/lifestyle/food
Navigation

Dans la cuisine avec Marina Orsini: l'amour des recettes familiales

CASA 0220 Dans la cuisine
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Marina est particulièrement occupée en ce moment malgré la pandémie : on peut la voir dans Deuxième chance et Une autre histoire à Radio-Canada, ainsi que dans Cinq chefs dans ma cuisine. Elle est aussi ambassadrice de J’adore mon resto avec la collaboration de Montréal en lumière et de la SAQ. Elle souhaite ainsi appuyer le monde de la restauration et les métiers de bouche qui sont en grande difficulté. Marina le dit tout haut : « Je suis une gourmande, c’est tout », mais entre vous et moi, c’est plus que ça. 

Questionnaire gourmand  

La vie doit continuer Marina, malgré la pandémie, alors le matin pour bien commencer la journée, thé ou café ?

Le café, un espresso allongé, c’est un incontournable. En fait, je me lève bien plus tôt que tout le monde à la maison afin de prendre le temps d’apprécier le temps et le jour qui se lève.

Faites-vous des crêpes, des œufs, des smoothies... ?

La vérité, c’est que le repas du matin style le gros déjeuner, c’est ce que je préfère. Le mélange de salé et sucré est formidable. J’aime les fruits que je dévore à tout moment de la journée. Les œufs aussi, de toutes les façons, j’ai bien appris à faire les œufs brouillés crémeux de ma belle-maman, Nana, j’adore. 

Avez-vous retrouvé le plaisir de faire à manger en cette période de confinement ?

Je n’ai jamais, mais vraiment jamais arrêté de faire à manger. Puisque je suis une maman, mais aussi pour le bonheur de faire plaisir à ceux que j’aime et qui m’entourent, c’est dans mes gènes, dans mon éducation de parents italo-québécois. 

Comment pouvons-nous aider au mieux les personnes dans le besoin ? 

Personnellement, je collabore à la campagne de sensibilisation J’adore mon resto. Il y a plusieurs façons de faire plaisir. En commandant soi-même un repas à emporter, mais aussi en offrant un repas aux personnes dans le besoin ou uniquement pour faire plaisir à ceux qu’on aime. Je trouve ça extraordinaire et j’encourage les gens à aller sur le site pour découvrir toutes les bonnes idées et options en allant sur le site montrealenlumiere.com/jadoremonresto

CASA 0220 Dans la cuisine
Photo courtoisie

La chose qu’il serait le plus difficile pour vous de ne plus avoir dans votre réfrigérateur ou votre garde-manger ? 

Des œufs, du fromage. Des noix aussi, j’en consomme souvent, j’ai même un petit sac dans ma voiture, des noix mélangées avec des fruits secs, c’est formidable pour la santé et cela permet de bien combler les petites faims entre les repas.

Pain tranché, baguette du boulanger ou pain maison ?

Un petit faible pour le pain à grains entiers ou multigrains que l’on retrouve dans les bonnes boulangeries du Québec. Sinon, une bonne baguette croquante, c’est formidable.

Fromage ou dessert ?

Les deux ! Comment se priver de l’un ou de l’autre, je suis trop gourmande et je l’assume pleinement ! 

Viande ou poisson ?

J’ai vu mes parents manger de la viande à chaque repas et j’avoue être encore une vraie carnivore, mais avec le temps, le poisson et les légumes, plus souvent. Pour la viande, je vais au marché Atwater et pour les poissons, Faléro, sur l’avenue du Parc.

Marina Orsini magasine chez Farélo, sur l’avenue du Parc, pour les poissons qu’elle cuisine.
Photo Adobe Stock
Marina Orsini magasine chez Farélo, sur l’avenue du Parc, pour les poissons qu’elle cuisine.

Caramel ou chocolat ?

Eh bien, là aussi, je suis obligée de dire les deux, même si j’ai une légère préférence pour le chocolat !

Gâteau, biscuit ou fromage ?

Un shortcake aux fraises ou aux framboises, ou une tarte aux fruits. Le Paris-Brest de Gourmet Aldo, miam. 

Le shortcake aux fraises est l’un de ses gâteaux favoris.
Photo Adobe Stock
Le shortcake aux fraises est l’un de ses gâteaux favoris.

Bière ou vin ?

