/sports/opinion/columnists
Navigation

Le temps est venu de réagir

Canadiens c Oilers
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin Jake Allen est meilleur que Carey Price depuis le début de la saison.

Coup d'oeil sur cet article

Après avoir gagné cinq de ses sept premiers matchs, le Canadien n’en a gagné que quatre à ses dix derniers. Il faut redresser la barque et le temps presse, car on se rapproche d’une inconfortable lutte pour une participation aux séries éliminatoires. 

Les Maple Leafs de Toronto ont lancé un message clair qu’ils sont l’équipe à battre dans la division Nord, et les Oilers d’Edmonton sont en feu. Les Jets de Winnipeg forment toujours une équipe redoutable. Ils affronteront le CH dans quatre de ses six prochains matchs.  

Il y a un peu de marge d’espace derrière, mais le Canadien devra se ressaisir. Toutes les équipes s’ajustent au cours d’une saison et le Tricolore est un peu victime de son bon départ. Tout le monde le prend au sérieux maintenant.  

Claude Julien a dû effectuer des modifications et, présentement, il y a un peu d’instabilité. On se cherche et la confiance s’est effritée. Ce qui m’inquiète, c’est que je ne vois pas de sentiment d’urgence. Tout le monde semble à l’aise.  

C’est bien beau dire qu’on a une meilleure formation et qu’on accepte son rôle parce qu’on a plus de profondeur, mais j’aimerais voir un peu plus de chien de la part des Brendan Gallagher, Phillip Danault et Tomas Tatar, par exemple.  

Afficher de la fougue 

Ces gars-là ont formé le premier trio du Canadien depuis deux ans et j’aimerais sentir qu’ils veulent regagner leur place. Gallagher ne marquera pas 30 buts chaque saison, mais il n’affiche pas la même fougue qu’avant.  

On a aussi besoin de Carey Price. Celui qui joue comme un gardien à 10 millions présentement est Jake Allen.  

Price doit être le meilleur gardien sur une patinoire neuf fois sur dix, mais, jusqu’à présent, c’est du 50-50. Il faut absolument le relancer, mais il doit jouer. Il n’a pas encore obtenu trois départs d’affilée et dès qu’il montrera des signes encourageants, Julien devra lui donner une série de matchs afin qu’il retrouve son synchronisme. 

Il en a besoin et lâchez-moi avec les histoires de fatigue. On exagère avec ça et ce n’est pas normal qu’un gardien numéro un soit limité à des séquences de deux départs. Price a connu une excellente sortie le 13 février contre Toronto et j’aurais aimé le voir partir sur une lancée, mais le calendrier a donné un congé de sept jours au Canadien. 

Tout était donc à recommencer pour Price, samedi contre les Leafs. Je sais que ce n’est pas facile à comprendre pour ceux qui n’ont pas été gardiens, mais on ne peut pas allumer l’interrupteur comme ça. Jake Allen est habitué à jouer un match par semaine, mais pas Price.  

Les grands moyens ?

Price doit faire un ajustement, mais il doit se retrouver rapidement, sinon Julien devra peut-être prendre les grands moyens et donner quelques départs d’affilée à Allen, qui lui donne les meilleures chances de gagner présentement. 

Ça ne veut pas dire que si Allen joue deux, trois ou quatre matchs consécutifs, il devient soudain le numéro un, mais là, il est temps d’accumuler des points au classement.  

Je comprends ce que Price vit présentement, mais je le trouve un peu trop gentil. Il accepte Allen et c’est parfait, mais il doit se fouetter et clairement montrer que le meilleur, c’est lui. Ça me chicote de l’entendre dire qu’il joue bien après des performances moyennes et, jusqu’à présent, Price joue comme un gardien moyen. 

Son grand talent l’empêche d’être très mauvais, mais il doit faire beaucoup mieux. Il doit être au Canadien ce que Connor McDavid est aux Oilers ou ce que Patrick Kane est aux Blackhawks. C’est son rôle. Il doit changer la donne.  

Entrefilets 

Décor paradisiaque

Malgré la glace fondante samedi après-midi, la LNH a réussi un bon coup en cette période de pandémie en présentant deux matchs extérieurs à Lake Tahoe dans un décor magnifique. C’était une occasion unique, car on retournera probablement dans les grands stades l’an prochain. C’est toujours risqué de défier le soleil d’après-midi et la LNH devra se pencher sur ce problème. 

McDavid époustouflant

Canadiens c Oilers
Photo AFP

Connor McDavid est extraordinaire. Il a eu un match de cinq points samedi, mais c’est surtout sa façon de jouer qui est hallucinante. Il crée des chances de marquer à partir de rien avec sa grande vitesse et ses mains magiques. Il peut tout faire sur la patinoire, ce qui le rend totalement imprévisible. Si les Oilers peuvent apprendre à fermer le jeu davantage et que leurs gardiens tiennent le coup, ils seront dangereux. 

Et de 1000 pour Crosby !

Canadiens c Oilers
Photo AFP

Sidney Crosby a joué son 1000e match dans la LNH, malheureusement dans un amphithéâtre vide. Je l’ai affronté souvent et chaque fois qu’il était sur la patinoire, le jeu se passait dans ma zone. J’ai compris rapidement à quel point il voulait être le meilleur. Il était venu me voir après un match au Colorado et on ne se connaissait pas. Je lui avais volé un but en plongeant et en étirant mes bras vers le haut pour couvrir le filet à découvert. Il n’avait pas 20 ans et il m’avait demandé si j’avais pris ma décision de couvrir le haut avant qu’il ne décoche son tir, ou après. Il cherchait à comprendre la façon de penser des gardiens. Un perfectionniste. 

Agrandir les filets ? Non merci !

Canadiens c Oilers
Photo d'archives, Martin Alarie

Ken Dryden a relancé un vieux débat en écrivant qu’il faut agrandir les filets. Je ne suis pas de cet avis. Donnez du temps et de l’espace aux joueurs modernes et ils vont traverser les gardiens même s’ils mesurent 6 pi 6 po. La qualité des tirs des poignets aujourd’hui est nettement supérieure à celle de mon époque, et les joueurs sont beaucoup plus créatifs.

– Propos recueillis par Gilles Moffet