/news/education
Navigation

Primaire et secondaire: des taux d’échec moins élevés que prévu

Coup d'oeil sur cet article

Comme plusieurs experts l’annonçaient, la crise sanitaire a eu des conséquences sur les apprentissages des jeunes, mais les premiers résultats demeurent moins alarmants que prévu. 

• À lire aussi - École primaire et secondaire: pas d’obligation d’offrir des cours à distance, tranche la Cour supérieure

En français et en mathématiques, les taux d’échecs ont nettement augmenté au secondaire, a rapporté la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE).  

  • Écoutez le président de la Fédération québécoise des directions d'établissement d'enseignement avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Ainsi, 25 % des élèves au secondaire ont échoué en mathématiques. Il s’agit de 20 % des élèves en 5e secondaire et de 31 % en 3e secondaire.

Le portrait est un peu moins sérieux en français, avec 17 % des élèves en 4e secondaire qui subissent un échec et 20 % pour les 1re et 2e secondaires.

Ces chiffres tendent à être à la hausse par rapport à la normale «avant COVID».

«On a une centaine de réponses au niveau du primaire, et une quarantaine de réponses au niveau des établissements secondaires», a expliqué le président de la FQDE, Nicolas Prévost en entrevue à Mario Dumont.

Les établissements ont jusqu’à jeudi pour transmettre les résultats de leurs élèves à la Fédération, afin d’avoir un portrait plus large.

Malgré ces échecs préoccupants, les taux sont moins alarmants que la tendance qui semblait se dessiner à l’automne dernier et faisaient état de 30 % de taux d’échec à venir.

«On voit que la situation que l’on vit au primaire, c’est une bonne nouvelle. Il y a beaucoup de choses mises en place, on le sait, beaucoup d’ajustements, mais le taux de réussite est à près de 90 % à tous les niveaux», a souligné M. Prévost. 

  • Écoutez l’entrevue de Nancy Granger, professeure à la Faculté d’éducation de l’Université de Sherbrooke

Il s’agit du premier bulletin scolaire remis depuis le retour en classe à l’automne dernier.