/sports/hockey/remparts
Navigation

Remparts: Nathan Gaucher respire la confiance

Coup d'oeil sur cet article

Nathan Gaucher se révèle comme l’un des moteurs offensifs des Remparts depuis la reprise des activités saisonnières en janvier dernier, un succès qu’il attribue à sa confiance grandissante et à sa blessure à l’épaule du mois de novembre.

L’attaquant de 17 ans des Remparts avait raté les deux derniers matchs dans l’environnement protégé du Centre Vidéotron en novembre. Il comptait alors trois points et neuf tirs au but en six rencontres. 

16 points en 12 matchs 

La longue pause de deux mois lui a visiblement servi puisqu’il revendique depuis une fiche de 16 points, dont huit buts, en 12 matchs, en plus d’avoir décoché 33 rondelles au filet durant cette période.

« À mon retour de ma blessure après Noël, je crois que je suis revenu plus fort, on dirait que ma mentalité avait changé, a avoué le jeune homme. Il y a aussi ma confiance par rapport à la place que j’occupe dans l’équipe. Plus l’année avance, plus ça va mieux aller pour moi. »

Y a-t-il un aspect de son jeu dont il est le plus fier ? « C’est sûr que ma production offensive, j’en suis très fier. Mais en général, mon jeu s’est amélioré beaucoup sur 200 pieds. Mon jeu en zone défensive me permet aussi de créer beaucoup d’offensive. »

Toutefois, il n’y a pas que sur la feuille de pointage que l’imposant centre de 6 pi 3 po et 198 lb se démarque présentement, et son entraîneur a tenu à le rappeler. 

« La confiance joue toujours un rôle important pour n’importe quel athlète dans n’importe quel sport. Présentement, Nate a vraiment confiance en lui, a observé Patrick Roy. Je suis content qu’il ramasse des points, mais c’est beaucoup plus la façon dont il joue qui me préoccupe. »

Une paire solide

Gaucher, qui sera admissible au repêchage de la LNH de 2022, puisqu’il est considéré comme un late, dans le jargon, a développé avec son partenaire de trio James Malatesta une relation spéciale qui se fait sentir sur la glace.

« Je me rappelle lorsqu’on essayait de convaincre James de venir jouer chez nous, il parlait souvent de Nate, s’est souvenu Roy. On sentait que les deux avaient participé ensemble [avec Équipe Québec] aux [Jeux du Canada, NDLR] moins de 16 ans avec Martin Laperrière et dans d’autres événements. Quand on les a mis ensemble, on a senti qu’une bonne chimie existait entre les deux et elle fait juste continuer. » 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.