/opinion/columnists
Navigation

Vaccin: le Canada s’est-il fait avoir par la Chine?

Justin Trudeau
Capture d'écran, CPAC Justin Trudeau

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre indien vient d’informer les Canadiens que notre gouvernement l’a supplié pour obtenir des vaccins. Sur Twitter. Nous réalisons à quel point nous ne savons rien de l’opération « approvisionnement » de Justin Trudeau.

Dans cette même semaine, les résultats des essais cliniques du vaccin CanSino ont été présentés. Il présente une efficacité entre 65 % et 75 %, semblable à celle d’AstraZeneca. Vous entendrez peu parler de ce vaccin dans nos options.

Pourtant, il y a du Canada dans ce vaccin. Et du mystère.  

  • Écoutez La rencontre Dutrizac-Dumont sur QUB radio:   

L’espoir

Le 17 mai dernier, Justin Trudeau annonçait un partenariat entre un centre de recherche du Canada et une entreprise pharmaceutique chinoise. 

Cette collaboration entre le réputé Centre canadien de vaccinologie de l’Université Dalhousie, en Nouvelle-Écosse, et l’entreprise CanSino Biologics apparaissait prometteuse. Les travaux du Centre avaient joué un rôle clé dans le développement d’un vaccin contre l’Ebola.

Le directeur du Centre canadien, le Dr Scott Halperin, précisait alors que les essais cliniques de phase 1 issus de ce partenariat devaient s’amorcer dès le début de juin. Le Dr Halperin expliquait que les fonds débloqués par le gouvernement fédéral financeraient ces essais. 

  • Écoutez l'entrevue de Denis Leclerc au micro de Benoît Dutrizac sur QUB radio:  

À partir de là, il y a un immense trou noir dans l’information.

Juin ???

Juillet ???

Finalement, le 27 août, le Conseil national de recherches du Canada annonce que l’envoi des échantillons de vaccin de la Chine vers le Canada n’avait pas été permis. La participation du Canada aux essais cliniques n’est donc plus possible. Notez cette curiosité : ce n’est ni le Centre canadien de vaccinologie ni le gouvernement Trudeau qui annoncent la mort de son projet, mais le CNRC.

L’absence d’explications sur ce qui s’est passé dépasse l’entendement. Personne au gouvernement canadien n’a jamais expliqué la fin de l’aventure. Ce n’est qu’il y a deux semaines que monsieur Trudeau, questionné par les journalistes, a commenté l’échec. « Le partenariat avec CanSino ne s’est pas conclu. » Pas de pourquoi, pas de comment, pas de réponses.

Plus que bizarre

Vous voulez en savoir une bonne ? J’ai consulté les documents scientifiques déposés par CanSino en appui à la phase 3 (la phase finale) de ses essais cliniques. Parmi le trio de scientifiques chargés de l’étude, deux sont issus... du Centre canadien de vaccinologie. 

L’un d’eux est le Dr Halperin, le directeur qui avait expliqué le partenariat Canada-Chine après l’annonce de Justin Trudeau, en mai. L’autre est la Dre Joanne Langley. 

Bizarre, non ? Le Canada est écarté du développement de ce vaccin. Les Canadiens ne toucheront jamais les bénéfices du vaccin. Mais nos chercheurs jouent un rôle stratégique pour la suite des choses. Payés par qui, au fait ?

Tant qu’à y aller de détails étonnants, j’en ajoute. Certains articles de journaux annonçant les résultats positifs du vaccin cette semaine mentionnent que le vaccin est le résultat d’une collaboration entre l’entreprise CanSino et... l’armée chinoise ! 

Le retard de la vaccination a un prix énorme, notamment en vies humaines. Si notre gouvernement fut naïf et roulé dans la farine, nous méritons de le savoir.

  • Écoutez la chronique de Caroline St-Hilaire et Antoine Robitaille au micro de Benoît Dutrizac sur QUB radio: