/news/provincial
Navigation

Zone rouge prolongée: un autre coup dur dans la grande région de Québec

Quebec
Photo Stevens LeBlanc

Coup d'oeil sur cet article

Des commerçants et des associations sportives commencent à avoir le moral au plancher même si la situation sanitaire s’est beaucoup améliorée dans la grande région de Québec qui reste en rouge.

• À lire aussi: Le Québec encore confiné

L’espoir d’un assouplissement pour les jeunes sportifs a de nouveau été balayé par le gouvernement Legault mardi, et la saison de hockey mineur pourrait officiellement être annulée d’ici quelques heures.

Une rencontre est d’ailleurs prévue jeudi et un vote est imminent. Les enfants veulent jouer, mais l’élastique est étiré au maximum.

Un peu tard

« Je pense que les gens sont résignés et abattus. On pourra peut-être faire du hockey de printemps, mais c’est une minorité de joueurs qui embarquent dans un tel programme. Ça donne une saison d’un mois et demi si c’est possible après la relâche. Sauf que les arénas vont fermer. C’est ça le danger », explique Frederic Delaunay, président de l’Association du hockey mineur de Sainte-Foy/Sillery. 

Malgré tout, plusieurs parents déçus comprennent qu’il serait difficile de lancer une saison en mars. « Faire des pratiques avec un minimum de joueurs sur la glace et attendre des semaines avant de jouer des matchs, il y a peu d’espoir », ajoute le dirigeant. 

Récemment, 14 dirigeants d’associations ont pris la plume pour faire valoir leurs arguments auprès du gouvernement. Leur démarche n’est pas couronnée de succès pour l’instant.

Déception

La situation n’est guère plus rose pour les gyms et leurs clients qui doivent encore patienter, contrairement aux cinémas.

Pour Gabriel Hardy, porte-parole provincial du Conseil canadien de l’industrie du conditionnement physique, et propriétaire du gym Le Chalet, à Québec, rien ne justifie le statu quo à l’heure actuelle. 

« C’est décevant. On priorise les centres d’achats au lieu de l’activité physique et on parle d’un marathon en conférence de presse, mais on laisse le sport sur les lignes de côté depuis le début de la pandémie », a-t-il notamment affirmé.

Du côté des restaurateurs, l’annonce de mardi n’a pas suscité de surprise.

« Je n’avais pas d’espoir d’ouvrir avant la relâche. On a eu un bon succès pour les boîtes-repas avec le Super Bowl et la Saint-Valentin. On ne veut surtout pas ouvrir et refermer une autre fois. On en a déjà assez bavé, ce n’est pas trois semaines de plus qui vont tout changer. Je vois la lumière un peu », termine Ivan Waddell, directeur général associé du Archibald Sainte-Foy.