/news/transports
Navigation

Tramway: Gosselin rassuré par l’intervention du gouvernement

Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec, Jean-François Gosselin

Coup d'oeil sur cet article

Jean-François Gosselin salue la prise de contrôle du projet de tramway par le gouvernement Legault, n’en déplaise à Régis Labeaume qui est victime, dit-il, de sa propre fermeture d’esprit.

• À lire aussi: Le tramway dans l’impasse: le gouvernement Legault planche sur son propre tracé

• À lire aussi: Tramway: le maire Labeaume était fermé à tout changement, selon Legault

• À lire aussi: Tramway d’abord et banlieues ensuite?

• À lire aussi: Tramway: condamnés à s’entendre

Le chef de l’opposition à l’hôtel de ville de Québec s’est résolument rangé dans le camp de François Legault.

« On a un maire qui refuse de modifier le projet. Le gouvernement n’a pas eu d’autre choix que de lui retirer son projet et d’en prendre le contrôle [...] C’est très gros ce qui s’est passé. Je trouve ça rassurant de voir ce qui se passe », a déclaré le chef de Québec 21 jeudi.

Nullement inquiété par une potentielle ingérence de l’État dans un champ de compétence municipale, il dit faire confiance à la CAQ qui présentera éventuellement son propre projet, dont la composante principale demeurera le tramway, a-t-on déjà confirmé.

Possible appui

M. Gosselin n’a pas exclu non plus de l’appuyer, ce qui constituerait une première, alors qu’il critique sans relâche ce mode de transport depuis 2018.

« Je veux donner la chance au coureur. Faut que j’attende de le voir avant de vous dire ce que j’en pense », a-t-il indiqué, sans fermer la porte.

Le chef de Québec 21 répète depuis des mois qu’il compte présenter son propre projet de transport collectif en vue de la prochaine campagne électorale.

Il dit toujours avoir l’intention de le faire et estime que la CAQ ne lui a pas coupé l’herbe sous le pied.

« De toute façon, je vais attendre de voir ce que le gouvernement a à proposer avant de me prononcer et on verra après comment on viendra ajuster le nôtre. »

« On s’est fait berner »

La veille, le maire de Québec s’était défendu d’être fermé et disait n’avoir reçu à ce jour aucune proposition concrète du gouvernement pour modifier le projet. Un aveu qui a par ailleurs fait bondir M. Gosselin.

« Le maire nous a dit pendant des mois que le dossier avançait bien. Et on a appris [mercredi] que le projet n’a pas avancé d’un seul centimètre. On s’est fait berner par le maire. »

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.