/finance
Navigation

Profits en baisse de 620 M$ chez Hydro

La pandémie force en outre la société d’État à faire des provisions records pour les mauvaises créances

STOCKQMI-HYDRO-QUEBEC
Photo d'archives, Agence QMI Hydro-Québec prévoit verser 1,7 milliard $ au gouvernement pour 2020. Ce montant était de 2,19 milliards $ en 2019.

Coup d'oeil sur cet article

Hydro-Québec a vu chuter de façon historique ses profits, de 620 M$, l’an dernier, en raison des impacts de la pandémie et des températures plus clémentes. La société d’État a aussi dû faire des provisions records pour pallier les risques de non-recouvrement de certaines créances.

Mercredi, le fournisseur d’électricité a dévoilé ses résultats financiers pour 2020. Le bénéfice net a atteint 2,3 milliards $, comparativement à 2,92 milliards $ en 2019. 

« La crise sanitaire et le ralentissement de l’économie ont pesé sur nos résultats », a affirmé la PDG, Sophie Brochu, qui vise à réaliser des profits supplémentaires de 400 M$ cette année, par rapport à 2020. 

En fait, la pandémie a eu jusqu’à présent des impacts d’environ 325 M$ pour Hydro sur le marché québécois. Mme Brochu espère un retour à la normale des activités « vers la fin de l’année ou au début 2022 ».

  • Écoutez la chronique économique de Michel Girard sur QUB radio:

Comme quoi la COVID-19 a pesé lourd sur certaines familles et entreprises, Hydro-Québec a dû augmenter sa provision pour les mauvaises créances de 71 M$ en 2020, par rapport à 2019. L’enveloppe a bondi à 157 M$.

La direction dit avoir mis en place des « mesures exceptionnelles » pour aider les consommateurs en difficulté, dont le coût s’élève à 90 M$. La société d’État a notamment choisi de ne pas débrancher les foyers incapables de payer leur électricité. Elle a aussi signé plusieurs ententes de paiement au cas par cas. 

« Certains comptes clients, tant résidentiels que d’affaires, ont montré des signes de détérioration au cours de l’exercice », note l’organisation dans son rapport financier. « Il s’agit d’un niveau sans précédent [157 M$] qui témoigne de l’ampleur des perturbations découlant de la crise sanitaire ».

« Nous avons mis en place des mesures pour aider les clients qui avaient de la difficulté. Est-ce que tous les clients vont être capables de payer leurs arriérés ? Non. C’est pour cette raison les provisions », a concédé Mme Brochu.

Baisse des ventes

En juin dernier, Hydro-Québec s’attendait déjà à enregistrer une baisse de ses profits d’environ 600 millions $ en 2020, alors que les ventes d’électricité au Québec et à l’étranger souffraient des impacts de la COVID-19. 

Pour l’ensemble de 2020, les ventes d’électricité au Québec ont reculé de 146 M$. La demande provenant des secteurs commercial, institutionnel et industriel a chuté de 7 %, notamment en raison de la hausse du télétravail et de la fermeture de plusieurs entreprises.

Cette diminution des ventes dans la province a toutefois été ralentie par une hausse de 4 % de la demande du côté du secteur résidentiel. 

Pour les ventes hors Québec (31,3 TWh), elles ont diminué de 116 M$, pour atteindre 1,32 G$. Le prix moyen de vente de l’électricité a baissé à 4,2 ¢/kWh, contre 4,3 ¢/kWh un an plus tôt.  

TROIS FAITS SAILLANTS DU BILAN ANNUEL 2020 D’HYDRO-QUÉBEC 

Des investissements pour 4,6 milliards $

Hydro-Québec desserrera les cordons de sa bourse cette année avec des investissements de 4,6 milliards de dollars. Plus de 60 % de ce montant devrait être affecté aux activités de maintien et d’amélioration des installations. « On va ouvrir la machine et on va l’ouvrir pendant plusieurs années », a indiqué la PDG, Sophie Brochu. « On va essayer de rattraper le retard, mais aussi de devancer certains investissements. On veut donner un coup dans notre économie », a-t-elle ajouté. Comme chantier, Hydro-Québec prévoit investir d’importantes sommes dans la construction de lignes de transport, notamment celle qui reliera le poste Micoua, sur la Côte-Nord, au poste du Saguenay, au Saguenay–Lac-Saint-Jean. La société d’État poursuivra aussi ses travaux sur la centrale la Romaine-4. En 2020, Hydro-Québec a injecté 3,4 milliards $ au Québec dans ses installations et différents projets. 


Un an de retard pour la Romaine-4

La Romaine-4 (245 MW), qui sera la dernière installation d’un complexe hydroélectrique de 8,3 milliards $ permettant une production totale de 1550 MW, sera en service un an plus tard que prévu, soit en décembre 2022. La pandémie a forcé Hydro-Québec à mettre sur pause son dernier chantier sur la Côte-Nord durant plusieurs semaines, en 2020. « La construction du barrage est achevée et le bétonnage se poursuit à la centrale », note dans son récent rapport financier la société d’État. L’an dernier, notamment en raison des retards dans les travaux, Hydro-Québec a dû injecter 677 M$ supplémentaires dans le projet de la Romaine. 


Moins d’ententes de paiement

Hydro-Québec a constaté une baisse des ententes de paiement en 2020. Le nombre de contrats signés avec des clients en difficulté financière a atteint 162 000, dont 8000 clients commerciaux et affaires. En 2019, 235 000 clients avaient des ententes de paiement avec la société d’État, dont 12 000 clients commerciaux et affaires. Il faut dire que durant plusieurs mois en 2020, Hydro-Québec a choisi de ne pas facturer de frais d’administration pour les paiements en retard ce qui a eu un impact de 25 M$ sur le bénéfice net de l’organisation. Aussi, depuis décembre 2019, Hydro-Québec n’a coupé le courant dans aucun foyer québécois. Une mesure qui avait été prise pour aider les consommateurs.