/weekend
Navigation

«Star Académie» : le début d’une grande aventure

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Bruno Petrozza

Coup d'oeil sur cet article

Dans un peu plus de 24 heures, ils y seront. Sur la colossale scène du studio MELS de Saint-Hubert, bâtie expressément pour eux et leurs prestigieux invités. À donner le coup d’envoi à l’une des plus grandes aventures de leur jeune vie. Pour les 21 finalistes de de début de saison de «Star Académie 2021», l’heure de vérité s’apprête à sonner. 

Déjà, le week-end dernier, la fébrilité était à son comble. Les aspirants-académiciens achevaient leur quarantaine préventive, au cours de laquelle ils ont enregistré la nouvelle pièce-thème de l’émission, «Maintenant et partout».

Ils ont aussi travaillé leur chanson de mise en danger avec leur professeur de chant, Gregory Charles, et la directrice Lara Fabian, qui a «coaché» leurs notions de technique vocale et leur interprétation.

Car neuf des finalistes – lesquels? Surprise! À surveiller demain soir... – devront chanter au premier gala animé par Patrice Michaud, pour gagner leur place à l’Académie. Trois d’entre eux accéderont ensuite au noyau de participants, sauvés par le public (2) ou par le corps professoral (1) formé de Lara Fabian, Ariane Moffatt et Gregory Charles.

Ce qui signifie que les téléspectateurs auront immédiatement leur mot à dire sur le déroulement de la compétition, comme tous les dimanches. Une partie des profits amassés grâce à l’argent des votes sera redistribuée à Tel-Jeunes et la Fondation Jeunes en Tête.

  • Écoutez l'entrevue d'Anaïs Guertain-Lacroix avec Patrice Michaud sur QUB radio:

Franchise

Salué par plusieurs pour ses observations justes lors des «Camps de sélection», diffusés en janvier, Gregory Charles a continué dans cette veine dans les dernières semaines. L’enseignant souligne que les candidats ont déjà bossé très fort; avant même le début de leur formation sous l’œil des caméras, ils ont déjà traversé des journées remplies d’exercices et de répétitions, souvent de 8 h à 22 h.

«Je n’ai pas beaucoup de temps avec eux, insiste Gregory. Je n’ai pas quatre ans pour leur faire des guili-guili et leur donner confiance, leur dire qu’ils sont bons et fins, et que je les aime. Ils n’ont pas ce temps-là! Je traite toujours mes élèves, que ce soit des enfants, des jeunes adultes ou des adultes mûrs, comme étant mentalement et psychologiquement assez stables pour recevoir ça et ne pas être détruits. Le but n’est pas d’être meilleur que les autres, mais d’être aussi bons qu’ils peuvent l’être, individuellement.»

Identité et unicité

La guide à la création musicale, Ariane Moffatt, elle, a préparé ses poulains à distance en les initiant à Ableton Live, un programme d’auto-enregistrement musical, et en leur suggérant une foule de balados jasant de création et de production musicale à écouter, ainsi que des artistes à découvrir.

Ariane sera bien sûr de la fête au premier variété de dimanche, mais son véritable boulot à l’Académie commencera mardi prochain, au moment de son premier cours, dont elle garde le contenu jalousement secret.

«Mon rôle, là-dedans, c’est que chacun trouve sa propre identité et la fasse briller, explique Ariane. On a une grande diversité d’artistes, à l’image de notre société d’aujourd’hui. On veut célébrer nos différences, au lieu de vouloir être tous dans le même moule. Ce sont de super voix, de belles personnalités, des gens qui ont envie d’apprendre, avec beaucoup de talent, de motivation et une belle humilité. Ces jeunes sont conscients que, dans les prochains mois, il y aura des caméras partout, mais qu’ils ont auront aussi l’opportunité d’apprendre, avec des outils concrets et réels.»

Pour sa part, Lara Fabian qualifie de «magique» cette occasion d’accompagner des jeunes adultes en pleine éclosion, tant sur le plan musical qu’humain.

«Il y aura forcément beaucoup de fébrilité au premier gala, parce qu’on aura affaire à des jeunes qui veulent donner le meilleur, mais qui ont un enjeu réel. Ils seront en plein exercice de tous leurs désirs, mais pas forcément de tout leur potentiel. Je pense qu’on risque de vivre des moments extrêmement émouvants!»

Leurs conseils aux candidats  

Lara Fabian : «De se préserver. En termes de santé physique, c’est-à-dire être très assidu, ne consommer que des produits sains, boire beaucoup d’eau, dormir le plus possible, explorer le registre vocal complètement, au moins une fois par jour. Se comporter comme un athlète, finalement, c’est ce que je leur propose.»

Gregory Charles : «Ne prenez aucune seconde pour vous préoccuper des affaires que vous ne contrôlez pas, comme le vote ou l’horaire. En ce moment, vous pouvez contrôler votre santé, votre connaissance des textes des chansons que vous devrez chanter... Le reste, oubliez ça! Il y a une espèce d’ivresse qui vient avec le fait de vivre cette aventure, d’être en quarantaine tous ensemble, dans le même hôtel, mais c’est surtout le temps d’emmagasiner du repos, parce qu’après, ça part!»

Ariane Moffatt : «C’est une période qui sera très stressante pour eux, et j’ai envie que ça soit fait dans la douceur et dans le plaisir. Tout est axé sur l’instinct de chacun, le fait de découvrir qui ils sont. Ils vont se démarquer s’ils arrivent à se développer avec leurs propres outils. On peut avoir tous les instruments de musique, les trucs et les formations du monde, mais à la base, dans ce métier, si on veut créer, l’instrument le plus important, c’est soi-même. Pour créer, il faut bien se connaître, déterminer qui on veut être aux yeux des gens et développer une autonomie.»

«Star Académie», ce dimanche, 14 février, à 19 h, à TVA et sur TVA+. Louis-Jean Cormier, Corneille, FouKi, Les Sœurs Boulay, Laurence Nerbonne et Alaclair ensemble figurent parmi les invités du premier gala. La quotidienne sera présentée du lundi au jeudi, à 19 h, à TVA, dès le 15 février.

Les aspirants Académiciens : qui sont-ils?

Ils ne feront pas tous leur entrée à l’Académie de Waterloo, mais c’est parmi ces 21 visages que se trouvent les 15 Académiciens de la cohorte de «Star Académie 2021». Qui sont ces jeunes? Qu’est-ce qui les fait vibrer? Tour d’horizon.

Annabel Oreste – 19 ans – Laval

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Initiée à la chanson dans une chorale d’église, Annabel a participé à l’émission «Crescendo», qu’animait Gregory Charles, avant de briller à «La Voix», en 2017, dans l’équipe de Marc Dupré, à l’âge tendre de 15 ans. Étudiante en art et technologie des médias, elle sait déjà que son avenir passera par la création et la communication. Se définissant d’abord comme une interprète, Annabel penche surtout vers le soul et le gospel. Réservée dans la vie, la jeune femme arbore fièrement le diadème sur scène, pour prouver qu’elle garde toujours la tête haute et montrer aux jeunes que tout est possible, peu importe leurs origines.

Charles Kamoun – 27 ans – Québec

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Charles a bouleversé Lara Fabian par son intensité en interprétant avec beaucoup d’émotion «Impossible», de Shontelle, lors du deuxième «Camp de sélection». L’artiste de 27 ans a grandi entre la France et le Québec, a appris la guitare en autodidacte, et chante autant Aznavour que Roxane Bruneau, Bruno Mars ou Marvin Gaye. S’il devient souvent le centre de l’attention, Charles cache derrière son assurance une sensibilité à fleur de peau. Il se définit comme un battant, un gars rassembleur et charismatique, déjà perçu comme le «grand frère» de tous à l’Académie.

Dashny Jules – 19 ans – Montréal

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Influencé, plus jeune, par les airs gospel que sa mère entonnait à la maison, ce grand amateur de R&B, de soul et de groove cherche encore un peu son style musical, mais sa joie de vivre et sa passion pour la scène, elles, sont indéniables. Dashny travaille comme préposé dans un organisme de bienfaisance et insuffle positivité, sourire et énergie dans tout ce qu’il fait. Généreux, le jeune adulte est toujours là pour soutenir et encourager les autres.

