/weekend
Navigation

Une dystopie signée Louise Erdrich

WE 0213 En mode lecture
Photo courtoisie L’enfant de la prochaine aurore
Louise Erdrich
Aux Éditions Albin Michel
416 pages

Coup d'oeil sur cet article

Comme on a eu un vrai coup de cœur pour ce tout nouveau roman de l’écrivaine américaine Louise Erdrich, on s’est dit qu’il n’y avait pas meilleur moment que la Saint-Valentin pour en parler !

Au début, on ne comprendra pas tout à fait pourquoi la situation est aussi grave, pourquoi il est question de régression de l’espèce humaine et pourquoi le monde tel qu’on le connaît est sur le point de toucher à sa fin. Mais la jeune Cedar Hawk Songmaker, dont on lira ici le journal intime, va bien assez vite finir par nous l’expliquer. Eh, oh mon dieu, quel cauchemar ! 

Avant d’aller plus loin, il faut savoir que Cedar est enceinte de quatre mois. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle elle tiendra absolument à rencontrer sa mère biologique, une Amérindienne ojibwée qui l’a abandonnée à la naissance. Avec tout ce qui se passe autour d’elle, elle a besoin de savoir s’il y a des maladies dans la famille, si son bébé risque d’hériter d’une quelconque tare génétique.

Les premières lueurs du crépuscule

Faisant fi de l’avis de ses parents adoptifs, qui estiment que nul ne devrait voyager par les temps qui courent, Cedar se rendra donc dans la réserve du Minnesota où habite sa vraie mère. Ce qui sera le premier faux pas d’une longue série. Parce que plus il y aura de gens au courant de sa grossesse, plus Cedar et son futur bébé seront en danger.  

Au final, une dystopie qu’on a adorée. Non seulement parce que l’avenir que nous permet d’entrevoir l’Américaine Louise Erdrich est franchement inquiétant, mais parce que son récit n’est pas sans rappeler un autre excellent livre : La servante écarlate de Margaret Atwood. 

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE 

Les cloches jumelles

Lars Mytting<br/>
aux Éditions Actes Sud<br/>
432 pages
Photo courtoisie
Lars Mytting
aux Éditions Actes Sud
432 pages

En principe, on aurait dû parler de ce très beau roman il y a déjà plusieurs semaines. Comme mieux vaut tard que jamais, direction la Norvège jusqu’au petit village de Butangen, où les membres de la famille Hekne vivent paisiblement depuis des siècles. Mais lorsqu’un nouveau prêtre et un chercheur allemand en architecture viendront s’y installer, les choses ne tarderont pas à changer. Et peut-être que pour la jeune Astrid Hekne, ce sera pour le mieux...

Nomadland

Jessica Bruder<br/>
aux Éditions J’ai lu<br/>
448 pages
Photo courtoisie
Jessica Bruder
aux Éditions J’ai lu
448 pages

Un film mettant en vedette Frances McDormand a été tiré de ce livre-choc, et avec un peu de chance il devrait bientôt être diffusé au Québec. Alors d’ici là, autant en profiter pour découvrir l’émouvant parcours de tous ces gens qui, à cause de la crise des subprimes, ont dû se résigner à vivre dans des roulottes souvent aux antipodes des luxueux modèles de la compagnie Winnebago. 

Le cinéma policier français

Jean Ollé-Laprune<br/>
aux Édition Hugo<br/>
240 pages
Photo courtoisie
Jean Ollé-Laprune
aux Édition Hugo
240 pages

Pour se trouver un petit film sympa à regarder en amoureux, ce livre est une vraie mine d’or. Ascenseur pour l’échafaud de Louis Malle, À bout de souffle de Jean-Luc Godard, L’été meurtrier de Jean Becker, Tchao Pantin de Claude Berry, Monsieur Hire de Patrice Leconte, Les rivières pourpres de Mathieu Kassovitz... En fait, c’est tout le meilleur du cinéma policier français qui est ici passé en revue ! 

10 choses que chaque enfant autiste aimerait que vous sachiez

Ellen Notbohm<br/>
aux Éditions Hurtubise<br/>
184 pages
Photo courtoisie
Ellen Notbohm
aux Éditions Hurtubise
184 pages

Ce best-seller qui s’est déjà écoulé à plusieurs centaines de milliers d’exemplaires dans le monde pourrait facilement être comparé à une clé, puisqu’il nous ouvre toutes grandes les portes de l’univers très particulier des enfants autistes. De la façon dont ils pensent aux manières dont on peut les aider à se socialiser, tout, tout, tout y est expliqué. Bref, un incontournable.

Frissons garantis 

À la folie, pas du tout<br/>
M. J. Arlidge<br/>
Aux Éditions Les Escales<br/>
352 pages
Photo courtoisie
À la folie, pas du tout
M. J. Arlidge
Aux Éditions Les Escales
352 pages

À la folie, pas du tout

Avec un titre pareil, ce septième volet de la série Helen Grace ne pouvait pas mieux tomber. Après tout, on n’est plus qu’à quelques heures de la Saint-Valentin ! Et pour ceux que ça pourrait inquiéter, il n’est vraiment pas nécessaire d’avoir lu les six opus précédents. En fait, on entre tout de suite dans l’histoire, parce qu’elle démarre carrément sur les chapeaux de roues : sur une route de campagne des environs de Southampton, une bonne épouse et mère de famille du nom de Sonia Smalling sera forcée de se ranger sur le bas-côté où, moins de 10 minutes plus tard, elle poussera son dernier souffle. Qui l’a ainsi froidement abattue, et pour quelle raison ? 

Une course contre la montre

Alors que sa journée vient à peine de commencer, voilà ce que l’inspectrice Helen Grace sera chargée de découvrir. Car le hasard faisant parfois très bien les choses, c’est elle qui, à 7 h 17, trouvera sur la chaussée le corps de Sonia Smalling. À ce stade, Helen ne sait pas encore que les 15 prochaines heures seront complètement folles, un jeune couple ayant apparemment décidé de laisser un maximum de cadavres derrière lui. 

Un polar bourré d’adrénaline qu’il est difficile de ne pas dévorer en un éclair !