/weekend
Navigation

5 noms qui ont marqué les Victoires de la musique

Coup d'oeil sur cet article

Les Français ont célébré les artistes qui se sont démarqués au cours de cette année pas comme les autres, la semaine dernière, à l’occasion de la 36e remise des prix Victoires de la musique. Certains lauréats sont connus des Québécois, d’autres moins, mais tous avaient des choses importantes à dire lors de la cérémonie. Voici cinq artistes qui ont marqué la musique en France en 2020. 

Pomme  

Photo AFP

Elle monte en grade rapidement, Claire Pommet, dite Pomme. Récipiendaire du Victoire de l’album révélation (pour Les failles) l’an dernier, la voilà déjà artiste féminine de l’année. Son nom vous est peut-être familier puisqu’elle ne rate jamais une occasion de déposer ses valises au Québec. Elle a notamment déjà fréquenté Safia Nolin. Son harmonieux folk-pop fleurit à grande vitesse et elle n’hésite pas, en parallèle, à dénoncer les violences sexuelles dont sont victimes les femmes dans l’industrie musicale. « De mes 15 à 17 ans, j’ai été manipulée, harcelée moralement et sexuellement », dénonçait-elle dans une lettre publiée quelques jours avant les Victoires. 

Benjamin Biolay  

Photo AFP

À travers la fougueuse jeunesse qui prenait une parole nécessaire, le vétéran Biolay n’est pas passé inaperçu. Sacré artiste masculin de l’année, il est le seul double récipiendaire de la soirée puisque son plus récent Grand Prix, articulé autour de son amour de la Formule 1, a été élu album de l’année au nez des Grand Corps Malade et Julien Doré. L’héritier de Gainsbourg a aussi profité de la tribune pour y aller de son coup de gueule, déplorant « le silence assourdissant des pouvoirs publics » face au sort des artistes pendant la crise de la COVID-19. 

Yseult  

Photo AFP

« Notre colère est légitime », a proclamé la chanteuse Yseult, issue des musiques urbaines, en allant cueillir son prix Victoire de la révélation féminine de l’année. Sa percutante performance au son de sa chanson Corps, durant le gala, résumait à elle seule, par sa chorégraphie assurée par des danseurs aux formes diverses et son choix de porter un costume moulant mettant en valeur son corps en surpoids, son combat contre le racisme et la misogynie. 

Jane Birkin  

Photo AFP

Éternelle Birkin ! Muse de Serge Gainsbourg, celle qui a mis les pieds en France il y a un demi-siècle a reçu le Victoire d’honneur, point d’orgue d’une relation qui ne s’est jamais effritée avec ses compatriotes d’adoption. « Merci de m’avoir adoptée, écoutée, suivie, choyée depuis mon arrivée ici », a dit la grande dame, après avoir reçu sa récompense des mains de sa fille, Lou Doillon. Un hommage, mais pas une retraite. Oh ! Pardon tu dormais..., son dernier album, bricolé avec Étienne Daho et Jean-Louis Piérot, ne date que du mois de décembre 2020. 

Hervé  

Photo AFP

N’eût été le coronavirus, il est fort possible que cet artiste electro-pop aux mélodies conçues pour se déhancher n’aurait pas remporté le Victoire de la révélation masculine. C’est que la popularité de ce jeune homme a explosé quand il a profité du confinement pour tourner un vidéoclip pour sa chanson Si bien du mal. On l’y voit danser furieusement dans sa cuisine en préparant, tout breton qu’il est, des crêpes. Le web a fait son travail de viralité et Hervé est maintenant un nom connu en France. À quand chez nous ?