/sports/opinion/columnists
Navigation

Ralph Backstrom : un bon soldat

L'ancien du Canadien Ralph Backstrom
Photo tirée de Facebook, Colorado Eagles L'ancien du Canadien Ralph Backstrom

Coup d'oeil sur cet article

Ralph Backstrom, qui nous a quittés la fin de semaine dernière, aura été un bon soldat pour le Canadien. Il a été le meilleur troisième joueur de centre de son époque, lui qui venait après Jean Béliveau et Henri Richard dans la formation du Tricolore.

Backstrom n’en était pas moins capable d’apporter une contribution offensive appréciable, comme en témoignent ses cinq saisons de 20 buts en un peu plus de 12 années avec le Canadien.

Au début de la saison 1961-1962, il fut appelé à remplacer Béliveau, qui soignait une blessure. Il termina premier marqueur de l’équipe et septième dans la Ligue nationale avec 27 buts et 38 mentions d’aide pour un total de 65 points.

Pendant la dynastie oubliée, surnom donné par Béliveau aux éditions des saisons 1964-1965 à 1968-1969, Backstrom faisait pivoter le trio défensif, flanqué de John Ferguson à l’aile gauche et de Claude Larose à droite.

Le Canadien a remporté quatre coupes Stanley en cinq présences en finale durant cette période.

Meilleur joueur junior

Considéré comme le meilleur joueur junior au Canada lors de la saison 1957-1958, il aida le Canadien de Hull-Ottawa à remporter la coupe Memorial cette saison-là.

L’équipe était dirigée par nul autre que Scotty Bowman. Outre Backstrom, le Canadien junior misait aussi sur Jean-Claude et Gilles Tremblay, ainsi que Robert Rousseau.

Backstrom a rendu un dernier service au Tricolore lorsque Sam Pollock l’avait échangé aux Kings de Los Angeles au début de la saison 1970-1971.

La transaction visait à consolider la position des Kings sur les Seals de la Californie, de qui le Canadien détenait le premier choix au repêchage de 1971.

C’est ainsi que le Canadien put mettre la main sur Guy Lafleur.

J’ai rencontré Backstrom à quelques reprises à Denver, où il vivait depuis qu’il avait accroché ses patins.

Il a été entraîneur des Pioneers de l’Université de Denver durant quelques saisons.

L’homme était simple et sympathique.