/sports/opinion/columnists
Navigation

Un grand parmi les grands

FBN-SPO-SUPER-BOWL-LV
Photo AFP On peut considérer Tom Brady comme le plus grand joueur de l’histoire de la NFL.

Coup d'oeil sur cet article

Tom Brady ou Patrick Mahomes ? Des lecteurs m’ont posé la question avant le Super Bowl. J’ai choisi Mahomes, tout en ajoutant que je ne parierais pas un sou contre Brady. Prémonition ou respect ? Les deux.

Brady a remis ça. Pour la septième fois. C’est un sommet qui ne sera jamais égalé ou surpassé, même si l’on dit que les records sont faits pour être battus. 

C’est comme les 11 coupes Stanley d’Henri Richard, les 11 championnats de la NBA remportés par Bill Russell et les 10 triomphes de Yogi Berra en Série mondiale.

Sans être spectaculaire, Brady a fait ce qu’il faut face aux Chiefs de Kansas City, dimanche soir. Particulièrement en première demie.

Sa plus grande contribution aura été de mener les Buccaneers de Tampa Bay au plus haut niveau. L’impact qu’il exerce sur une équipe est colossal.

Mahomes laissé à lui-même

Patrick Mahomes, que l’on perçoit comme son dauphin, a eu les joueurs de l’unité défensive des Bucs dans les jambes toute la soirée. C’est vrai que sa ligne offensive était diminuée, mais les Chiefs ont connu un mauvais match à tous les chapitres. Ils ont été franchement misérables.

On aurait dit une équipe mal préparée.

Mahomes devrait avoir l’occasion de se reprendre, lui qui en était à son deuxième Super Bowl de suite.

Se rendra-t-il à sept conquêtes comme Brady ?

Ça dépendra des équipes avec lesquelles il jouera. C’est la clé pour gagner souvent.

Tous les athlètes vous le diront.

Henri Richard disait toujours qu’il s’était trouvé avec la bonne équipe au bon moment.

Le plus grand joueur de la NFL

Plusieurs grands joueurs n’ont jamais remporté un grand championnat. On n’a qu’à penser à Marcel Dionne et à Gilbert Perreault au hockey.

Les poils me dressent sur les bras aussi quand j’entends qu’un joueur n’est pas un gagnant parce qu’il n’a jamais remporté la coupe Stanley.

Non, les anti Price, je ne fais pas référence au gardien du Canadien. Je pense à Perreault, à Dionne et à tous les joueurs élus au Panthéon du hockey qui n’ont pas de coupe Stanley à leur palmarès.

Dans le cas de Brady, on peut déjà le proclamer comme le plus grand joueur de l’histoire de la NFL.

Or, un autre débat a été lancé dans les jours précédant le Super Bowl, à savoir s’il n’est pas aussi le plus grand athlète de tous les temps. L’exercice est futile.

Comment peut-on établir des comparaisons entre des athlètes de différents sports ?

Peut-on comparer des joueurs pratiquant un sport collectif et des athlètes exerçant un sport individuel ?

Pas un sport mondial

Sans rien enlever à Brady, il fait carrière dans un sport strictement nord-américain. Quand on parle des plus grands noms de l’histoire du sport, on pense aux hommes et aux femmes qui ont fait leur marque sur la scène internationale.

Ces athlètes ont pour nom Pelé, Diego Maradona, Serena Williams, Tiger Woods, Michael Jordan, Allyson Felix, Roger Federer, Muhammad Ali, Nadia Comaneci, Usain Bolt ou Jesse Owens.

Mais ça n’entache en rien les athlètes qui ont excellé dans un encadrement continental.

Au hockey, Gordie Howe, Bobby Orr, Wayne Gretzky et Mario Lemieux sont reconnus comme les quatre plus grands joueurs de l’histoire de la LNH.

L’Impact du « rocket »

Mais chez nous au Québec, Maurice Richard est encore le numéro un, comme en faisait foi un sondage publié par Le Journal hier.

Le « Rocket », on ne le répétera jamais assez, aura été et sera encore longtemps, pour ceux qui connaissent son histoire, le Québécois qui est resté debout à une époque où les Canadiens-Français, comme on nous appelait dans le temps, étaient considérés comme des citoyens de deuxième ordre par la haute société anglophone.

Au baseball, on dit qu’aucun autre joueur ne faisait plus sur un terrain que Willie Mays. Hank Aaron, qui nous a quittés dernièrement, était aussi bon, mais moins spectaculaire.

Au basketball, il est écrit sous la statue de Michael Jordan que l’on retrouve dans l’atrium du United Center, à Chicago : « Il a été le meilleur et il le sera toujours. »

La même chose pourrait être dite de Tom Brady, un jour.