/news/coronavirus
Navigation

Un premier avis de la santé publique enfin public

Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.
Photo Stevens LeBlanc Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

Coup d'oeil sur cet article

Aux prises avec une flambée des cas de COVID-19 dans les bars de Montréal l’été dernier, la Santé publique a présenté au gouvernement différentes options, dont la fermeture de leurs espaces intérieurs, tout en recommandant de les garder ouverts.

• À lire aussi: Québec semblait ignorer ce qui se passait à Montréal

C’est ce que révèle un rare avis de la Santé publique divulgué sur le site internet du ministère de la Santé et des Services sociaux en vertu de la loi d’accès à l’information.

Ce document offre une rare fenêtre sur la gestion de la cellule de crise gouvernementale sur la COVID-19, dont le manque de transparence est critiqué depuis des mois par les partis d’opposition.

Refermer les bars?

Pour rappel, au début juillet, la métropole combat plusieurs éclosions du virus dans ses bars, trois semaines après leur réouverture, à la suite du premier confinement de la province.

Trois scénarios sont alors présentés par les scientifiques de la Santé publique au premier ministre François Legault dans un document daté du 16 juillet et intitulé «Les bars: faut-il les refermer?» (voir ci-bas).

Le nombre de cas de COVID-19 déclarés est alors en hausse, mais la contribution des bars à ce phénomène reste incertaine. Entre le 10 et le 14 juillet, seulement 21 bars ont été identifiés comme des lieux d’exposition au virus par les personnes infectées contre 259 autres milieux (ni des milieux de soins ni des bars).

«Malgré qu’il existe une transmission associée aux bars dans un contexte estival et de déconfinement amenant les gens à vouloir recommencer à socialiser, celle-ci est perçue comme étant présentement sous contrôle par les directions de santé publique», peut-on lire dans l’avis présenté à François Legault.

Ses auteurs craignent toutefois les effets d’une nouvelle fermeture de ces établissements puisque leurs clients pourraient transposer leurs festivités dans des domiciles où ils sont beaucoup plus difficiles à contrôler.

Avec l’annonce, une semaine plus tôt, de nouvelles restrictions, dont l’interdiction de vendre de l’alcool passé minuit, la Santé publique s’inquiète des effets d’une volte-face.

«Il est souhaitable de se donner une fenêtre de temps additionnelle pour suivre la situation; une nouvelle décision trop hâtive risque d’être mal reçue et critiquée comme incohérente», explique-t-on à la cellule de crise gouvernementale.

Finalement, les scientifiques recommandent de les garder ouverts et Québec emboîte le pas.

D’autres avis publiés bientôt

La teneur détaillée de ce document de sept pages met à mal l’argument avancé par François Legault en octobre dernier pour refuser la divulgation des avis de la Santé publique. «La majorité des recommandations du Dr Arruda [le directeur national de santé publique] sont faites oralement», disait-il alors.

Sa diffusion survient également à quelques jours de la publication plus large de toutes les recommandations faites par le Dr Arruda à la cellule de crise gouvernementale sur la COVID-19, dont les décisions rythment la vie des Québécois depuis près d’un an.

François Legault s’était engagé à les publier il y a près d’un mois. Il a affirmé mardi qu'elles seraient dévoilées d'ici la fin de la semaine.

«M. Legault a déjà eu l’occasion d’expliquer comment les recommandations de la Santé publique sont formulées: parfois de façon écrite, parfois oralement. Comme nous l’avons dit, le ministère de la Santé dévoilera les avis écrits de la Santé publique cette semaine», a indiqué son attaché de presse, Ewan Sauves, mercredi soir.

Qu’auriez-vous fait à la place de François Legault?   

Voici les trois scénarios présentés par la Santé publique au gouvernement ainsi qu’un résumé des avantages et des inconvénients de chacun:

Scénario 1

Maintenir l’ouverture avec suivi étroit (option recommandée)

Avantages:  

  • Donne la chance aux tenanciers de rehausser leurs mesures   
  • Permet d’évaluer l’efficacité des nouvelles restrictions, dont le port du masque obligatoire à compter du 18 juillet.   
  • Permet aussi à la population de s’adapter à «la nouvelle normalité».   
  • Favorise la survie des commerces, note aussi la Santé publique.      

Désavantage:  

  • Si la transmission se poursuit ou que l’adhésion aux mesures reste un défi, les fermetures devront être envisagées.      

Scénario 2

Fermeture partielle des bars

Fermeture des espaces intérieurs; garder les terrasses ouvertes; fermeture des bars dans le grand Montréal seulement; un mélange de ces options comme la fermeture des salles dans le grand Montréal seulement.

Avantages:  

  • Cible les endroits plus à risque, sans pénaliser l’ensemble des clients et des tenanciers   
  • Envoie le message que ces lieux sont à risque et que le respect des consignes est important      

Désavantages  

  • Pourrait être perçu comme injuste pour certains établissements.   
  • Risque de créer des files et donc des rassemblements à l’entrée   
  • Risque de déplacement des clientèles des zones chaudes vers des régions froides où les bars restent ouverts   
  • Efficacité incertaine      

Scénario 3

Fermeture complète partout au Québec

Avantages:  

  • Élimine la transmission liée aux bars      

Désavantages:  

  • Déception et frustration chez les tenanciers   
  • Déplace «probablement» vers les résidences privées, où une plus grande surveillance sera nécessaire   
  • Ne laisse pas la place à la «responsabilité citoyenne et l’adaptation sociale à la nouvelle normalité».   
  • Pourrait ne pas suffire à elle seule à changer le cours de l’épidémie      
Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres