/news/currentevents
Navigation

Lévis: près d’un demi-million de dollars saisi par le DPCP

Lévis: près d’un demi-million de dollars saisi par le DPCP
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Le plaidoyer de culpabilité d’un homme de Lévis a permis au directeur des poursuites criminelles et pénales de mettre la main, vendredi, sur 408 000 $ en argent comptant qui seront remis au procureur général du Québec à titre de produit de la criminalité.

Entre le 1er novembre 2019 et le 12 mai 2020, Jean-Philippe Turmel, 28 ans, s’est livré au trafic de stupéfiants, à savoir principalement des méthamphétamines, de la résine de cannabis ainsi que de la cocaïne. 

« L’enquête menée par les policiers du Service de police de la Ville de Lévis a débuté en avril après que ces derniers eurent reçu certaines informations et elle s’est terminée en mai par trois perquisitions qui ont eu lieu chez l’accusé, dans sa voiture de marque Mercedes ainsi que chez ses parents », a brièvement résumé le poursuivant, Me Jean-Simon Larouche. 

Perquisitions

Lors des perquisitions, les policiers ont pu mettre la main sur 54 500 comprimés de méthamphétamines, cachés principalement dans la résidence des parents de Turmel, 271 g de résine de cannabis et 1216 g de cocaïne. 

« Une grande quantité d’argent comptant a également été retrouvée et nous allons vous demander à ce qu’elle soit saisie au profit du procureur général du Québec à titre de produit de la criminalité », a ajouté Me Larouche. 

57 mois de prison

Avant que les avocats ne dévoilent la suggestion commune qu’ils entendaient faire au juge Christian Boulet, l’avocat de Turmel, Me Serge Matte, a tenu à préciser que son client, dans sa déclaration faite aux policiers, « disculpait complètement ses parents », qui n’étaient « pas au fait que leur fils avait caché de la drogue et de l’argent chez eux ».

Comme Turmel possède des antécédents en semblable matière et que la dernière peine qui lui a été imposée par le Tribunal en était une de 42 mois, les parties ont suggéré au président du Tribunal de condamner l’homme, cette fois, à une peine de 57 mois d’emprisonnement, ce que le juge a accepté de faire.