/opinion/columnists
Navigation

Trump et sa famille iront-ils en prison?

Coup d'oeil sur cet article

C’est la question qui se pose maintenant que la Cour suprême des États-Unis, à l’unanimité, a décidé que Donald Trump doit remettre ses documents comptables au procureur du district sud de Manhattan qui enquête sur ses possibles malversations financières et celles de sa famille. 

En 2019, le procureur Cyrus Vance avait demandé huit ans de déclarations de revenus de Trump à son ancien cabinet comptable, Mazars USA.

Les enquêteurs recevront donc les dossiers fiscaux et les états financiers de Trump depuis 2011, qu’il tente de leur soustraire depuis des années. Leur seront aussi transmis les avis des comptables qui les ont préparés et les données et informations financières brutes sous-jacentes, qui pourraient se révéler embarrassantes.

Une vingtaine d’enquêtes criminelles, civiles et fiscales sont présentement diligentées contre Trump. Il est tout à fait improbable qu’aucune ne mène à une inculpation et à une condamnation. Sa fille et ses deux fils pourraient également être accusés de complicité. Voici deux axes d’enquêtes qui pourraient aboutir assez rapidement.

Des « frais juridiques » pour une star du porno

L’une d’elles porte sur des paiements, lors de l’élection présidentielle de 2016, à une star du porno qui affirmait avoir eu des relations sexuelles avec Trump. Son ancien avocat, Michael Cohen, a écopé de trois ans de prison relativement à cette affaire.

Trump aurait ordonné à Cohen d’effectuer le paiement secret, qui aurait dû être déclaré conformément aux lois sur le financement de la campagne présidentielle parce qu’il avait été fait dans le but d’aider Trump à remporter les élections. Cohen a déclaré que Trump avait donné son feu vert à un paiement de 130 000 $ à la femme avant les élections, et lui avait ensuite remboursé l’agent, faussement facturé comme des « frais juridiques ».

Ivanka, Donald Jr, Eric, dans le pétrin avec papa

Les procureurs new-yorkais soupçonnent aussi l’ex-président de mentir sur la valeur de ses biens. Cohen a déclaré sous serment devant une commission du Congrès que Trump gonflait souvent la valeur de ses actifs lorsqu’il traitait avec des prêteurs ou des partenaires commerciaux potentiels, mais les dégonflait lorsque cela lui était bénéfique à des fins fiscales.

L’automne dernier, le New York Times avait révélé que Trump a déduit 26 millions de dollars de « frais de consultation » en tant que dépense d’entreprise entre 2010 et 2018, dont une partie aurait été payée à sa fille Ivanka, salariée de la Trump Organisation. Les frais, qui ont réduit le revenu imposable de Trump, font l’objet de l’enquête pour fraude fiscale, ainsi que d’une enquête civile distincte par l’État de New York. Les enquêteurs tentent également de déterminer si ses deux fils, Eric et Donald Jr, qui étaient aussi à l’emploi de leur père, ont également reçu de tels « honoraires de consultation » parallèles pour les mêmes raisons.