/news/politics
Navigation

La CAQ veut renommer un comté en l’honneur du père de la loi 101

camille laurin
Photo d'archives Camille Laurin

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault souhaite commémorer l'apport de Camille Laurin à la société québécoise en renommant la circonscription de Bourget en hommage au père de la loi 101.

Le représentant de ce comté, le député caquiste Richard Campeau, lancera mardi une pétition pour récolter les signatures des Québécois afin d’appuyer sa démarche en ce sens.

Le document devrait être officiellement présenté devant ses collègues au Salon bleu le 9 ou le 10 mars prochain, soit à la veille du 22e anniversaire du décès de Camille Laurin, le 11 mars 1999.

«L’idée de la pétition, c’est de s’assurer que les Québécois et les Québécoises sont derrière l’idée», explique en entrevue le député, en refusant de fixer un nombre précis de signatures à atteindre.

  • Écoutez la chronique politique de Rémi Nadeau, chef du Bureau parlementaire à Québec, sur QUB radio:

Alors que le gouvernement se prépare à présenter une réforme de la Charte de la langue française, M. Campeau admet que «le timing est là». Il en a d’ailleurs déjà discuté avec les cabinets du premier ministre et du ministre responsable de la Langue française, et tous deux se sont montrés intéressés par l’initiative. 

La famille de Camille Laurin appuie également la demande, affirme Richard Campeau, en ajoutant avoir eu une discussion avec le frère de l’ancien ministre péquiste, Pierre Laurin.

Une fois la pétition déposée à l’Assemblée nationale, deux options s’offriront, explique le député de Bourget. Soit une demande est adressée au Directeur général des élections responsable de ce dossier, soit un projet de loi est adopté pour officialiser le changement de nom.

«Quelle suite sera donnée, il reste encore des technicalités à régler, mais pour le moment, on se concentre vraiment sur la pétition, et ça va déboucher sur une façon de procéder», ajoute celui qui occupe également les fonctions d’adjoint parlementaire du ministre de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques.

Le comté de Bourget a été représenté par le docteur Laurin de 1970 à 1973, de 1976 à 1985, puis de 1994 à 1998. À la suite de l’élection du gouvernement péquiste de René Lévesque en 1976, Camille Laurin devient ministre d’État au Développement culturel avec le mandat de créer une nouvelle loi linguistique.

Au printemps suivant, il dépose à l’Assemblée nationale ce qui deviendra la Charte de la langue française, mieux connue sous l’appellation de «loi 101».

Même s’il admet ne jamais avoir voté en faveur de l’indépendance du Québec, Richard Campeau dit être un fervent partisan du fait français.

Le comté de Bourget est nommé ainsi en mémoire d’Ignace Bourget, évêque de Montréal de 1840 à 1876. Richard Campeau se défend de vouloir le mettre à l’index: la mémoire du religieux est déjà portée par plusieurs lieux et liens routiers au Québec.

La circonscription de Crémazie, dans le nord de l’île de Montréal, est la dernière en date à avoir été renommée. Grâce aux représentations de sa députée, la libérale Marie Montpetit, elle porte dorénavant le nom du célèbre hockeyeur Maurice-Richard depuis les dernières élections provinciales en 2018.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.