/finance
Navigation

Fraude de la PCU: rien à rembourser pour les victimes

Coup d'oeil sur cet article

La ministre du Revenu national, Diane Lebouthillier, assure que les victimes des fraudeurs ayant profité d’identités volées pour obtenir la Prestation canadienne d’urgence (PCU) n’auront pas à rembourser les sommes.

• À lire aussi: Quand les fraudeurs s’attaquent à une personne autiste pour la PCU

«On va faire les vérifications. Les gens de qui nous avons utilisé les données de façon frauduleuse, ils n’auront pas à rembourser le gouvernement pour les trop-perçus», a indiqué à TVA Nouvelles Mme Lebouthillier, n’étant toutefois pas en mesure de chiffrer l’ensemble de la facture de ces vols pour Ottawa.

En 2020, environ 9 millions de Canadiens auraient fait des demandes pour obtenir la PCU. Ottawa dit avoir fait parvenir des feuillets T4A afin de valider l’identité de toutes les personnes ayant eu recours à cette aide financière. 

«Lorsque nous avons mis les programmes en place, c’était pour permettre aux gens d’avoir rapidement accès à de l’argent pour payer leur nourriture, leur épicerie et leur loyer. Nous nous sommes aussi fiés à la bonne foi des gens. Honnêtement, on savait qu’il allait y [avoir des fraudes]», a concédé Mme Lebouthillier, disant comprendre l’inquiétude des victimes.

Ottawa affirme avoir resserré ses mesures d’adhésion lors de la mise en place de la Prestation canadienne de la relance économique à l’automne. 

La ministre a aussi concédé, lundi, que les temps d’attente avant de pouvoir parler avec un responsable à l’Agence du revenu du Canada sont actuellement plus longs qu’à la normale, notamment en raison de tous les programmes d’aide d’urgence créés par le gouvernement Trudeau.

«En janvier 2020, l’agence recevait environ 350 000 appels par semaine. En janvier de cette année, c’est près d’un million», a-t-elle mentionné.

Trois Canadiens sur quatre

Selon un sondage réalisé pour les Comptables professionnels agréés du Canada, les fraudeurs ont ciblé en 2020 près de trois Canadiens sur quatre, et les tentatives de fraude par courriel et télémarketing ont été les méfaits les plus courants. 

Parmi les 2014 répondants, 33% ont affirmé avoir déjà été victimes d’une fraude au cours leur vie. Dix-sept pour cent ont rapporté avoir été victimes d’une fraude par carte de crédit et 5% par carte de débit ou en ligne. 

Dans son dernier bilan annuel, le Centre antifraude du Canada (CAFC) chiffrait à plus de 100 M$ les pertes financières liées aux différents stratagèmes frauduleux au pays. 

Si l’on tient compte des étrangers ayant également été victimes d’une arnaque en provenance du Canada, la facture grimpe à 160 M$.

Le CAFC a enregistré près de 101 500 rapports liés à des fraudes l’an dernier, dont 67 300 signalements par des entreprises ou des citoyens canadiens.

Entre le 6 mars et le 31 janvier, 11 500 signalements de fraudes liées à la pandémie ont été enregistrés, et les pertes financières ont été de 7 M$. Pour les vols d’identité, le CAFC a reçu 16 970 signalements.

– Avec la collaboration de Pierre-Olivier Zappa