/news/politics
Navigation

Le retour à l’orange risque d’attendre après la relâche

Les zones rouges pourraient être maintenues en raison des nouveaux variants

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault craint tellement les nouveaux variants qu’il envisage de prolonger les restrictions dans les zones rouges actuelles jusqu’au retour de la relâche, en plus de limiter les déplacements entre le Québec et l’Ontario.

• À lire aussi: Semaine de relâche ne veut pas dire relâchement 

• À lire aussi: «Il ne faut pas trop faire de paranoïa» avec la relâche, prévient Lehouillier

• À lire aussi: Tous les développements de la pandémie

Le premier ministre François Legault a rencontré les journalistes avant la période de questions au Salon bleu, jeudi matin, afin de partager son niveau élevé d’inquiétude face aux nouveaux variants de la COVID-19.
Capture d'écran, TVA Nouvelle
Le premier ministre François Legault a rencontré les journalistes avant la période de questions au Salon bleu, jeudi matin, afin de partager son niveau élevé d’inquiétude face aux nouveaux variants de la COVID-19.

Les citoyens des régions comme la Capitale-Nationale et Chaudière-Appalaches, qui espéraient un retour en zone orange à compter du 22 février, risquent d’être déçus.       

  • Écoutez le journaliste Alexandre Dubé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

« Il y a des zones [...] qui pourraient être effectivement dans l’orange », a reconnu en après-midi le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Mais il faudra « prendre en compte les nouveaux variants » et les possibles « effets collatéraux » de ces variants sur le système de soins, a-t-il expliqué.

Malgré la baisse du nombre d’hospitalisations (moins de 900 en date de jeudi) et la diminution du délestage (27 % de chirurgies reportées), la menace des nouveaux variants pèsera donc lourd dans les décisions à prendre.

« C’est inquiétant, les variants, c’est très, très, très inquiétant. On voit ce qui s’est passé au Royaume-Uni. On ne prend pas ça à la légère », a insisté le premier ministre, qui veut éviter que la situation dégénère pendant la relâche.    

  • Écoutez l’entrevue du Dr Éric Sabbah, cardiologue à l’Hôpital Pierre-Boucher   

Legault dévoile son jeu

Bien qu’il se donne jusqu’à la semaine prochaine pour annoncer son plan de match, François Legault a commencé à dévoiler les cartes qui se cachent dans son jeu.

« Est-ce qu’on garde toutes les zones rouges jusqu’au 8 ou jusqu’au 15 mars ? C’est quelque chose qu’on regarde », a-t-il soulevé.

Un autre scénario envisagé serait de permettre aux régions où la situation le permet de basculer à l’orange, mais en maintenant le début du couvre-feu à 20 h, comme c’est déjà le cas en zone rouge.

Au Bas-Saint-Laurent et au Saguenay–Lac-Saint-Jean, par exemple, le couvre-feu débute à 21 h 30 depuis leur retour en zone orange, le 8 février.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Frontière avec l’Ontario

Si M. Legault ne semble pas très chaud à l’idée d’ériger des barrages interrégionaux, il envisage maintenant d’imposer des contrôles à la frontière avec l’Ontario. 

« Ce qui va être le plus important, pendant la semaine de relâche, c’est que les bulles familiales soient respectées, a-t-il réitéré. C’est-à-dire que si une famille s’en va à son chalet, l’important c’est que ce soit juste la famille qui aille dans son chalet. » 

Les policiers seront d’ailleurs aux aguets afin de veiller au respect de cette consigne. 

Peut-être des contraventions

Alors qu’on retrouve en Ontario plus de la moitié des cas de nouveaux variants détectés au Canada, Québec songe aussi à distribuer des contraventions aux visiteurs des autres provinces qui se retrouvent sur le territoire sans bonne raison.

« Rien n’est exclu. C’est tellement important de limiter les déplacements qu’on va tout regarder », a indiqué en après-midi le ministre de la Santé, Christian Dubé, quelques minutes avant que l’Ontario annonce que sa semaine de relâche est repoussée d’un mois.

Les élèves ontariens, qui doivent revenir aux apprentissages en classe la semaine prochaine, devront attendre jusqu’au 12 avril avant d’avoir droit à une pause scolaire. Leur congé devait avoir lieu du 15 au 19 mars.

Au Québec, la relâche aura lieu au début mars, comme prévu.