/news/politics
Navigation

Unanimité en faveur d’une circonscription Camille-Laurin

camille laurin
Photo d'archives Camille Laurin

Coup d'oeil sur cet article

Les partis d’opposition et l’Église catholique appuient la proposition du député caquiste de Bourget, Richard Campeau, de renommer sa circonscription en l’honneur du père de la loi 101, Camille Laurin.

• À lire aussi: La CAQ veut renommer un comté en l’honneur du père de la loi 101

Informé de l’idée du député Campeau, l’Archidiocèse de Montréal s’est réjoui de voir la mémoire de Camille Laurin être ainsi soulignée, rappelant qu’il «était un grand croyant de tradition catholique».

«Nous saluons le fait que la circonscription porterait le nom d’un homme de foi, qui a trouvé en elle un moteur puissant pour ses engagements sociaux et politiques», a indiqué l’attachée de presse au Bureau de l’archevêque, Erika Jacinto.

Le comté de Bourget est nommé ainsi en mémoire d’Ignace Bourget, évêque de Montréal de 1840 à 1876.

S’il est d’accord sur le fond, le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon, y voit une «opération de relation publique» de la part du gouvernement, qui tarde toujours à déposer sa réforme de la loi 101.

Pendant ce temps, «la CAQ multiplie les artifices pendant que, sur le terrain, elle agit contre la langue française ou n’agit pas dans le dossier de la loi 101», a-t-il martelé.

La cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade, a profité de la présence à ses côtés de la députée de Maurice-Richard, Marie Montpetit, pour souligner que celle-ci était la dernière en date à avoir mené le changement de nom de sa circonscription, autrefois nommée Crémazie.

«On serait, bien sûr, ouverts», a dit Dominique Anglade au sujet du projet du député Campeau.

Quant à elle, la co-porte-parole de Québec solidaire Manon Massé se dit d’accord avec l’idée de rappeler la mémoire de Camille Laurin, mais souhaite voir plus de femmes recevoir le même honneur.

Le député caquiste de la circonscription de Bourget a lancé mardi une pétition pour récolter les signatures des Québécois en vue de renommer sa circonscription en l’honneur de Camille Laurin.

Le document devrait être officiellement présenté devant ses collègues au Salon bleu le 9 ou le 10 mars prochain, soit à la veille du 22e anniversaire du décès de l’ancien ministre péquiste, le 11 mars 1999.

Le comté de Bourget a été représenté par le docteur Laurin de 1970 à 1973, de 1976 à 1985, puis de 1994 à 1998. À la suite de l’élection du gouvernement péquiste de René Lévesque en 1976, Camille Laurin devient ministre d’État au Développement culturel avec le mandat de créer une nouvelle loi linguistique.

Au printemps suivant, il dépose à l’Assemblée nationale ce qui deviendra la Charte de la langue française, mieux connue sous l’appellation de loi 101.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.