/news/currentevents
Navigation

Huit ans et demi de prison pour trafic de véhicules de luxe et de semi-remorques

Huit ans et demi de prison pour trafic de véhicules de luxe et de semi-remorques
Photo Facebook

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir qualifié un homme de 60 ans qui s’adonnait au trafic de véhicules de luxe et de semi-remorques de «plaque tournante» d’une organisation criminelle, la juge l’a condamné à une peine de huit ans et demi de détention et à une amende de 30 000$.

En mars 2017, l’organisation dont Steeve Fortin faisait partie a été déjouée par le Service des enquêtes sur les crimes majeurs (SECM) de la Sûreté du Québec (SQ) dans le cadre de l’opération OBLIGER. 

Ce jour-là, les enquêteurs ont mis à jour un réseau qui s’adonnait aux vols de voitures de luxe, mais aussi de cargaisons de fromage, d’aluminium, de raisin, de poulet, de jus pétillant, de couches, bref, de tout ce qui pouvait se revendre bien et rapidement.  

Dans le cadre de son procès, tenu entre les mois de janvier et juin 2020, il a été démontré que les vols orchestrés par Fortin sont survenus après la remise en liberté d’un complice qui lui devait 15 000$.  

Huit ans et demi de prison pour trafic de véhicules de luxe et de semi-remorques
Photo Facebook

Dette

«Afin d’être indemnisé, l’accusé a proposé à l’homme d’effectuer des vols de remorques chargées dont les denrées seront revendues avec la complicité de ses relations du milieu criminel», a rappelé la juge Johanne Roy, tout en précisant qu’à la suite de ces vols, Fortin avait touché «au moins le double de la somme due, soit 30 000$».  

La présidente du tribunal a par la suite souligné que «la carrière criminelle» de l’accusé avait débuté en 1979, alors qu’il était âgé de 18 ans. 

«Les condamnations s’ajoutent à un rythme continu principalement pour des infractions de vol et recel, possession et trafic de stupéfiants, fraude à l’identité, méfait, conduite avec les capacités affaiblies et conduite pendant interdiction», a-t-elle énuméré avant d’ajouter que Fortin ne bénéficiait «d’aucun facteur atténuant». 

Le nombre et la diversité des infractions, la planification et l’organisation, les motivations et l’appât du gain ainsi que les antécédents de l’accusé ont tous été pris en compte par la juge qui a également mis en doute la volonté de Fortin de s’amender à l’avenir. 

Victime

«Son discours est teinté de victimisation. Il relate avec force détails certains événements de son enfance qu’il décrit et associe à des périodes difficiles. Il est le personnage central de son propre discours. Aucune allusion n’est faite aux gens et entreprises floués par ses activités criminelles», a-t-elle dit avant de condamner l’accusé.  

Ce dernier, en plus de la peine qui lui a été imposée, devra payer une amende de 30 000$ en remplacement des produits de la criminalité qui n’ont pu être récupérés. S’il est incapable de s’acquitter de cette dette, une année de détention sera ajoutée à sa peine.