Frédérique Beaulieu – 25 ans – Trois-Rivières

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Insatiable curieuse s’intéressant à mille et une choses, Frédérique est étudiante au doctorat en psychologie, et elle intègre sa passion pour les arts dans ses sujets de recherche à l’université. Elle a appris le violon pendant huit ans, mais n’a jamais suivi de cours de chant; elle a toujours poussé la note par plaisir, sans désir absolu de devenir célèbre, même si son talent ne fait aucun doute. Saura-t-elle chasser son syndrome de l’imposteur si elle entre à l’Académie? Fana de soul, de jazz et de R&B, Frédérique admire Ella Fitzgerald, Beyoncé, Harmonium et sa future professeure de création musicale, Ariane Moffatt.

Guillaume Lafond – 25 ans – Richelieu

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Sa guitare, son chapeau et ses bottes de cowboy: voilà les trois éléments indispensables à Guillaume sur scène! Fier ambassadeur du genre, le jeune homme veut faire briller le country à «Star Académie», en y ajoutant une touche magique de son cru. Terre à terre,

simple et généreux, Guillaume souhaite participer à l’émission pour apprendre et faire des rencontres qui lui permettront de grandir comme artiste. Jusqu’ici, avec en poche un diplôme collégial en musique et chanson, il a offert des spectacles à des voyageurs en croisière. Il travaille aujourd’hui comme directeur technique pour la salle de spectacle d’un collège.

Jacob Roberge – 23 ans – Québec

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Au printemps dernier, la relecture de Jacob de «Bohemian Rhapsody» – dont il jouait tous les instruments, et qu’il a arrangée et mixée seul dans un studio de son 4 et demi – a créé sensation sur le web et a été visionnée plus de 75 000 fois sur YouTube. Le jeune multi-instrumentiste (piano, guitare, batterie, basse, ukulélé, bouzouki), diplômé en chant classique (mais aussi «fan» de rock), exploite ses talents sur TikTok et a déjà fait partie de la distribution des comédies musicales «Fame» et «La mélodie du bonheur». Quand il n’est pas occupé à composer, Jacob est aussi conseiller dans un magasin de musique et directeur vocal dans un cégep. Pas mal pour quelqu’un qui se qualifie d’introverti!

Joey Michael – 23 ans – Alma

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

La radio toujours ouverte dans la maison de son enfance a allumé une étincelle chez Joey, qui a poursuivi ses études en chant jazz au cégep, même s’il ne cache pas non plus son affection pour le rock, le son des synthétiseurs et les chansons des années 1980. Prônant la diversité et l’authenticité – première qualité qu’il recherche chez un artiste –, Joey estime qu’on a tout à gagner en demeurant soi-même, notamment comme auteur-compositeur. Ses proches le savent attachant, drôle et empathique, et lui aime les personnes ouvertes d’esprit et sur le monde.

Jullian Thomasz – 26 ans – Saint-Eustache

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
PHOTO COURTOISIE/Productions Déferlantes

Le discret Jullian devient un livre ouvert quand il chante, une manière pour lui de s’émanciper, exprimer ses émotions et raconter son histoire. Son récit à lui a commencé au Sri Lanka, pays que sa famille a quitté quand il avait 7 ans, pour fuir un climat de guerre. Entre ses deux boulots, dans une animalerie et à l’aéroport, marqué par la pop et le hip-hop, Jullian fait ce qu’il aime le plus : écrire des chansons.

Lunou Zucchini – 25 ans – Saint-Denis-sur-Richelieu

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Même si elle a grandi dans la musique, avec une maman appelée Luce Dufault, Lunou n’a pas décidé sa voie instantanément. Elle a pris le temps de choisir. C’est finalement le théâtre musical qui l’a fait craquer, et aujourd’hui, il ne fait nul doute pour elle que sa place est sur une scène, comme chanteuse ou comédienne. Au micro, Lunou mise sur la simplicité et la sensibilité, à l’image des Ingrid St-Pierre, Louis-Jean Cormier, Catherine Major et Patrice Michaud qu’elle admire. À l’Académie, elle espère trouver les clés qui l’aideront à composer ses propres chansons, mais aspire surtout à vivre une merveilleuse expérience humaine.

Maëva Grelet – 19 ans – Saint-Jean-sur-Richelieu

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Cosméticienne souriante, de bonne humeur, énergique et optimiste, Maëva se dit prête à conquérir le monde sitôt l’œil ouvert... et n’a surtout pas besoin d’un «chum»! Son grand amour de la musique lui suffit. Entichée des rythmes entraînants des airs du Mali, pays d’origine de sa maman, et des grandes voix de Tina Turner, Whitney Houston, Alicia Keys, Ginette Reno, Édith Piaf et Céline Dion, Maëva incarne un mélange de puissance et de sensibilité.

Matt Moln – 21 ans – Lévis

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Le sensible Mathieu Michaud, alias Matt Moln, a choisi le mot suédois «Moln» (signifiant «nuage») comme nom d’artiste, et ce n’est pas anodin: étudiant en philosophie, Matt se décrit comme «un grand romantique un peu perdu dans l’univers», qui aime faire des allers-retours entre l’ombre et la lumière, entre la scène, où il se sent vivre, et dans son cocon, d’où il observe le monde en composant ses chansons. Guitare en main, notre rêveur gratte du folk, du funk, du pop et du rap, dans le bonheur de faire voyager son imaginaire à travers sa musique.

Meghan Oak – 23 ans – Coteau-du-Lac

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Sa maman dit de Meghan qu’elle est toujours prête à courir avant de marcher! Celle qui a déjà lancé le EP «Étrangère» a une multitude de projets en tête et craint de manquer de temps pour les accomplir. Finissante en communication à l’UQAM, son cœur balance entre la chanson et l’animation. Elle adore se retrouver en «gang» pour chanter et, musicalement, Meghan ne snobe aucun style, elle aime tout. Sociable, douce et attentionnée, elle profite de chaque occasion pour apprendre. Au «Camp de sélection», les professeurs ont vanté sa technique irréprochable, tout en souhaitant que Meghan vive davantage les émotions quand elle chante, un défi qu’elle souhaite aussi relever.

Olivier Faubert – 28 ans – Montréal

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

L’expression «se réinventer», Olivier la connaissait bien avant la pandémie : à 11 ans, il a connu un baptême de feu dans la comédie musicale «Le Petit Prince»... puis, la voix d’or du petit ange a mué. Au secondaire, il a fondé un groupe avec son meilleur ami, et le succès l’a mené dans des avenues plutôt «rock and roll». Olivier soutient à la blague que son adolescence a duré jusqu’à 25 ans. Maintenant délivré de ses excès, il a complètement changé de vie et travaille comme sommelier. Cet adepte de musique québécoise se décrit comme un interprète extraverti, drôle et rassembleur.

Queenie Clément – 29 ans - Montréal

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Capable d’émouvoir sur «Hallelujah» et de faire danser sur du hip-hop endiablé de son cru, comme elle l’a démontré au second «Camp de sélection», Queenie fait honneur à son prénom en dégageant la confiance d’une reine! Diplômée en psychologie et en cinéma, cette fonceuse à la voix puissante et au cœur généreux, qui mord dans la vie et n’abandonne jamais, partage son temps comme coordonnatrice dans une clinique médicale le jour et comme chanteuse dans une chorale gospel le soir et les fins de semaine. Serait-elle une future diva du rap, du hip-hop ou du R&B?

Rosalie Ayotte – 19 ans – Saint-Tite

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Rosalie est une inconditionnelle de «Star Académie», à un point tel qu’elle jure que Wilfred LeBouthillier, c’est «son Justin Bieber» à elle. Bien connue dans son patelin de Saint-Tite, l’attachante Rosalie poursuit sa passion en chant pop-jazz au Cégep de

Drummondville. À la fois extravertie et solitaire, cette auteure-compositrice sensible puise dans plusieurs influences pour raconter son histoire, à commencer par le duo le plus cher à son cœur, Les Sœurs Boulay, qui sera d’ailleurs du premier gala de variétés, dimanche. Rosalie réalisera-t-elle un rêve en se produisant auprès de Stéphanie et Mélanie?

