/entertainment/shows
Navigation

Traitement à l'endroit de Denise Bombardier: Télé-Québec se défend de faire de l’âgisme

Denise Bombardier
Capture d'écran, Télé-Québec Denise Bombardier était l’invitée de Marie-Louise Arsenault lors de l’émission Dans les médias du 17 février à Télé-Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Ciblé par de nombreux commentaires de téléspectateurs, dont plusieurs déçus du traitement réservé à Denise Bombardier lors de son émission Dans les médias, Télé-Québec se défend de faire de l’âgisme, malgré les questions insistantes de son animatrice Marie-Louise Arsenault faisant référence à l’âge de notre chroniqueuse.

• À lire aussi: Denise Bombardier nie toute hostilité

Catherine Leboeuf, chef du Service des relations publiques et de presse à Télé-Québec, n’a pas vu la question de Marie-Louise Arsenault, en fin d’entrevue, comme étant une prise de position.

«Nous sommes à l’aise avec ce segment qui était une question et non une prise de position», a-t-elle indiqué, lors d’un entretien téléphonique.

Dans une chronique publiée mardi matin, dans les pages d’opinions du Journal de Montréal et du Journal de Québec, Denise Bombardier est revenue sur cette émission où l’animatrice a fait référence à ses 80 ans et lui a demandé comment on faisait pour demeurer pertinente à cet âge.

  • Écoutez Denise Bombardier au micro de Richard Martineau sur QUB radio:

Sur la page Facebook de l’émission et de Télé-Québec, une centaine de téléspectateurs ont réagi à la suite de cette entrevue. Les commentaires sont partagés. Certains défendent l’animatrice, mais plusieurs se sont aussi portés à la défense de Denise Bombardier, notamment sur la question de son âge et de sa notoriété.

Catherine Leboeuf précise que les animateurs des émissions d’affaires publiques sont des journalistes. Il n’existe pas de règles et de normes précises à suivre concernant ce qu’ils peuvent dire ou pas.

«Les animateurs sont choisis parce qu’ils font bien leur travail et pour leurs qualités journalistiques. On leur fait confiance. On ne se met pas derrière leurs épaules pour leur dire quoi faire», a-t-elle ajouté.

Surprise

Marie-Louise Arsenault avoue avoir été surprise par la sortie de Denise Bombardier dans sa chronique publiée mardi matin. Elle n’a jamais voulu faire de l’âgisme à l’endroit de la chroniqueuse. Sa question n’était pas une prise de position.

«J’espère sincèrement que les gens peuvent comprendre que de soulever des questions ne signifie pas obligatoirement prendre position. Madame Bombardier nous a par ailleurs semblé très satisfaite de la discussion que nous avons eue ensemble à cet égard», a fait savoir Marie-Louise Arsenault, par courriel.

L’ADN de l’émission, précise-t-elle, est de générer des discussions de fond sur des sujets qui sont souvent éludés dans les médias.

«Il n’est par conséquent pas surprenant que les débats qui y sont soulevés fassent réagir. C’est l’objectif premier du concept, de poser des questions franches et directes pour susciter des réflexions.

«La question posée avait un lien, a expliqué l’animatrice, avec une chronique intitulée Biden Trop Vieux? publiée le 18 janvier dernier, qui parlait d’âgisme.

«C’est dans ce contexte que la question lui a été posée, sur la table qu’elle avait mise elle-même publiquement», a fait remarquer Marie-Louise Arsenault. 

Ce qu’il s’est dit...  

Voici des extraits de l’échange entre Marie-Louise Arsenault et Denise Bombardier...   

  • MLA : « Vous avez eu 80 ans il y a quelques semaines. Pour l’occasion, vous avez consacré une chronique sur l’âgisme. Est-ce que vous avez été victime d’âgisme ? »   
  • DB : « Bien sûr, encore la semaine dernière, il y a quelqu’un qui m’a écrit pour me dire qu’il était pour me mettre dans un CHSLD avec Legault et je ne me souviens plus qui et puis qu’il était pour me mettre deux masques et ben de la chaleur, autrement dit, je vais vous tuer. Vous avez dit mon âge... »   
  • MLA : « Comment on fait pour rester pertinente à 80 ans ? C’est une vraie question-là. On fait comment ? »   
  • DB : « On fait marcher son cerveau. Moi, j’ai de la chance parce que j’ai une bonne santé et une énergie presque mystérieuse. Je ne suis jamais fatiguée. »   
  • MLA : « Est-ce que ça vous arrive de vous demander, moi ça m’arrive de me le demander, à quel âge on arrête d’être pertinent ? Est-ce que vous vous la posez cette question ? »   
  • DB : « Pas du tout. Savez-vous quand je vais être impertinente, c’est quand je vais être dans mon cercueil. C’est tout. »