/finance/business
Navigation

Le Québec perd un pionnier et un philanthrope

L’homme d’affaires était aussi un passionné de sport et avait à cœur la cause des enfants malades et handicapés

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec a perdu un grand bâtisseur, jeudi, à la suite du décès à l’âge de 87 ans de l’homme d’affaires Maurice Tanguay.

• À lire aussi: Maurice Tanguay: la disparition d’un bâtisseur et grand amateur de sport

En fin de journée, les hommages sont venus de partout. Le Québécois était un modèle pour les entrepreneurs, les sportifs, mais également pour de nombreuses familles d’enfants handicapés.

Le 10 mai 2018, devant son épouse, Madeleine, ses enfants, ses petits-enfants et plus de 200 convives, Maurice Tanguay avait reçu de grands hommages pour avoir versé plus d’un million de dollars pour le développement de l’Hôtel-Dieu de Lévis.
Photo d'archives
Le 10 mai 2018, devant son épouse, Madeleine, ses enfants, ses petits-enfants et plus de 200 convives, Maurice Tanguay avait reçu de grands hommages pour avoir versé plus d’un million de dollars pour le développement de l’Hôtel-Dieu de Lévis.

« Nous perdons évidemment un père et un grand-père aimant et un chef de famille qui a été notre guide et notre inspiration. Il nous a inculqué des valeurs qui étaient les siennes et nous nous assurerons de les perpétuer », a rapidement écrit son fils Jacques.

Maurice Tanguay s’est éteint paisiblement chez lui, à Lévis. Il laisse dans le deuil son épouse, Madeleine, ses enfants, Jacques, Hélène et France, ainsi que ses petits-enfants.

Né en 1933 à Saint-Philémon dans Bellechasse, Maurice Tanguay était aussi reconnu comme un passionné de sport et un important philanthrope. Ancien du Collège de Lévis, il avait démarré sa première entreprise dans le domaine de l’automobile.

Au début des années 60, un premier magasin de meubles a ouvert ses portes à Lévis. En peu de temps, Ameublements Tanguay est devenu une institution avec un service à la clientèle innovateur. L’entreprise compte plus de 1300 employés.

Maurice Tanguay lors de l’inauguration du troisième magasin Signature Maurice Tanguay situé sur la rue Armand-Viau à Québec, le 9 mars 1994.
Photo d'archives
Maurice Tanguay lors de l’inauguration du troisième magasin Signature Maurice Tanguay situé sur la rue Armand-Viau à Québec, le 9 mars 1994.

Un homme généreux

En 1991, il met sur pied la Fondation Maurice-Tanguay, qui vise à aider les enfants handicapés de l’Est-du-Québec.

Toujours avec beaucoup d’émotions, il se rendait lui-même rencontrer de nombreux jeunes dans le besoin.

« Ça touche au cœur une histoire comme ça. On va les aider au maximum. On peut faire n’importe quoi, c’est à eux de demander », avait-il confié au Journal en 2016 à la suite du grave accident d’un adolescent de 15 ans. Ces propos décrivent parfaitement la nature de son action caritative.

En novembre 2009, le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, le maire de Québec, Régis Labeaume, le boxeur Lucian Bute, Maurice Tanguay et son fils Jacques sont réunis à l’occasion d’un gala de boxe au Colisée Pepsi qui oppose Bute à Librado Andrade.
Photo d'archives
En novembre 2009, le président et chef de la direction de Québecor, Pierre Karl Péladeau, le maire de Québec, Régis Labeaume, le boxeur Lucian Bute, Maurice Tanguay et son fils Jacques sont réunis à l’occasion d’un gala de boxe au Colisée Pepsi qui oppose Bute à Librado Andrade.

« C’était un grand homme d’une générosité incroyable », a commenté Samuel Bruneau, qui a bénéficié de l’appui de la Fondation.

En 1995, Maurice Tanguay a pris la tête d’un groupe d’investisseurs pour déménager une franchise de hockey junior qui deviendra l’Océanic de Rimouski.

Le 30 octobre 2011, Maurice Tanguay, alors propriétaire de l’Océanic de Rimouski, serre la main de Jérôme Gauthier-Leduc avant le match contre les Tigres de Victoriaville.
Photo d'archives
Le 30 octobre 2011, Maurice Tanguay, alors propriétaire de l’Océanic de Rimouski, serre la main de Jérôme Gauthier-Leduc avant le match contre les Tigres de Victoriaville.

M. Tanguay a aussi participé à la naissance du Rouge et Or football de l’Université Laval. 

Des distinctions

Le 7 juin 2012, Maurice Tanguay a reçu l’Ordre national du Québec des mains du premier ministre Jean Charest à l’Assemblée nationale.
Photo d'archives
Le 7 juin 2012, Maurice Tanguay a reçu l’Ordre national du Québec des mains du premier ministre Jean Charest à l’Assemblée nationale.

Maurice Tanguay est membre de l’Académie des grands Québécois et membre de l’Ordre du Canada. Il a été intronisé au Temple de la renommée de la LHJMQ et fait officier de l’Ordre national du Québec.

Il a également été intronisé au Panthéon des sports du Québec. À l’Hôtel-Dieu de Lévis, l’Unité mère-enfant porte son nom depuis 2018.  

— Avec la collaboration de Jean-Michel Genois Gagnon

Un homme apprécié de tous  

« On se souviendra de son exceptionnelle contribution à la société québécoise. » 

– François Legault, premier ministre du Québec

« ... il laissera à tout jamais un immense legs pour nos citoyens. »

– Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec

« Notre père était un homme de grande générosité, notamment auprès des enfants malades, handicapés et de leurs familles. Son implication était intense, constante et nous l’avons toujours partagée avec la communauté. »

– Jacques Tanguay

« C’est une énorme perte pour la communauté d’affaires de la grande région de Québec. Un bâtisseur comme M. Tanguay dans une ville et une région, c’est rare et exceptionnel. »

– Régis Labeaume, maire de Québec

« Sa contribution exceptionnelle aura permis de faire rayonner notre ville au-delà de ses frontières. Il est à jamais une source d’inspiration extraordinaire pour la communauté d’affaires de Lévis, mais également pour toute notre population. »

– Gilles Lehouillier, maire de Lévis

« Il était d’abord et avant tout un homme de cœur et de famille. Sa sensibilité aux œuvres caritatives, particulièrement celle des enfants malades, était inspirante tant elle était sincère. »

– Gérard Deltell, député fédéral de Louis-Saint-Laurent

« C’était une idole pour plusieurs personnes dans l’industrie. C’est un pilier qu’on perd. C’est une personne qui a eu énormément d’impact que ce soit du point de vue des affaires, du sport ou de la Fondation Maurice-Tanguay. »

– Jean Laflamme, président de Meubles South Shore