/news/politics
Navigation

Internet en région: la guerre des poteaux est terminée, assurent Québec et Bell

Internet en région: la guerre des poteaux est terminée, assurent Québec et Bell
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

La guerre des poteaux est derrière nous. C'est ce qu'a maintenu le gouvernement Legault aux côtés de Bell Canada, lundi, au moment d’annoncer le branchement de nouveaux foyers en région à internet haute vitesse.

«[L’enjeu de] l’accessibilité aux infrastructures de soutènement (poteaux) qui appartiennent à Hydro-Québec, Bell, Télébec et Telus, c’est pas mal en arrière de nous», a affirmé le député de la Coalition Avenir Québec (CAQ) d’Orford et responsable du dossier internet haute vitesse, Gilles Bélanger, en conférence de presse virtuelle, lundi.

Depuis «un à deux mois» il est beaucoup plus facile d’accéder aux infrastructures, a-t-il ajouté en réitérant la promesse de son gouvernement de brancher les 280 000 foyers québécois toujours privés de ce service d'ici l’automne 2022.

Fin janvier, le premier ministre, François Legault, reprochait toujours à Bell de limiter l’accès à ses poteaux ce qui retardait l’installation de fibres optiques dans plusieurs régions.

«Il nous reste deux étés pour faire tout ça. Donc, on parle beaucoup à Bell, autant pour qu’ils en fassent eux-mêmes que pour qu’ils nous donnent ou prêtent rapidement leurs poteaux pour que les autres compagnies puissent le faire», avait-il déclaré.

Dans un dossier sur le manque d’accès à internet haute vitesse en région publié la fin de semaine dernière dans Le Journal de Montréal et Le Journal de Québec, des fournisseurs déploraient des délais toujours trop longs de la part de Bell pour donner accès à ses poteaux malgré l’annonce d’un programme d’assouplissement.

«Ce n’est pas normal, au 21e siècle, de ne pas avoir une connexion internet digne de ce nom», a d’abord réagi le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire.

Or, l’accès aux poteaux «ne peut pas être plus simplifié que ça l’est depuis le dernier mois», a soutenu le directeur des affaires gouvernementales et relation avec le milieu de Bell au Québec, Charles Gosselin.

«Les permis sortent, les entreprises déploient du réseau. L’accès aux poteaux, ce n’est plus un enjeu contemporain, c’est un dossier qui est réglé», a-t-il ajouté.

Autres défis

D’autres enjeux risquent toutefois de se dresser devant l’objectif du gouvernement de brancher tous les foyers dans la province d’ici 2022, y compris une potentielle pénurie de fibre optique.

«Probablement que d’ici un an on va voir d’autres provinces ou d’autres pays qui vont avoir une problématique au niveau du déploiement d’internet, car il n’y aura plus de fibre disponible au niveau mondial», a expliqué le député Gilles Bélanger.

C’est pourquoi le gouvernement espère avoir annoncé les contrats pour brancher tous les foyers québécois d’ici mars prochain.

En campagne électorale, en 2018, la CAQ avait promis de brancher les 340 000 foyers sans internet haute vitesse au réseau au cours de son premier mandat.

De ce nombre, 280 000 foyers sont toujours en attente, mais environ 170 000 d’entre eux sont visés par des projets déjà financés par Québec et Ottawa. Ceux-ci devraient donc être branchés à la haute vitesse d’ici juin 2022.

Qui sont les hommes et les femmes derrière nos politiciens? Emmanuelle présente... un balado animé par Emmanuelle Latraverse.