/news/coronavirus
Navigation

Avis écrits de la Santé publique: Legault plus strict qu’Arruda

La Santé publique recommande l’ouverture des cinémas, théâtres et salles de spectacles depuis longtemps

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement Legault a imposé aux Québécois un confinement plus sévère que celui que recommandait le Dr Horacio Arruda. Ce dernier proposait de laisser ouverts les gyms, restos, cinémas et salles de spectacle l’automne dernier, et de rouvrir les cinémas et salles de spectacles à Noël, révèlent des avis écrits de la Santé publique.

• À lire aussi: Retour du parascolaire en mars?

• À lire aussi: COVID-19: François Legault a attendu avant d’imposer le couvre-visage dans les commerces

• À lire aussi: Restrictions sanitaires: assouplissements en vue après la semaine de relâche

À la fin du mois de septembre, dans un document précisant les interdits en zone rouge, la Santé publique recommandait de laisser ouverts cinémas, théâtres et restaurants, à la condition de respecter des règles strictes.

Elle avait également une pensée pour les personnes seules, et désirait que ces gens puissent se greffer à des bulles familiales.

En octobre, elle proposait d’ouvrir spa et gyms, des révélations qui ont semé la consternation dans l’industrie.

Le Dr Horacio Arruda dit que le gouvernement de François Legault a toujours confiance en la Santé publique, même si ce gouvernement va régulièrement plus loin que ses recommandations. Sur la photo, les deux hommes en conférence de presse en décembre.
Photo d’archives, Stevens Leblanc
Le Dr Horacio Arruda dit que le gouvernement de François Legault a toujours confiance en la Santé publique, même si ce gouvernement va régulièrement plus loin que ses recommandations. Sur la photo, les deux hommes en conférence de presse en décembre.

Mais le directeur national de santé publique, Horacio Arruda, en entrevue avec Le Journal, défend ce choix des élus, qui souhaitaient que le message reste « cohérent ».

« Nous, on regarde le risque à la santé [et] ce qu’on a eu comme éclosion, explique-t-il. Le gouvernement, lui, doit vendre ce plan à la population. Des gens risquaient de ne pas comprendre qu’on laisse les cinémas ouverts alors que les sports de groupe chez les jeunes sont interdits, même si cela se justifie par la science », a-t-il dit.  

  • Écoutez l'entrevue de Pierre Lavoie au micro de Benoit Dutrizac, sur QUB radio:   

Crainte d’un relâchement

Autre problème : ces restrictions plus souples peuvent être perçues comme un déconfinement.

Mais reste que les recommandations ignorées du Dr Arruda reposaient sur une inquiétude : la fatigue des Québécois pour le confinement, qui peut avoir « des effets pervers ». Il craignait un relâchement dans la population.

Est-ce que l’absence de soupape explique la hausse des cas en novembre et décembre ? Le Dr Arruda dit qu’il est impossible de répondre à cette question.

Rassemblements

C’est d’ailleurs la Santé publique qui recommandait une autorisation des rassemblements entre le 24 et le 27 décembre, ainsi qu’une ouverture des cinémas et théâtres.

« Les gens en avaient besoin », dit aujourd’hui le Dr Arruda. Mais l’augmentation du nombre de cas quotidiens a forcé le gouvernement à se réajuster et à abandonner cette idée.  

  • Écoutez la chronique de Geneviève Pettersen au micro de Benoit Dutrizac, sur QUB radio:   

Mais le contexte a changé depuis, explique-t-il. Le système de santé est lourdement hypothéqué par la deuxième vague, et le variant britannique guette.

Fait à souligner : le directeur national a agi en bon soldat. Dans son avis écrit de novembre, il ne proposait que deux rassemblements durant la pause des Fêtes. François Legault, dans son annonce, n’a pas fixé de limite.

Lorsque le premier ministre a rajusté le tir quelques jours plus tard, il a blâmé le manque de clarté de la Santé publique. 

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres