/weekend
Navigation

Au bout du rouleau

<strong><em>Ce matin-là</em><br>Gaëlle Josse</strong><br>Aux Éditions Noir sur Blanc<br>224 pages
Photo courtoisie Ce matin-là
Gaëlle Josse

Aux Éditions Noir sur Blanc
224 pages

Coup d'oeil sur cet article

C’est sûr qu’en ce moment, il y a des sujets plus appropriés que le burnout. Mais l’histoire de Clara, à la fois lumineuse et éclairante, vaut le détour. 

Alors qu’elle se faisait une joie de partir enseigner le français à l’étranger, Clara Legendre n’a pas vraiment eu le choix de réviser ses plans : par une belle soirée de l’été 2006, son père a en effet failli être emporté par un AVC foudroyant. Mais ce qui a achevé de la convaincre de rester en France, c’est la façon dont sa mère s’est par la suite comportée.

Ce septième roman de la femme de lettres françaises Gaëlle Josse raconte l’ensuite. Et pour ce faire, on retrouvera Clara 12 ans plus tard, dans le stationnement de son immeuble. Une énorme journée l’attend à l’agence de crédit où elle est chargée de clientèle, mais manque de chance, sa voiture refusera de démarrer. 

Ce qui aurait dû être un matin comme les autres deviendra ainsi « ce matin-là ».

Mieux vaut tard...

La pression, une patronne sans cœur, la concurrence entre collègues, l’angoisse du pas assez, les longues heures au bureau... Tout ça, Clara ne peut plus le supporter. Sauf qu’avant ce fameux matin-là, jamais son corps ne le lui avait aussi clairement signalé. 

Diagnostic ? Épuisement professionnel. Un mal sournois qui l’obligera à tout lâcher et à se terrer chez elle pendant des mois, chaque geste, chaque tâche du quotidien lui coûtant un effort presque surhumain. Du moins jusqu’à ce qu’une amie d’enfance lui tende la main...

Loin d’être déprimant, un roman qui parle surtout de reconstruction, et qui nous rappelle à quel point il est important de faire ce qu’on aime dans la vie. 

À lire aussi cette semaine  

Et la peur continue

<strong>Mazarine Pingeot</strong><br>aux Éditions Mialet Barrault<br>288 pages
Photo courtoisie
Mazarine Pingeot
aux Éditions Mialet Barrault
288 pages

Perdre une cousine qu’on aimait vraiment beaucoup, ce n’est pas facile. Mais perdre également peu après un ami de longue date, alors là, c’est trop. Pour Lucie, en tout cas. Parce que désormais seule avec ses souvenirs d’enfance, elle aura de plus en plus de mal à fonctionner normalement, une peur fort ancienne la grugeant. Un bon sujet, mais l’histoire est un peu ennuyeuse...  

2 nouvelles musicales

<strong>Kazuo Ishiguro</strong><br>aux Éditions Folio<br>140 pages
Photo courtoisie
Kazuo Ishiguro
aux Éditions Folio
140 pages

Offert à prix vraiment très doux, ce livre de poche propose deux des cinq nouvelles qui, il y a une dizaine d’années, ont été publiées dans le recueil Nocturnes. Ceci étant, on a surtout aimé la seconde, qui relate l’histoire d’un saxophoniste tellement moche qu’on lui offrira carrément de se faire refaire le visage pour qu’il ne soit plus une source d’embarras en public. Par moments, c’est assez drôle.  

Les belles combines

<strong>Dominique Bernèche</strong><br>aux Éditions Guy Saint-Jean<br>240 pages
Photo courtoisie
Dominique Bernèche
aux Éditions Guy Saint-Jean
240 pages

Il ne faut pas se le cacher, notre vie a beaucoup changé. Nous passons entre autres pas mal plus de temps à la maison, et parfois, avec les enfants, ce n’est pas toujours facile, facile. Conçu pour nous donner un précieux coup de main, ce livre regorge d’astuces et de conseils qui nous permettront tour à tour de mieux organiser notre quotidien et d’améliorer la dynamique familiale. Oui, un ouvrage essentiel.  

Il était une fois ABBA

<strong>Jean-Marie Potiez</strong><br>aux Éditions Hugo<br>216 pages
Photo courtoisie
Jean-Marie Potiez
aux Éditions Hugo
216 pages

On sait tous qu’ABBA a été le groupe le plus célèbre et le plus populaire de Suède. Mais si on veut en savoir nettement plus sur Agnetha Fältskog, Björn Ulvaeus, Benny Andersson et Anni-Frid Lyngstad, il faut lire Il était une fois ABBA. De la manière dont ces quatre musiciens se sont rencontrés à l’annonce de leur retour sur scène, toute l’histoire d’ABBA est ici racontée en détail.

Frissons garantis 

La sentinelle

<strong><em>La sentinelle</em></strong><br>Aux Éditions Hugo<br>320 pages
Photo courtoisie
La sentinelle
Aux Éditions Hugo
320 pages

D’habitude, avec les thrillers psychologiques, moins on en dit, mieux c’est. Autrement, on finit presque toujours par révéler le détail de trop, et ensuite tout l’intérêt d’en découvrir l’histoire tombe un peu à l’eau... Voilà pourquoi on va ici se contenter d’une présentation assez succincte. 

Alexandra Van Ness, 25 ans, vit aujourd’hui à Moses River, une petite ville du Colorado. Elle partage son quotidien avec Chase, un ancien skieur professionnel qui s’est reconverti dans le marketing, et dans l’ensemble, elle semble plutôt satisfaite de son sort. Car pour compléter le tableau, son travail d’assistante sociale déléguée à la petite enfance lui apporte énormément sur le plan personnel.  

Une relation toxique

Tout va changer le jour où sa sœur va débarquer à l’improviste à Moses River. Pour Alex, ce sera un vrai choc. Sans nouvelles de Ruth depuis une bonne dizaine d’années, elle aurait presque préféré que les choses en restent ainsi. Ruth a beau être sa sœur, Alex sait parfaitement bien de quoi elle est capable : semer le chaos partout où elle va. Et elle ne voit pas pourquoi cette fois, ça serait différent. 

Selon la personne qui raconte (tantôt Alex, tantôt Ruth), on découvrira donc peu à peu tous les plus noirs secrets de la famille Van Ness. Ce qui veut dire qu’on n’aura pas vraiment le temps de s’ennuyer !