/news/transports
Navigation

La CAQ voulait couper dans le tracé

Régis Labeaume a dévoilé la teneur de ses négociations avec le gouvernement, qui sont dans une impasse

Coup d'oeil sur cet article

Après une entente conclue fin 2020 avec la Ville de Québec, le gouvernement a changé son fusil d’épaule récemment pour proposer que le tramway soit coupé de moitié et ne passe plus par Le Gendre, Limoilou et Charlesbourg. 

• À lire aussi: Tramway: le maire lève le voile sur les négos

• À lire aussi: Labeaume dénonce «l’iniquité totale» entre Québec et Montréal

• À lire aussi: Le ministre Bonnardel promet des «bonnes nouvelles» sur le tramway

Le bras de fer entre Régis Labeaume et le gouvernement de la CAQ s’est poursuivi, lundi.

Muet pendant des mois, le maire de Québec a déballé son sac et révélé la teneur des négociations qui ont eu cours depuis le mois d’octobre. 

  • Écoutez la chroniqueuse Karine Gagnon avec Antoine Robitaille sur QUB Radio:

L’objectif était de « rétablir les faits », M. Labeaume n’ayant pas apprécié que le premier ministre François Legault dise publiquement qu’il n’était pas flexible.

Il estime que « Québec est traitée comme un village, comme une bourgade » et qu’il s’agit d’une « injustice flagrante ».

Il a par ailleurs écorché les députés caquistes de la région, au passage.

Il a présenté les scénarios qui ont été mis sur la table dans les négociations avec le gouvernement, jusqu’ici demeurées secrètes.

La Ville de Québec en a soumis deux, qui ont été rejetés, puis le gouvernement a déposé une proposition. On a ainsi appris que celle-ci a été acceptée par la Ville. 

Elle suggérait de retirer une portion de tramway entre la 41e Rue et la 76e Rue, et d’utiliser les économies réalisées pour ajouter des voies dédiées en banlieue. 

  • Écoutez la chronique politique de Marc-André Leclerc au micro de Caroline St-Hilaire sur QUB radio:  

Entente de principe

Une entente de principe était survenue avant Noël ; le maire dit même être parti « pour les Fêtes, le cœur léger ».

Puis, celle-ci est tombée. Elle a été rejetée sans préavis par le gouvernement, ce mois-ci. 

Le 17 février, une nouvelle proposition a été présentée à M. Labeaume « verbalement » et on ne lui a pas laissé de documents.

« Ça s’est fait sur la gueule. Je ne pouvais pas accepter sur la gueule. »

L’option proposée a été rejetée immédiatement par le maire, puisqu’elle imposait un délai de deux ans au projet.

La mouture concoctée par la CAQ retirait la portion Legendre. Le début de ligne se situerait autour du pôle Sainte-Foy, selon les plans consultés par le maire. 

« Ça ne tient pas la route », a commenté le directeur du bureau de projet, Daniel Genest, qui a rappelé que le terminus à Le Gendre servait à capter les navetteurs de Sainte-Foy Ouest, Cap-Rouge, Saint-Augustin, Portneuf.

D’autre part, trouver à cet endroit un terrain suffisamment grand pour accueillir un centre d’entretien principal est impossible selon la Ville, à moins de raser le boisé Marly, ce qui n’arrivera pas, a assuré Régis Labeaume.

Dans cette mouture, le tramway évitait en grande partie Limoilou et ne se rendait plus à Charlesbourg.

En revanche, on envisageait de desservir D’Estimauville. « On charcutait la moitié du tramway actuel », déplore le maire.

Revirement de situation

M. Labeaume peinait lundi à expliquer le revirement de situation qui a poussé le gouvernement à renier l’entente survenue. « On m’a dit que les députés de Québec étaient plus heureux avec [cette] proposition ».

Le gouvernement entrouvrait la porte à une hausse du budget et à l’ajout de voies dédiées.

Nouvelle proposition inconnue

Maintenant, une nouvelle proposition, encore inconnue, surviendra bientôt, a indiqué le maire, qui en a reçu l’assurance de la part du ministre Bonnardel.

Il demande au gouvernement de reconsidérer la proposition d’avant les Fêtes. « On a été ouverts, on a accepté leur proposition. »

M. Labeaume dit faire toujours confiance au ministre des Transports, François Bonnardel, qui est selon lui de bonne foi.

« Il n’y aura plus de réunion en tête-à-tête », prévient-il cependant.

« C’est très malsain. Il n’y a pas de témoin. C’est sa parole contre la mienne ou inversement. On avait une entente qui n’a pas fonctionné. J’ai été de bonne foi et il l’a été. »

Le maire ne se sent plus lié par la confidentialité. « On ne peut pas dire qu'on n'est pas flexibles alors que c’est faux. » 

Scénario 1  

3 novembre 2020

 

La Ville propose d’ajouter une antenne du tramway entre Saint-Roch et D’Estimauville

► Le coût estimé est de 450 millions $

► Selon l’échéancier de la Ville, il était possible de commencer les travaux préparatoires en juin 2022 pour un chantier en 2023-2024

► Deux parcours envisagés : par des Capucins ou par de la Canardière. La Ville optait pour la Canardière en raison de l’impact sur la circulation de l’option Capucins 

Scénario 2  

3 novembre 2020

 

La Ville propose une deuxième option : ajouter une antenne vers D’Estimauville au coût de 450 millions $

Et retirer la portion du tramway qui circule entre la 41e Rue et la 76e Rue, ce qui permettrait des économies de 220 millions $

► Coût total de cette proposition : 230 millions $

► Les scénarios 1 et 2 sont rejetés par le gouvernement  

Scénario 3  

Avant le 3 décembre 2020

 

► Le gouvernement fait sa propre proposition

Le tramway s’arrêterait à la 41e Rue

► On réalise des économies de 220 millions $ qui sont réinjectées dans une desserte améliorée vers le nord

► La Ville accepte et espère obtenir un décret à la fin janvier pour lancer son appel de proposition. Une entente de principe est conclue 

Scénario 4  

17 février 2021

► Le maire a appris que l’entente ne tenait plus et on lui propose quatre scénarios, dont un est « plus probable »

Il retire le segment Le Gendre, évite en grande partie Limoilou et ne circule plus dans Charlesbourg

Le tramway démarre quelque part entre Pie-XII et le pôle Sainte-Foy, file jusqu’à Saint-Roch et continue jusqu’à D’Estimauville, amputant le tracé de moitié

► Le gouvernement ouvre la porte à une hausse de budget et à l’ajout de voies dédiées vers les banlieues

► Cette mouture est rejetée par la Ville, car elle entraînerait deux ans de retard dans le projet 

Scénario 5  

► Ce scénario n’est pas encore connu

► Le 18 février, le ministre des Transports, François Bonnardel, a indiqué au maire de Québec qu’il lui proposerait une autre option prochainement