/entertainment/shows
Navigation

Nouveau défi derrière les projecteurs pour Andrée Watters, qui se joint à l'équipe de ComediHa!

Andrée Watters
Photo courtoisie Andrée Watters travaille comme productrice et agente de spectacles depuis 15 ans.

Coup d'oeil sur cet article

Non, ce n’est pas comme artiste qu’Andrée Watters rejoint les rangs de la boîte de production ComediHa!, mais plutôt... comme employée. Celle qui a quitté la scène pour une période « indéterminée », il y a deux ans, travaillera comme agente de spectacles pour l’entreprise de Québec.

Chez ComediHa!, Andrée Watters aura le mandat de vendre et de créer des spectacles corporatifs sur mesure ainsi que des spectacles destinés aux festivals et au milieu scolaire, autant humoristiques que musicaux.

Il faut dire que la chanteuse et femme d’affaires pratique ce métier depuis déjà une quinzaine d’années dans l’ombre. Après avoir connu un premier succès comme productrice avec la tournée Girls Wanna Have Fun!, qui a duré plus de 10 ans, Andrée Watters a compris qu’elle était encore plus heureuse derrière les projecteurs. 

«Ç’a été le projet qui a fait en sorte que j’ai bâti une liste de clients, de festivals, d’événements corporatifs qui me rappelaient année après année, confie-t-elle à l’autre bout du fil. Avec les années, cette fibre entrepreneuriale a pris toute la place.»

Elle a été derrière la tournée Country Rock ainsi que quelques spectacles jeunesse, dont celui d’Ari Cui Cui.

Andrée Watters est aussi agente de spectacles pour le compte de son amoureux, Sylvain Cossette. Son embauche chez ComediHa! ne l’empêchera pas de continuer de travailler avec lui.

Andrée Watters
Photo Agence QMI, Andréanne Lemire

Un «cadeau»

Depuis maintenant deux ans, Andrée Watters se consacre entièrement à son travail derrière les projecteurs et ne monte plus sur scène. Sa solide expertise dans le milieu a amené ComediHa! à la recruter. 

«C’est un beau défi pour moi de prendre toutes mes connaissances et de les adapter pour l’humour. Et ce qui est intéressant, c’est qu’au-delà de la vente, je participe à la création des spectacles», dit-elle. 

Mais, plus encore, elle considère cet emploi comme un «cadeau». «On ne va pas se cacher qu’en ce moment, dans le milieu des arts vivants, les offres d’emploi ne coulent pas à flots», explique-t-elle. 

Mais n’est-ce pas un moment bizarre pour commencer un emploi dans le milieu du spectacle, où tout est à l’arrêt? 

«Oui, mais nous, on veut être prêts quand les activités vont reprendre. Quand ça va repartir, ça va aller très vite», estime Andrée Watters.