/opinion/blogs/columnists
Navigation

La vulve qui sent les fruits

Coup d'oeil sur cet article

Depuis début février, la gynécologue Jen Gunter dénonce sur Twitter les produits OMV ! de la compagnie Vagisil destinés aux adolescentes.

La gamme OMV !, disponible au Québec, offre des produits ayant une fragrance de vanille-clémentine dans des emballages décorés de confettis. 

Sur les réseaux sociaux, la compagnie stipule que ces produits ont été créés pour les jeunes femmes actives qui s’inquiétaient des odeurs qui pouvaient émaner de leurs parties intimes. 

  • Écoutez la chronique de Madeleine Pilote-Côté à QUB radio :

La Dre Gunter, originaire de Winnipeg, et plusieurs autres spécialistes de la santé des femmes estiment que ce genre de produits propage faussement l’idée qu’une vulve, à la base, c’est sale.

Il est démontré que le vagin est autonettoyant et que l’utilisation de crèmes, de lingettes et de savons parfumés peut considérablement augmenter les risques d’infection.

Comme la Dre Gunter l’a mentionné, les compagnies utilisent les fragilités des jeunes filles au sujet de leur vulve afin de faire du profit.

C’est dégueulasse que ces entreprises n’aient aucun scrupule à agir ainsi.

Faux problème

La fausse croyance qu’une vulve doit sentir les fruits ou toute autre odeur alléchante est très dangereuse. 

Le chercheur Kieran O’Doherty de l’Université de Guelph en Ontario a d’ailleurs affirmé que dérégler ce fragile écosystème peut causer des cancers ou des torts sérieux tels que des problèmes de fertilité.

Pourquoi fait-on croire aux jeunes filles que leur vagin a besoin d’un coup d’éclat ? 

Pourquoi leur propose-t-on des produits qui les incitent à croire que leur odeur corporelle est dégoûtante ?

Éducation

Il faut apprendre aux adolescentes et aux adolescents que certaines odeurs du vagin sont normales. 

Les parents et les cours d’éducation à la sexualité ont un rôle à jouer en ce sens.

Il devrait être interdit d’offrir aux jeunes filles des produits qui mettent leur santé en danger pour tenter de régler un problème qui n’en est pas un.

Le corps des femmes n’est pas un bonbon.