/news/coronavirus
Navigation

Encore plus de restrictions durant la relâche scolaire

Des barrages entre régions et une application plus stricte du couvre-feu ne sont pas exclus

Coup d'oeil sur cet article

Les réjouissances auront été de courte durée après les premières étapes de déconfinement. François Legault envisage de serrer la vis pendant la semaine de relâche pour éviter une nouvelle flambée de contaminations.

• À lire aussi: COVID-19: 826 nouveaux cas et 32 décès supplémentaires au Québec

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Si la baisse des cas de COVID-19 et des hospitalisations est encourageante, la relâche scolaire qui arrive à grands pas inquiète au plus haut point les autorités.

Le gouvernement craint que les locations de chalet, les activités entre amis ou avec la famille élargie relancent l’épidémie, comme ce fut le cas durant le temps des Fêtes.

  • Écoutez l'entrevue de Dominique Anglade au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

Aux grands maux, les grands moyens. L’instauration de barrages entre les régions pour décourager les déplacements et une application plus stricte du couvre-feu durant la première semaine de mars ne sont pas exclues, même dans les zones orange, a fait savoir mardi le premier ministre, en conférence de presse.

« On est en train de regarder différents scénarios pour mettre des mesures additionnelles pour la semaine du 1er mars, parce que, traditionnellement, dans la semaine de relâche, il y a beaucoup de mélanges dans la population », a-t-il insisté.

François Legault a prévenu les Québécois contre la tentation d’organiser des sorties de groupe avec d’autres familles ou de demander aux grands-parents de garder les enfants.        

  • Écoutez l’entrevue du Dr Gaston De Serres, médecin épidémiologiste à l'Institut national de santé publique du Québec:   

Les restrictions en vue pour le congé scolaire ne devraient toutefois pas influencer les décisions qui seront prises d’ici le 22 février pour certaines régions où la situation s’est améliorée, si l’on en croit le premier ministre.

Québec et Chaudière-Appalaches, qui affichent un bilan encourageant quant au nombre de cas et d’hospitalisations, piaffent d’impatience de basculer au palier d’alerte orange.

Élèves de 3e, 4e et 5e secondaire

François Legault a toutefois rejeté l’idée d’accorder des assouplissements pour les élèves de 3e, 4e et 5e secondaire, qui ne vont à l’école qu’un jour sur deux.

Selon les données recueillies par la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement, la pandémie a fait bondir leur taux d’échec. 

Pour le président, Nicolas Prévost, l’enseignement à distance a « une incidence » sur l’apprentissage des jeunes.

Il demande que les adolescents du deuxième cycle du secondaire puissent à nouveau être en classe à temps plein, à tout le moins en zone orange. 

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:  

Impact sur la réussite

Fier que le Québec ait gardé ses écoles ouvertes plus longtemps que d’autres juridictions, le premier ministre a admis que la diminution des heures d’apprentissage en classe aura un impact sur la réussite des élèves.

« Jean-François Roberge a déjà annoncé des mesures de tutorat. Est-ce qu’il faudrait ajouter des mesures comme des camps de vacances, des camps de rattrapage ? À ce moment-ci, il ne faut rien exclure. » 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres