/news/coronavirus
Navigation

Respect des règles sanitaires: pas de relâche pour les policiers du 26 février au 7 mars

Les chalets et lieux de villégiature feront l’objet d’une surveillance particulière

Coup d'oeil sur cet article

Les chalets et les lieux de villégiature feront l’objet d’une surveillance particulière pendant la relâche, a prévenu la Geneviève Guilbault, en précisant l’envergure de l’opération policière commandée par son gouvernement, qui représentera environ 15 000 heures de travail.

• À lire aussi: Mesures pour la semaine de relâche: «C’est une question d’équilibre», dit le ministre Christian Dubé

• À lire aussi: Variants de la COVID-19: risques de flambées, mais un espoir pour les hospitalisations

Une présence policière «accrue» sera maintenue du vendredi 26 février au dimanche 7 mars inclusivement, de façon à couvrir les deux weekends de la relâche, a expliqué la ministre de la Sécurité publique, mercredi.

«Semaine de relâche ne veut pas dire semaine de relâchement», a répété la vice-première ministre.

Tel qu’annoncé la veille par le premier ministre François Legault, l’opération visera essentiellement à assurer le respect du concept de bulle familiale, l’interdiction des rassemblements et le couvre-feu.

Les policiers auront ainsi à l’œil, en zone rouge comme en zone orange, les lieux les plus fréquentés, tels que :

  • lieux de villégiature;
  • relais dans les sentiers de motoneiges;
  • parcs;
  • patinoires.

Plus de visites dans les commerces

D’autres endroits identifiés comme des «lieux de rassemblement potentiels», comme les centres commerciaux et les commerces ayant pignon sur rue seront aussi visités par les policiers afin de veiller à ce que toutes les règles soient suivies.

Idem pour les salles à manger des restaurants en zone orange, où la présence de clients en provenance d’une zone rouge est interdite.

La ministre Guilbault a fait valoir que c’est de concert avec la santé publique que le gouvernement a préféré cet ensemble de mesures aux barrages policiers.

Déception dans l’opposition

Ces derniers étaient réclamés notamment par les partis d’opposition, en particulier dans les zones orange, afin de limiter l’importation des nouveaux variants.

«Ça reste à prouver que l'impact sera plus grand à travers une vérification supplémentaire plutôt que des barrages», a indiqué le leader parlementaire libéral, André Fortin.

Même si les policiers sont occupés ailleurs, la co-porte-parole de Québec solidaire, Manon Massé, considère que le gouvernement aurait pu mettre d’autres ressources à contribution. «Soyons créatifs», a-t-elle lancé.

Le Parti québécois doute que les policiers réussiront à couvrir tout le territoire. «Nous, on avait demandé d’interdire la location de chalet à des gens qui viennent de la zone rouge», a souligné la députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres