/news/provincial
Navigation

Tramway: Gosselin accuse Anglade et Rizqy d’être complètement «déconnectées»

Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, a lancé une volée de bois vert aux libéraux provinciaux, mercredi, en leur reprochant de ne pas écouter la population de Québec au sujet du projet de tramway.
Photo d'archives Le chef de Québec 21, Jean-François Gosselin, a lancé une volée de bois vert aux libéraux provinciaux, mercredi, en leur reprochant de ne pas écouter la population de Québec au sujet du projet de tramway.

Coup d'oeil sur cet article

Le chef de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Québec saute dans l’arène provinciale en accusant les libéraux d’être « complètement déconnectés de la population » avec leur appui au projet de tramway.

• À lire aussi: Tramway: Legault persiste et signe pour une meilleure desserte des banlieues

• À lire aussi: Tramway: la CAQ refuse de préciser publiquement ce qu’elle demande au maire Labeaume

• À lire aussi: Tramway: au moins 1 G$ pour les banlieues, jure Labeaume

Jean-François Gosselin avait convoqué la presse, mercredi, pour lancer un message « aux oppositions » à l’Assemblée nationale, mais il a surtout pointé du doigt la cheffe libérale, Dominique Anglade, et la nouvelle porte-parole des dossiers de la capitale, Marwah Rizqy, deux « élues de Montréal », a-t-il pris la peine de souligner.

« Mesdames, en tout respect, votre position par rapport au projet de tramway à Québec déraille, mais pas à peu près. Votre position ne reflète en rien la réalité de Québec, et je vous invite très respectueusement à aller consulter les citoyens de Québec », a lancé ce farouche opposant au projet du maire visiblement outré de leurs sorties respectives en chambre la veille et de leur appui à Régis Labeaume

Mme Rizqy avait notamment affirmé que M. Labeaume avait réussi à démontrer que les banlieues étaient bien desservies par le projet mardi avec ses cartes et tableaux de chiffres.

M. Gosselin, lui, n’a pas été convaincu et se range clairement dans le camp de la CAQ qui hésite à appuyer le projet.

« Je comprends que votre gouvernement [celui de Philippe Couillard] a donné un chèque en blanc à Régis Labeaume, mais vous avez combien de députés à Québec ? À vous regarder agir, on comprend pourquoi », a tonné l’ancien député de l’ADQ qui avait aussi tenté sa chance, en vain, avec le PLQ en 2012.

Mme Rizqy a réagi en appelant tous les élus à travailler ensemble. « Ça va me faire plaisir de rencontrer M. Gosselin pour entendre sa position et ce qu’il propose comme projet de transport collectif. »

Rousseau demande la tutelle

De son côté, le chef de Démocratie Québec, Jean Rousseau, demande au gouvernement Legault rien de moins que la mise sous tutelle du bureau de projet du tramway.

Il suggère à l’État québécois de prendre carrément le contrôle du projet pour dénouer l’impasse.

« Il faut qu’il y ait un dialogue et en ce moment, le maire en est incapable. Le mur, c’est le maire. C’est lui qui bloque », a-t-il dit. M. Gosselin accuse aussi Régis Labeaume de refuser de négocier.

— Avec la collaboration de Marc-André Gagnon