/news/currentevents
Navigation

Voici ce que les policiers arrivent à retirer de nos rues

Les agents de la métropole québécoise ont saisi plus de 700 armes à feu au cours de l’année dernière

Coup d'oeil sur cet article

La lutte pour freiner la prolifération des armes à feu dans les rues de la métropole doit se faire avec la collaboration du public, insiste un haut gradé de la police de Montréal.

• À lire aussi: Coups de feu à profusion dans l’Est de Montréal

• À lire aussi: Trop facile de se procurer une arme

• À lire aussi: Les armes de poing font toujours plus de victimes

« Plus les citoyens vont oser nous donner des informations sur des gens armés, plus on va être en mesure d’exercer une pression sur ceux qui pensent que c’est banal de se promener en toute impunité avec une arme à feu illégale à Montréal », martèle l’inspecteur David Shane, du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM). 

Et il n’y a pas de petite information, insiste-t-il. Un détail qui paraît anodin peut être le morceau de casse-tête manquant qui permettra aux policiers de retirer une arme de la rue, et ainsi sauver des vies.

L’équipe Quiétude a saisi la semaine dernière sept armes à feu dans l’est de l’île, dont cette carabine.
Photos courtoisie, Service de police de la Ville de Montréal
L’équipe Quiétude a saisi la semaine dernière sept armes à feu dans l’est de l’île, dont cette carabine.

« Chaque arme sortie est une blessure ou une mort potentielle qui a été évitée, chaque arme sortie peut prévenir le décès d’une victime innocente, comme la jeune Meriem Boundaoui », a-t-il précisé, en référence à l’adolescente de 15 ans abattue dans l’arrondissement de Saint-Léonard il y a deux semaines. 

En décembre dernier, les policiers ont saisi huit armes, dont ce pistolet, après une intervention lors de menaces avec armes à feu, en pleine rue.
Photos courtoisie, Service de police de la Ville de Montréal
En décembre dernier, les policiers ont saisi huit armes, dont ce pistolet, après une intervention lors de menaces avec armes à feu, en pleine rue.

« Augmentation atypique »

Il ajoute que la majorité des policiers, dont plusieurs sont aussi des parents, ne sont pas insensibles face à un tel drame. Et préoccupés par cette « augmentation atypique » des crimes liés à une arme à feu sur leur territoire, ils font tout pour freiner cette flambée de violence.  

Les policiers ont mis la main sur deux pistolets 9 mm, dont ce CZ, à la suite de l’importation d’un colis, en décembre.
Photos courtoisie, Service de police de la Ville de Montréal
Les policiers ont mis la main sur deux pistolets 9 mm, dont ce CZ, à la suite de l’importation d’un colis, en décembre.

« Ça nous interpelle, ça vient nous chercher dans nos tripes. Tout le monde redouble d’efforts et veut mettre fin à une série d’événements comme ça », a dit l’inspecteur Shane, qui cumule 25 années d’expérience au SPVM.

Une simple interception d’un véhicule en raison du comportement des trois passagers a permis de saisir ce pistolet sur l’un des individus.
Photos courtoisie, Service de police de la Ville de Montréal
Une simple interception d’un véhicule en raison du comportement des trois passagers a permis de saisir ce pistolet sur l’un des individus.

L’an dernier, c’est plus de 700 armes à feu qui ont été enlevées des rues par le SPVM. Depuis janvier, au moins 19 perquisitions ont été effectuées et près d’une trentaine d’armes ont été saisies, uniquement par le projet Quiétude, qui travaille précisément à freiner les événements impliquant des armes à feu.

En enquêtant sur un vol de véhicule avec l’utilisation d’une arme à feu, les policiers ont saisi ce pistolet le 5 février dernier, dans l’ouest de l’île.
Photos courtoisie, Service de police de la Ville de Montréal
En enquêtant sur un vol de véhicule avec l’utilisation d’une arme à feu, les policiers ont saisi ce pistolet le 5 février dernier, dans l’ouest de l’île.

Malgré ces saisies, internet facilite grandement le trafic d’armes, déplore le policier Shane.

Cette carabine a été saisie en décembre dernier après un incident impliquant des menaces avec armes à feu, en pleine rue.
Photos courtoisie, Service de police de la Ville de Montréal
Cette carabine a été saisie en décembre dernier après un incident impliquant des menaces avec armes à feu, en pleine rue.

Fermer le robinet

Et c’est d’ailleurs sur la provenance de ces engins illégaux que le SPVM compte intensifier ses efforts avec l’arrivée, d’ici la fin du mois, de sa nouvelle unité ELTA (Équipe dédiée à la lutte contre le trafic d’armes).  

Ce pistolet a été saisi à la suite d’une violation de domicile, à Dollard-Des Ormeaux, sur l’île de Montréal, la semaine passée.
Photos courtoisie, Service de police de la Ville de Montréal
Ce pistolet a été saisi à la suite d’une violation de domicile, à Dollard-Des Ormeaux, sur l’île de Montréal, la semaine passée.

Le SPVM espère ainsi « fermer le robinet de cet afflux d’armes à feu » qui aboutissent sur le territoire et qui sont à l’origine des multiples fusillades survenues récemment dans le nord-est de l’île.

Une des armes saisies par les policiers de l’équipe Quiétude, le 11 février.
Photos courtoisie, Service de police de la Ville de Montréal
Une des armes saisies par les policiers de l’équipe Quiétude, le 11 février.

« Une arme à feu, c’est un outil mortel qui donne rarement une deuxième chance. On veut se donner les moyens d’intervenir en amont, sachant qu’une arme peut tomber entre les mains d’individus criminalisés qui ont une prédisposition ou un mobile pour l’utiliser dans la rue », lance l’inspecteur Shane. 


Toute information peut être communiquée de façon anonyme et confidentielle à Info-Crime Montréal, au 514 393-1133.