Parfois, l’été, j’aime bien prendre une bonne bière bien froide, c’est très rafraîchissant. Mais sinon, je suis plutôt vin.

Blanc ou rouge ?

Avec les années, le blanc prend plus de place. Le chardonnay américain. Un bon rouge pour une dégustation avec une belle viande rouge. Je dois dire que le champagne rosé, c’est toujours un bonheur.

Avez-vous un accessoire de cuisine chouchou ?

J’ai pris conscience de l’importance d’avoir des couteaux de qualité, sinon, j’ai gardé le rouleau à pâtisserie de ma maman et m’en sers souvent.

Avez-vous une recette préférée ?

La lasagne de ma maman, qui lui a été transmise par sa belle-mère italienne. Elle nous la servait généralement au Premier de l’an, c’était beaucoup de travail, car elle faisait même sa pâte à lasagne maison, mais le bonheur dans les yeux de ceux qui s’en délectent en vaut mille fois la peine.

La lasagne de sa maman est sans aucun doute sa recette préférée.
Photo Adobe Stock
La lasagne de sa maman est sans aucun doute sa recette préférée.

Racontez-moi la réalisation culinaire dont vous êtes la plus fière.

La lasagne de ma maman. Je dois dire pourquoi. Non seulement elle est extraordinaire, mais c’est le plat que je lui ai fait avant qu’elle nous quitte. C’est très émouvant pour moi d’en parler, car je voulais tellement qu’elle soit fière de moi, de m’avoir transmis ce savoir familial. 

Ratez-vous des réalisations culinaires à l’occasion, avez-vous déjà servi un plat complètement raté ?

Je ne rate pas souvent, car j’ai bien appris, mais je me souviens avoir complètement raté la cuisson de pintades pour un grand groupe de 22 personnes lors d’un souper de Noël... Une catastrophe.

Votre meilleure expérience culinaire à vie ?

Nous avons tellement de bons restaurants au Québec. Comme à l’Europea, de Jérôme Ferrer, le dernier repas chez lui était magique, j’ai hâte d’y retourner. J’aime beaucoup aussi Ferreira, Kitchen Galerie, Bloomfield et à Québec, Chez Boulay bistro Boréal.

Ça sentait quoi chez vous, dans la cuisine, lorsque vous étiez enfant ?

La sauce tomate, les pâtes, les bons rôtis, la cuisine faite avec amour. 

Ça sentait le bon rôti de viande dans la cuisine de son enfance !
Photo Adobe Stock
Ça sentait le bon rôti de viande dans la cuisine de son enfance !

 

Les chouchous  

Produits culinaires chouchous ?

Ail, oignon.

Recette fétiche ?

Osso buco, c’est tellement savoureux. Mais aussi, la sauce à spaghetti avec la viande hachée pour mon fils Thomas, une sauce tomate québécoise je dirais, je lui en fais de grosses quantités, il adore.

De quoi ne pouvez-vous pas vous passer en cuisine ?

L’huile d’olive.

Un coup de cœur culinaire ?

Je suis une amoureuse des huîtres, j’en mangerais des caisses ! La crème glacée et la crème brûlée au restaurant.

Une grande fan des huîtres
Photo Adobe Stock
Une grande fan des huîtres

Justement, sur le menu des restaurants, spontanément, vous choisissez quoi ?

Lorsque je vois les os à moelle, surtout ceux de L’Express, je les prends ! L’Express est un restaurant que j’aime d’amour depuis 30 ans.

Vous me dites aussi que vous aimez les livres de cuisine, lesquels ?  

  • Mon dernier Repas, de Mélanie Dunea, fantastique. 
  • L’histoire passe à table ! Les 50 repas qui ont fait le monde, impressionnant.   

Gourmandise coupable ?

Biscuit à l’avoine avec un verre de lait, tous les soirs, une heure avant de me coucher, un petit réconfort.

Biscuit à l’avoine
Photo Adobe Stock
Biscuit à l’avoine

Votre style de cuisine préférée ?

Si je résume, je suis une curieuse gourmande. Sinon, la cuisine familiale, celle de ma maman, de ma tante Marguerite, les pâtes, les lasagnes, les sauces tomate avec ces minuscules boulettes cuites avec amour. La cuisine de Nana, d’origine française, les pots au feu, bourguignons, béchamels, œufs brouillés... Le bonheur des saveurs et des bonnes odeurs dans la maison.