/news/coronavirus
Navigation

Flacons de vaccin Pfizer-BioNTech: six doses plutôt que cinq

Coup d'oeil sur cet article

Il faut désormais tirer six doses de chacune des fioles de vaccin Pfizer plutôt que cinq, ce qui permettra au fabricant d’envoyer globalement moins de fioles au pays tout en gonflant ses profits.

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Santé Canada a donné l’autorisation à la compagnie de modifier l’étiquetage de ses flacons de vaccin contre la COVID-19 pour y indiquer qu’ils contiennent chacun six doses et non cinq comme prévu au départ.

Le ministère se plie ainsi à la pression du fabricant qui réclamait depuis janvier que l’on inocule une personne de plus avec chacune de ses fioles.

Pfizer empoche

Cette modification permettra à Pfizer d’envoyer moins de flacons au pays tout en gagnant plus d’argent.

En effet, les clients de la pharmaceutique recevront autant de doses que prévu et paieront donc autant que prévu, mais la compagnie, elle, réalisera d’importantes économies d’échelle puisqu’elle aura à produire et à acheminer moins de fioles pour la même somme d’argent.

«Les prochaines livraisons de Pfizer-BioNTech refléteront ce changement», a dit le major général Fortin sans vouloir préciser de combien nos livraisons seront amputées.

En Europe, l’imposition d’une sixième dose par fiole s’est traduite par une diminution de 20% des livraisons de flacons de vaccin de Pfizer, mais aussi par une sérieuse grogne au sein des équipes de vaccination dont la tâche est maintenant plus compliquée.

En réaction, la Suède a même suspendu ses paiements à Pfizer.

Équipement nécessaire

C’est que pour pomper davantage de liquide de la même fiole, les soignants doivent utiliser des seringues spécialisées plus coûteuses et être capables de les utiliser adéquatement.

Il s’agit de seringues à faible volume mort «conçues pour qu’une plus petite quantité de liquide demeure dans le tube», indique Santé Canada.

Pour le moment, la majorité des provinces ne disposent pas de l’équipement nécessaire, a admis le major général Fortin. Mais il assure que le gouvernement a acheté «des millions» de seringues à faible volume mort et qu’il en fournira suffisamment aux provinces à temps.

Technique optimale

Le fabricant devra fournir du soutien pédagogique aux soignants afin qu’ils adaptent leur technique d’inoculation. Une séance d’information en ligne est prévue dès demain.

Techniquement, 0,25 ml de résidu devrait rester dans le flacon une fois les six doses extraites. Mais «c’est sûr qu’il faut utiliser la technique optimale» pour y arriver, a souligné le Dr Marc Berthiaume, directeur du Bureau des sciences médicales de Santé Canada.

Pression sur les provinces

«Obliger les provinces à faire plus avec moins signifie que les travailleurs de la santé devront recevoir une formation et changer de processus en pleine pandémie», s’inquiète le chef de l’opposition, Erin O’Toole.

Au Québec, la nouvelle n’a pas semblé inquiéter le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

«Ces petites seringues vont rendre ça plus simple. Mais même avec les autres [seringues], nous n’avons rien perdu [des] vaccins », a-t-il dit.

Mais en Ontario, le général Rick Hillier, qui est responsable de la distribution de vaccins dans la province, n’est pas si positif.

Il indique que ses équipes ne sont pas systématiquement en mesure d’extraire six doses des fioles de Pfizer et qu’il y a des variations d’une caisse de flacons à l’autre.

Pour lui, la sixième dose devrait être considérée comme un bonus, et non pas comme une garantie.

Selon M.O’Toole, «les libéraux doivent dire aux Canadiens si Pfizer va remplacer toute dose perdue si les provinces sont incapables d’extraire la sixième dose».

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres