/news/transports
Navigation

Tramway: des experts se prononcent sur les changements proposés

Coup d'oeil sur cet article

Le maire de Québec a révélé cette semaine des scénarios qui ont été sur la table pour le tracé du tramway au cours des derniers mois. Le Journal a demandé à deux experts d’analyser les changements proposés et de donner leur point de vue sur les avantages et inconvénients de retirer ou d’ajouter certains segments du parcours de 22 km 

• À lire aussi: Tramway à Québec: l’opposition dénonce une mascarade de la CAQ

• À lire aussi: Le tracé ne sera «pas complètement charcuté»

Les experts   

Jean Dubé

Photo courtoisie
  • Économiste, professeur titulaire et directeur de l’École supérieure d’aménagement du territoire et de développement régional à l’Université Laval        

Fanny Tremblay-Racicot

photo courtoisie
  • Professeure adjointe à l’École nationale d’administration publique        

Oublier le segment vers Charlesbourg     

Fanny Tremblay-Racicot

L’achalandage prévu à Charlesbourg est sensiblement le même qu’à D’Estimauville, mais le potentiel de redéveloppement vers Beauport est plus grand, selon elle.

« Il y a davantage de secteurs défavorisés vers Beauport », ce qui milite en faveur du passage du tramway dans ce secteur plutôt que dans Charlesbourg. 


Jean Dubé

« Le justificatif que je vois derrière [le retrait de Charlesbourg], c’est de sauver de l’argent. [...] Je ne vois pas beaucoup où on peut couper d’autre. » 

Retirer la portion nord de Limoilou     

Jean Dubé

Les gens de Limoilou sont déjà des utilisateurs et ont une facilité de se tourner vers le transport en commun.

La part modale est élevée et c’est un secteur où tu as des possibilités de consolider cette part modale. Limoilou est une valeur sûre pour le transport collectif.

C’est plus prudent d’investir là d’abord, quitte à étendre vers D’Estimauville dans une phase subséquente.


Fanny Tremblay-Racicot

L’option proposée par le gouvernement passerait quand même par Limoilou. Les gens de Limoilou qui utilisaient déjà le transport collectif vont continuer d’embarquer.

Si on veut aller chercher une nouvelle clientèle, on a plus de potentiel de gains dans l’axe D’Estimauville que dans l’axe 1re Avenue. 

Abandonner la desserte de Le Gendre     

Fanny Tremblay-Racicot

« C’est une bonne idée. [En amenant le tramway à Le Gendre], on vient s’étaler à l’intérieur même du périmètre d’urbanisation. Ensuite, avec cette stratégie de stationnement incitatif, on permet aux gens qui habitent à l’extérieur de la ville d’habiter le plus loin possible. Ça favorise donc aussi l’étalement à l’extérieur du périmètre d’urbanisation. »

Le secteur prévoit aussi des densités très faibles, dit-elle, et le garage peut très bien être construit à D’Estimauville.


Jean Dubé

La question de l’emplacement du centre principal d’entretien est « fondamentale », selon lui.

« Le plus gros argument de pourquoi on veut se rendre à la sortie Le Gendre, c’est parce que ce n’est pas construit, on a de la place pour mettre les garages, et surtout on ne va pas troubler la quiétude des résidents autour par le bruit qui émane des garages. »

Le rabattement des navetteurs de l’ouest du territoire vers le secteur de la tête des ponts occasionnerait des problèmes de congestion.

L’idée serait de rabattre des métrobus vers le pôle, mais les bus seront eux aussi pris dans le trafic, affirme l’expert. 

Implanter une ligne vers D’Estimauville     

Jean Dubé

C’est un pari risqué d’amener le transport lourd dans ce secteur peu développé.

« L’intérêt, c’est de revitaliser le secteur. Le hic, c’est que ça fait 20 ans qu’on veut le revitaliser et qu’on met de l’argent dedans et que ça ne marche pas. On va faire porter le fardeau du développement du secteur au transport en commun, qui est déjà pas très utilisé comparativement à d’autres villes. »

L’argument de la desserte du mégahôpital et des bureaux de fonctionnaires est valable, mais il faut d’abord couvrir Limoilou, selon lui.

Installer le garage à D’Estimauville serait un frein au développement, car peu de gens souhaitent s’installer près d’une telle infrastructure. 


Fanny Tremblay-Racicot

« Le tracé de D’Estimauville a davantage de potentiel parce que c’est un pôle au schéma d’aménagement, il passe par la gare de train, la SAAQ. Il y a tout le projet du littoral est et de D’Estimauville à requalifier. Il y a un plus gros potentiel de requalification. On peut ainsi aller chercher une redevance de transport. »

Celle-ci peut être imposée aux promoteurs qui s’enrichiront le long du tracé.

« Le gouvernement pourrait obliger la Ville à prélever une redevance pour rembourser son investissement. »