Shayan Heidari – 21 ans – Montréal

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Shayan est convaincu qu’on peut rendre le monde meilleur en propageant le bonheur à travers la musique, comme celle qu’il compose dans le studio aménagé dans le sous-sol de ses parents. Derrière le calme légendaire de Shayan brûle un feu ardent qu’il nourrit chaque jour de plaisirs simples, comme les promenades dans la nature, la méditation et le bon temps avec sa famille, laquelle est arrivée de l’Iran il y a 25 ans. Le garçon souhaite d’ailleurs perfectionner son français, a-t-il confié au premier «Camp de sélection». Réservé de nature, Shayan laisse exploser sa sensibilité sur des accords pop, indie-pop, hip-hop, jazz et R&B.

Sofia Duhaime – 18 ans – Gatineau

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Attirée par tout ce qui touche la création, Sofia étudie en arts au niveau collégial et vibre particulièrement pour la musique et le cinéma. Son papa, un poète, lui a transmis son amour des mots, et sa maman, arrivée de Serbie comme réfugiée, lui a fait découvrir les Beatles et les Rolling Stones. Or, c’est la chanson francophone qui allume le plus Sofia, dont celle de Charles Aznavour, de Pomme et de «son meilleur», Pierre Lapointe. À travers ses multiples intérêts, la jeune femme souhaite définir quelle artiste elle est vraiment.

William Cloutier – 25 ans – Victoriaville

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

La production s’est montrée rassurante, cette semaine : si William doit entrer à l’Académie, on trouvera une façon de lui permettre d’assister à la naissance de son deuxième enfant, prévue en février, comme l’avait vécu l’ex-académicien Jean-François Bastien, dans l’édition 2003 de «Star Académie». Celui chez qui Gregory Charles perçoit des habiletés vocales de «star américaine» s’est déjà fait valoir à «La cour des grands» et à «Mixmania 3», et a complété des études en théâtre pour devenir un meilleur interprète. Sociable, passionné, extraverti, William adore les spectacles à grand déploiement et espère affûter à l’émission ses outils d’auteur-compositeur-interprète, tant avec les mots qu’avec la musique.

Zara Sargsyan – 16 ans – Montréal

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
Photo : Julien Faugere

Plus jeune candidate du groupe, Zara voit grand et loin du haut de ses 16 ans, et clame haut et fort n’avoir peur de rien! Née en Arménie, dans une famille de musiciens, elle est arrivée au Québec à l’âge de 7 ans. Acceptée au programme préconservatoire de musique de Montréal, elle joue de six instruments (hautbois, guitare, piano, trompette, guitare électrique et ukulélé), mais elle adore par-dessus tout chanter. Elle compose de surcroît son propre matériel, conseillée par son père pour les mélodies, sa mère pour les paroles et son grand-père pour l’ensemble de l’œuvre!

Allyson Pétrin – 25 ans – Drummondville

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
PHOTO COURTOISIE/Productions Déferlantes

Sélectionnée par le public lors du vote qui a suivi le deuxième «Camp de sélection», Allyson est professeure de chant auprès d’enfants et d’adolescents, et diplômée collégiale en musique et chanson. Elle compose depuis plusieurs années, et affirme que l’écriture la réconforte et la fait grandir. Cette fille de chanteuse country se définit elle-même comme une force tranquille, à l’écoute de ses émotions et du monde qui l’entoure, sensible et authentique. Allyson navigue dans plusieurs genres musicaux, allant du folk au blues et au jazz, avec un soupçon de rock!

Vincent Julien – 22 ans – Alma

«Star Académie» : le début d’une grande aventure
PHOTO COURTOISIE/Productions Déferlantes

Lui aussi choisi au terme du scrutin populaire, Vincent voit la vie en multicolore, comme dans une comédie musicale. Ce n’est pas un hasard s’il fait partie de la troupe Québec Issime depuis quatre ans, parallèlement à ses études supérieures en chiropratique. Grand nostalgique, le garçon qu’on dit expressif, énergique, drôle, curieux et verbomoteur en pince surtout pour la pop et la chanson francophone, mais il peut toucher à tous les registres. À l’Académie, Vincent espère mieux cerner sa propre couleur artistique.