/investigations
Navigation

De mystérieux fournisseurs ont reçu des millions de Québec

Le gouvernement se fait avare de détails sur des firmes sans expérience qui ont eu des contrats pour la COVID

Coup d'oeil sur cet article

Québec a donné de juteux contrats de fourniture d’équipement médical pour la COVID-19 à des entreprises qui n’avaient pas d’expérience dans le domaine.

Selon une compilation effectuée par notre Bureau d’enquête à partir de documents publics, au moins six entreprises ayant décroché des contrats de plusieurs millions sans appel d’offres avaient très peu de liens, sinon aucun, avec l’univers des équipements de protection individuelle (EPI).  

  • Écoutez l'analyse d'Antoine Robitaille et de Caroline St-Hilaire avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Un des cas les plus patents et les plus opaques est celui de Digitech Finance, une compagnie montréalaise qui offre des prêts privés aux entreprises.

La firme a réussi à obtenir des contrats totalisant 34,1 millions $ pour des masques N95.

Forward Funding, un site spécialisé dans les prêts privés aux entreprises, appartient à Noah Benaroch, le dirigeant de Digitech Finance­­­, et occupe ce bureau anonyme dans un immeuble de Montréal.
Photo Pierre-Paul Poulin
Forward Funding, un site spécialisé dans les prêts privés aux entreprises, appartient à Noah Benaroch, le dirigeant de Digitech Finance­­­, et occupe ce bureau anonyme dans un immeuble de Montréal.

Malgré nos recherches, il a été impossible de découvrir des activités médicales attribuables à cette compagnie ou à celles qui sont liées à son propriétaire, Noah Benaroch, qui donne la ville de Côte-Saint-Luc, dans le centre de l’île de Montréal, comme lieu de résidence.   

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio:   

Renseignements confidentiels

Québec refuse de dévoiler le coût à l’unité des masques N95 commandés à Digitech Finance, « car ils constituent des renseignements commerciaux de nature confidentielle », nous a répondu par courriel le ministère de la Santé.

Les contrats ont été conclus en avril dernier, alors que les prix des équipements de protection individuelle atteignaient des records en raison d’une pénurie mondiale.

On refuse aussi de nous dire quand la marchandise a été reçue. « La plupart des fournisseurs [gouvernementaux] honorent leurs obligations », selon le Centre d’acquisitions gouvernementales du Québec.

Cette opacité s’étend, en fait, à tous les contrats de gré à gré d’équipements de protection individuelle accordés durant la pandémie. 

Le gouvernement reconnaît que certaines entreprises n’ont pas livré la marchandise, sans nommer d’entreprises en particulier.

« Dans certains cas, des démarches sont en cours pour récupérer des montants d’argent avancés pour des commandes annulées », a-t-on précisé.

Impossible à joindre

Le propriétaire de Digitech Finance, Noah Benaroch­­­, est associé au secteur des prêts privés aux entreprises par le truchement du site internet portant le nom de Forward Funding, et dont l’adresse se trouve à Montréal.

Forward Funding occupe un bureau anonyme dans un immeuble situé dans l’ouest de la ville, près du boulevard Décarie.

Malgré des tentatives répétées, il a été impossible de joindre M. Benaroch pour obtenir ses commentaires.

Dans les textes apparaissant dans la page de gauche, vous trouverez des détails sur cinq autres entreprises peu habituées au monde médical qui ont obtenu d’importants contrats.

3,8 milliards $ de contrats      

Le gouvernement québécois a accordé 3,8 milliards $ en contrats sans appel d’offres liés à la pandémie de COVID-19 depuis le mois de février dernier, selon nos calculs.

Il a pu accorder ces contrats sans concurrence en raison de l’urgence de la situation.

La plus grande partie de cette somme, soit 3 milliards $, est allée à l’achat d’équipements de protection individuelle (EPI), comme les masques, les écrans faciaux et les blouses médicales. Ces EPI proviennent surtout de la Chine, où est concentrée la plus grande capacité de production de la planète.

Dans certains cas, au début de la pandémie, les EPI ont dû être expédiés à grands frais par avion, en raison de la pénurie qui existait à ce moment-là au Québec.

Les autres contrats liés à la COVID-19 sont allés à diverses compagnies, comme des agences de sécurité, des fournisseurs informatiques et des installateurs de systèmes de ventilation.


Digitech Finance

Montréal

Photo Pierre-Paul Poulin

  

  • Masques            

Valeur des contrats : 34,1 M$


Servicios de Personal del Estado de México

Mexique

Photo courtoisie

  

  • Blouses médicales            

Cette société de centres d’appels a pignon sur rue dans la ville de Mexico. Nos recherches ne nous ont pas permis de trouver des liens entre cette compagnie et la vente d’équipements médicaux, et encore moins avec le Québec.

Son dirigeant s’appelle Juan de Dios Santillán de la Vega. Il est proche du pouvoir central du pays.

Lors de la campagne de l’actuel président mexicain, Andrés Manuel López Obrador, en 2018, la compagnie avait assuré ses services téléphoniques électoraux. Actuellement, elle procure des services de centres d’appels au gouvernement mexicain (voir la photo).

M. Santillán de la Vega a fait parler de lui à la fin de l’année dernière lorsqu’il a été impliqué dans le sauvetage financier de la compagnie mexicaine de vols au rabais Interjet, acculée à la faillite.

◆ Valeur des contrats : 31,7 M$


R-Negotiations

État de New York

Capture d'écran, Google Maps

  

  • Masques            

Cette entreprise américaine est un véritable fantôme.

Malgré nos efforts de recherche, il a été impossible de trouver des renseignements sur elle. Son adresse à Hopewell Junction, une petite ville dans le sud de l’État de New York, est tout ce qu’on a découvert.

L’adresse correspond à celle du principal bureau de poste de la ville (sur la photo), donc à une boîte postale. 

R-Negotiations est enregistrée comme entreprise au Delaware, mais sa fiche d’inscription ne contient aucun autre renseignement que sa date de fondation en 2017.

Elle a pourtant décroché trois contrats en avril avec Québec, totalisant 22,5 millions $, pour des masques de procédure et N95.

◆ Valeur des contrats : 22,2 m$


Sistema de Salud y Nutrición

Mexique

Capture d'écran

  

  • Blouses et gants            

Le portrait est compliqué pour cette compagnie mexicaine qui entretient des liens avec le Québec.

Cette entreprise est un distributeur de batteries de cuisine haut de gamme Royal Prestige. Elle vend aussi des équipements de protection individuelle, essentiellement des gants et des blouses, par le truchement d’un site internet secondaire, enregistré au Mexique, mais dont les informations de contact indiquent une adresse montréalaise.

La compagnie dispose d’un représentant au Québec du nom d’Omar Al Atroshi. 

Elle a obtenu trois contrats de la part du gouvernement québécois, en juin et en septembre.

◆ Valeur des contrats : 5,6 m$


XP4 Management

Québec

Photo d'archives

  

  • Blouses médicales            

Il s’agit d’une entreprise inactive, propriété de l’homme d’affaires de Québec Dany Gagnon. Celui-ci est également un des dirigeants de la compagnie Chrono Aviation (sur la photo).

En entrevue, M. Gagnon a rappelé que Chrono Aviation avait été activement impliquée dans le nolisement d’avions pour le transport d’EPI entre la Chine et le Québec au printemps dernier. Il a expliqué qu’il a eu, à ce moment-là, l’occasion d’acheter deux lots de blouses médicales directement d’un manufacturier chinois, sans passer par un intermédiaire.

Il a donc décidé de les offrir en vente au gouvernement québécois, car il avait pu obtenir des prix raisonnables grâce à l’absence d’intermédiaire. 

Pour ce faire, il a obtenu l’accréditation de Santé Canada pour que XP4 Management obtienne la licence d’importateur médical.

◆ Valeur des contrats : 5,5 m$


Distribution Élite Canada

Montréal

Capture d'écran

  

  • Lingettes désinfectantes            

Cette compagnie de distribution d’armes à feu et de matériel policier est dirigée par un sergent du SPVM, Mathieu Fortier. 

Notre Bureau d’enquête révélait l’été dernier qu’elle avait décroché plusieurs contrats de la part de corps policiers du Québec, ce qui soulevait des problèmes éthiques.

Au cours de la dernière année, Distribution Élite a obtenu des contrats sans appel d’offres totalisant 1,1 million $ pour la vente de lingettes désinfectantes auprès de quatre organismes publics : deux avec la Sûreté du Québec, un avec le ministère de la Sécurité publique et un autre avec le CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal. Le plus important est allé au CIUSSS qui a commandé pour 1 million $ de lingettes au mois de septembre.

En entrevue, le policier Mathieu Fortier a indiqué que son entreprise offrait des lingettes en temps normal pour une utilisation sur les scènes de crime. En raison de la pénurie de lingettes causée par la pandémie, sa compagnie, a-t-il expliqué, a pu desservir de nouveaux clients comme le CIUSSS.

◆ Valeur des contrats : 1,1 m$


Faites vos recherches parmi tous les contrats publics québécois en lien avec la COVID-19.

Vous avez de l’information à propos des contrats publics octroyés pendant la pandémie ? Contactez-­nous en toute confidentialité par courriel : jules.richer@quebecormedia.com