/news/transports
Navigation

Tramway: le maire Juneau s’inquiète pour le terminus Le Gendre

text1
illustration d’archives, ville de Québec En juin dernier, le maire de Québec, Régis Labeaume, dévoilait des esquisses du terminus Le Gendre, qui serait situé vis-à-vis les bretelles d’accès à l’autoroute Félix-Leclerc et légèrement en retrait de l’avenue Blaise-Pascal.

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Saint-Augustin-de-Desmaures s’inquiète du sort que réservera le gouvernement Legault au terminus Le Gendre pour le futur tramway.

La plus récente proposition du gouvernement caquiste, faite à la Ville de Québec, prévoyait la disparition d’un tronçon majeur à l’extrémité ouest, entre Sainte-Foy et Cap-Rouge.

« C’est sûr que le tracé jusqu’à Le Gendre, on le voit d’un bon œil. Personne n’a la prétention de dire que le tramway devrait se rendre jusqu’au cœur de Saint-Augustin, mais c’est bon qu’il s’en approche à ce point-là. Si ça recule beaucoup (à Sainte-Foy), c’est sûr que ça ne sera pas une bonne nouvelle », confie Sylvain Juneau en entrevue.

Ce dernier rappelle que les Augustinois paient aussi pour le RTC via leur quote-part d’agglomération.

Pragmatique, il garde néanmoins espoir que l’antenne Le Gendre sera bien desservie, quel que soit le mode.

Commentant les récents développements, Marie-Hélène Vandersmissen, directrice du Département de géographie à l’Université Laval, trouve « vraiment très étrange (sinon incohérent) que, d’une part, la CAQ se soit plainte que le réseau structurant proposé par la Ville de Québec ne desservait pas assez les banlieues, et que, dans sa nouvelle mouture, la CAQ propose de couper des portions qui desservaient justement certaines banlieues : vers Charlesbourg et vers Sainte-Foy–Cap-Rouge ».

Conseils de quartier préoccupés

La plupart des dirigeants des conseils de quartier (CDQ) interrogés mardi par Le Journal regrettent le fait de nager en plein brouillard avec les différents scénarios qui semblent désormais sur la table pour le tramway.

Marie-Ève Normandeau, présidente du CDQ de la Pointe-de-Sainte-Foy, mentionne que « la très grande majorité des résidents du secteur seraient déçus qu’il y ait des modifications au tracé qui entraîneraient une perte de desserte du tramway ». 

Réaction semblable du côté de Jean-François Vallée, président du CDQ de Lairet, entre Limoilou et Charlesbourg.

« C’est un peu ce qu’on redoutait de notre côté. On ne croit pas que le tramway puisse ne pas passer à Lairet », souffle-t-il, en se disant toutefois ouvert au « compromis » d’un terminus est situé au niveau de la 41e Rue.

À Charlesbourg, du côté du CDQ des Jésuites, on n’accepte pas l’idée de couper la portion la plus au nord du tracé et on insiste pour que le tramway soit considéré comme un outil de revitalisation économique.

—Avec la collaboration de Stéphanie Martin

À VOIR AUSSI