/news/currentevents
Navigation

Arrêté vendredi avec un arsenal: l’accusé Karl Maheux déjà largué par son employeur Avjet

Coup d'oeil sur cet article

Arrêté vendredi en possession d’armes illégales et de bombes artisanales, Karl Maheux n’est plus à l’emploi d’Avjet, une entreprise du domaine de l’aviation présente à l’aéroport Jean-Lesage de Québec.

• À lire aussi: Perquisition à L’Ancienne-Lorette: une remise en liberté qui dérange certains voisins

• À lire aussi: [EN IMAGES] Perquisition majeure de la GRC: un véritable arsenal de guerre saisi à L'Ancienne-Lorette

Même si sa culpabilité n’a pas été démontrée, la compagnie n’a pas hésité.

« Nous avons mis fin à son emploi dès que nous avons appris la nouvelle. Nous n’avions aucun indice de ce qui se passait dans sa vie personnelle », a expliqué la gestionnaire des communications de l’entreprise, Audrey Delisle.

Maheux travaillait depuis un an et demi pour Avjet à Québec en tant que préposé au dégivrage des avions. Il s’agit d’un emploi saisonnier.

La compagnie précise que ses préposés au dégivrage peuvent être affectés à d’autres tâches durant l’été ou être mis à pied temporairement.

Avjet indique aussi que les préposés au dégivrage n’ont pas accès à la soute à bagages des appareils ni aux bagages. 

Les proches de Karl Maheux étaient toujours consternés mercredi. Plusieurs jours plus tard, personne n’a pu éclaircir le flou entourant ses motivations.

« Complètement effondré »

Un ami proche de l’accusé s’est dit très attristé. Lui et Maheux ont discuté ensemble brièvement par le biais des réseaux sociaux. Il ne sait toutefois pas pourquoi il détenait tout cet équipement. 

« Il a juste exprimé qu’il était complètement effondré par les événements et qu’il appréciait mon support. Karl est une bonne personne », a-t-il confié.

« Il aime les armes, mais je suis certain qu’il n’avait pas l’intention de faire de connerie, fait-il valoir. Karl est un bon ami, pas violent du tout. Homme de famille, il adore ses enfants. »

Le DPCP et la GRC n’avaient aucun nouvel élément à fournir.

L’accusé a retrouvé sa liberté, mais il doit se soumettre à une série de conditions, notamment de ne pas posséder ni porter, à quelque titre que ce soit, des armes offensives ou à usage restreint, ou des imitations d’arme.

Il doit garder la paix et il lui est interdit de déménager.