/entertainment/music
Navigation

Dans le monde d’après, les ex-Daft Punk avancent toujours masqués

Dans le monde d’après, les ex-Daft Punk avancent toujours masqués
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Un album solo, de la production pour d’autres, des B.O. de films ou de jeux vidéo: «Tout est ouvert» pour les deux membres de l’ex-duo Daft Punk, lesquels ont toujours «tendance à jaillir là où on ne les attend pas», décrivent pour l’AFP les connaisseurs du groupe. 

• À lire aussi: Daft Punk: les robots se débranchent

«Personne n’est jamais arrivé à se mettre dans leurs têtes: c’est dur de percer le casque des robots», dit pour l’AFP Patrice Bardot, l'une des signatures de la bible Electrorama, 30 ans de musique électronique française (Marabout).

«La musique, chez eux, est très facile à cerner, ultraréférencée, mais pour ce qui est de leur personnalité, c’est plus compliqué», acquiesce Yves Bigot, coauteur avec Michel et Camille Goujon de Daft Punk - Incognito (l’Archipel). 

Nul ne les voit s’arrêter, en tout cas. Poussé par l’AFP à filer la métaphore de deux robots qui disparaissent pour devenir des étoiles, Jean-Michel Jarre, figure tutélaire de l’électro, a rebondi: «Non, les étoiles, ce sont des astres que l’on voit quand ils sont morts. Eux sont bien vivants et vont continuer leur carrière.»

Passeront-ils par la case album solo? C’est ce qui arrive en général avec les duos de la French touch, comme les deux membres de Air, Nicolas Godin et Jean-Benoît Dunckel, qui en sont à plusieurs projets personnels. Un album de Gaspard Augé, moitié de Justice, est également annoncé par la presse spécialisée. 

Derrière la caméra? 

Patrice Bardot dépeint, pour les ex-Daft, «un après qui correspond déjà à un avant», puisque depuis leur dernier album Random Access Memories (2013, porté par le succès Get Lucky), ils se sont «occupés chacun de leur côté».

Thomas Bangalter, 46 ans, a en effet signé la B.O. de films de Gaspar Noé, tandis que Guy-Manuel de Homem-Christo, 47 ans, a travaillé avec Charlotte Gainsbourg et produit Sébastien Tellier.

«Oui, ils ont déjà produit pour d’autres, mais entre musiques pour le cinéma, pour jeux vidéo ou films d’animation, il y a tellement de possibilités, sans oublier que le cinéma les intéresse aussi derrière la caméra», prolonge Yves Bigot.

Le petit film vidéo annonçant leur séparation lundi est ainsi tiré d’Electroma, long métrage réalisé en 2006 par le binôme casqué. «Est-ce qu’il y aura la même hystérie autour d’un projet de Bangalter ou de Homem-Christo? Je n’en suis pas sûr, c’était l’alliance des deux qui produisait cet effet, il n’y a qu’à voir l’annonce de leur séparation: on a l’impression qu’ils sont morts», commente encore Patrice Bardot.

«Tout est ouvert, je me demande même s’il n’y aura pas un dernier album qui s’appellera Epilogue», s’amuse Yves Bigot. C’est le titre choisi pour le clip de 8 min devenu viral lundi, clap de fin de 28 ans de collaboration.

«Ils vont rester cachés»

Pourraient-ils, à l’instar de SebastiAn, autre acteur de la French touch, mettre en sons des défilés de mode? «Ils seront attirés par des projets sur lesquels ils auront une grande indépendance, car ils n’ont pas besoin d’argent, nuance Patrice Bardot. Ils ont tendance à jaillir là où on ne les attend pas.»

Yves Bigot souligne cette donnée «difficile à intégrer quand on parle d’artistes français: ils sont des stars de surface planétaire, à l’abri du besoin pour des générations». «Et avec leur aura, les gens qu’ils vont solliciter vont forcément dire oui, développe-t-il. Qui peut les refuser? Spielberg, Coppola? Et encore, Sofia Coppola a eu Air pour une B.O., le père pourrait vouloir le cran au-dessus (rires).»

Jean-Michel Jarre serait «absolument heureux de travailler avec l’un ou l’autre».

Quoi qu’il advienne, «ils ne vont pas changer de politique, ils vont rester cachés», avance Patrice Bardot. Yves Bigot ne voit pas non plus «l’un d’entre eux devenir juré pour l’émission The Voice (rires)». «Guy-Manuel est de toute façon timide, c’est celui qui parle le moins en interview, et Thomas ne va pas devenir David Guetta», poursuit-il.  

«Et rien ne leur interdit, plus tard, de se reformer, il y a plein d’exemples dans l’histoire de la musique», conclut Yves Bigot. La machine à rumeurs autour de Daft Punk n’a pas fini de tourner à plein régime.