publication Facebook, sur l’avenir du projet de tramway. Son collègue député Mario Asselin a par la suite réagi aux propos sur Twitter.

Coup d'oeil sur cet article

Alors que les ministres François Bonnardel et Geneviève Guilbault refusent de réagir au tollé soulevé par les récents propos du premier ministre sur le projet de tramway, le député Sylvain Lévesque rompt avec le silence en plaidant que c’est pour éviter de faire dérailler les négociations actuelles que lui et ses collègues se font discrets.

• À lire aussi: «Une claque dans la face» de la part du premier ministre

• À lire aussi: Tramway: guerre ouverte entre Legault et Labeaume

«Le projet a évolué. Beaucoup», a expliqué sur Facebook le député caquiste de Chauveau, lundi soir, en reprenant l’essentiel des arguments offerts la semaine dernière par François Legault pour justifier l’hésitation du gouvernement à appuyer la nouvelle mouture du projet, qui ne dessert plus assez les banlieues à son goût.

  • Écoutez l'analyse de Caroline St-Hilaire et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

D’un montant de 2 G$, les coûts du volet «tramway» ont grimpé à 3,1 milliards avec la nouvelle mouture du projet dévoilé en juin, a rappelé M. Lévesque.

Il souligne ensuite que le volet trambus, éliminé par la Ville afin de respecter l’enveloppe globale maximale de 3,3 G$, «était un incitatif important pour les citoyens des banlieues de l’Est».

Le député de Chauveau ajoute que la Ville a du même souffle «réaménagé substantiellement ce qui était prévu pour la desserte des banlieues nord». Il fait référence aux infrastructures dédiées (emprises exclusives) qui ont été remplacées par des voies réservées à un moindre coût.

La population a des doutes

«Est-ce qu’avec ce qui est proposé actuellement, le tramway va vraiment être au bénéfice des citoyens de nos banlieues? C’est là-dessus, précisément, que le gouvernement se questionne. Et oui, on a des doutes sur les choix qui ont été faits. Le BAPE aussi. Et il faut bien l’admettre, la population aussi.»

M. Lévesque signale plus loin que ce n’est «pas du jour au lendemain» qu’il sera possible d’améliorer le projet afin de répondre aux exigences fixées par son gouvernement.

Alors que les partis d’opposition dénoncent fréquemment le silence des élus caquistes de Québec concernant le réseau structurant, «ce n’est pas vrai qu’on va faire ces négociations sur la place publique», se défend M. Lévesque.

Il faut aussi souligner que depuis près d’un an, en raison des consignes sanitaires, les journalistes n'ont pas l'occasion de questionner les députés de façon impromptue dans les corridors de l’Assemblée nationale.

Malgré les demandes d’entrevues répétées par Le Journal, ni le ministre des Transports, François Bonnardel, ni la ministre responsable de la Capitale-Nationale, Geneviève Guilbault, n’ont voulu réagir au concert de critiques provoqué par la sortie enflammée de François Legault au Salon bleu, la semaine dernière.

Le cabinet du ministre des Transports a aussi laissé comprendre qu'il n'avait pas l'intention de sortir publiquement à ce sujet cette semaine.

Vendredi, l’ancien PDG d’Industrielle Alliance, Yvon Charest, qui est aussi porte-parole de la campagne de soutien «J’ai ma passe», a notamment qualifié la sortie du premier ministre de «claque dans la face» pour le milieu des affaires qui se mobilise depuis deux ans en soutien au projet.

Depuis quelques semaines, le maire de Québec, Régis Labeaume, somme avec insistance le gouvernement de préciser ses demandes pour la desserte des banlieues. 

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:  

Extrait de sa publication Facebook:      

«La CAQ a été élue majoritairement dans la région de Québec en promettant qu’il y aurait un réseau de transport structurant, avec un financement provincial de 1,8 G$. On va donc trouver une façon de respecter nos conditions initiales et notre parole. C’est une question de respect de ce sur quoi nous nous sommes engagés auprès des électeurs.»

– Sylvain Lévesque, député caquiste de Chauveau

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.