/news/transports
Navigation

Tramway de Québec: le gouvernement Legault «met en péril le projet», s’insurgent quatre organismes environnementaux

Coup d'oeil sur cet article

Au lendemain du point de presse remarqué du maire Labeaume, quatre organismes environnementaux ont accusé le gouvernement Legault de «mettre en péril le projet» de réseau structurant de transport en commun de Québec.

C’est ce qu’on pouvait lire mardi, en fin de matinée, dans un communiqué de presse signé par Accès transports viables, le Conseil régional de l’environnement de la Capitale-Nationale, Équiterre et Vivre en Ville. 

À leurs yeux, les plus récentes propositions du gouvernement Legault «ne constituent pas des améliorations au projet, mais une remise en question qui s’apparente à un abandon pur et simple du projet actuel et contraindrait la région à repartir de zéro». 

Lundi, le maire Labeaume a révélé une partie de ses pourparlers des derniers mois avec le gouvernement au sujet du tracé du tramway. On a entre autres appris que le palier provincial voulait couper le tracé de moitié, notamment à Le Gendre, à Charlesbourg et dans une partie de Limoilou. 

L’abandon du segment situé dans le secteur Le Gendre, où le garage du tramway doit normalement être construit, «générerait un important retard qui compromettrait la présence de consortiums qualifiés. Cette remise en question, à ce niveau d’avancement du projet, s’apparente à du sabotage pur et simple du projet sous le prétexte fallacieux de tenter de desservir la banlieue», estiment les quatre organisations.  

Appel au premier ministre Legault

Dénonçant «le manque de leadership du gouvernement», les signataires ont regretté «la cacophonie et la discorde qui règnent dans la région et qui risquent sérieusement de retarder le projet, ce qui pourrait lui être fatal et priver la région de 3,3 milliards de dollars d’investissements». 

Une intervention du premier ministre Legault est ainsi exigée afin «de reprendre le leadership du dossier et d’assurer la réalisation du projet sans tarder s’il veut respecter ses engagements», lit-on.