/sports/soccer/cf-montreal
Navigation

Thierry Henry quitte son poste: «une journée difficile»

L’entraîneur du CF Montréal quitte son poste pour des raisons familiales

Coup d'oeil sur cet article

Après Claude Julien, congédié par le Canadien mercredi, Thierry Henry a renoncé à son poste d’entraîneur-chef du CF Montréal, jeudi, invoquant des raisons familiales. 

• À lire aussi: Impact ou CF Montréal, la valse des entraîneurs se poursuit...

C’est inusité qu’il y ait un changement au poste d’entraîneur de deux équipes d’une même ville en moins de 24 heures.

« C’est avec le cœur lourd que j’ai décidé de prendre cette décision », a-t-il dit dans un communiqué puisqu’il n’était pas disponible pour rencontrer les médias.

« La dernière année a été extrêmement difficile pour moi personnellement. En raison de la pandémie mondiale, je n’ai pas pu voir mes enfants. »

Comme l’équipe s’apprête à disputer une autre saison au sud de la frontière, il devenait impensable pour Henry de revivre une autre année dans les mêmes conditions.

« Le timing est loin d’être parfait, mais il n’y a pas d’échéancier quand il s’agit d’une décision personnelle », a insisté le président du club, Kevin Gilmore.

Surprise

Contrairement à ce que tout le monde pensait, Thierry Henry était rentré à Montréal en janvier afin de préparer la prochaine saison en compagnie du directeur technique, Olivier Renard. Sa décision a donc causé un certain choc au sein de l’organisation.

« C’était une surprise parce que notre plan était qu’il soit ici à long terme afin de bâtir l’identité de cette équipe, en collaboration avec Olivier », a mentionné Gilmore, qui dit comprendre la décision d’Henry.

« Je crois que peu de gens peuvent comprendre à quel point la dernière saison a été difficile pour les équipes canadiennes, qui ont passé beaucoup de temps dans leurs valises et à l’hôtel.

« Quand on a embauché Thierry, personne n’avait imaginé qu’on traverserait une pandémie d’une telle importance, qu’elle déréglerait notre vie, alors je ne suis pas choqué par sa décision. »

Henry a fait part de sa décision à son personnel d’entraîneurs lors d’une visioconférence jeudi matin, puis il s’est adressé à ses joueurs de la même façon. 

Retour en Angleterre

Henry avait effectué sa quarantaine et avait recommencé à travailler au Centre Nutrilait.

« Il y a environ deux semaines, il m’a contacté en me disant qu’il avait des problèmes familiaux et m’a demandé de rentrer à Londres », a expliqué Olivier Renard. 

« Il y a eu du bruit dans les clubs anglais, mais il y a eu du blabla pour rien. Je peux vous confirmer qu’on n’a parlé à aucun club et il m’assure que lui non plus. »

Le directeur sportif a choisi de laisser du temps à son entraîneur afin qu’il puisse prendre une décision éclairée.

Je l’ai laissé réfléchir et il m’a contacté le 18 [février]. J’ai senti que la situation était plus négative que positive, alors on a enchaîné avec son agent pour voir ce que le club pouvait faire afin de ne pas le perdre.

« On a essayé de trouver les meilleures solutions, mais il a plusieurs enfants en bas âge et il savait qu’on allait voyager beaucoup. »

C’est finalement lundi qu’il a communiqué sa décision au CF Montréal.

« Par respect pour Thierry, j’ai commencé à faire une liste [de candidats] comme quand on va à l’épicerie, mais je n’ai contacté personne. Ça va se faire à partir de maintenant », a indiqué Renard, qui doit maintenant lui trouver un remplaçant.

Tête haute

Nommé entraîneur-chef le 14 novembre 2019, Henry n’aura passé qu’une seule saison à la barre de l’équipe, compilant une fiche de 8 victoires, 13 défaites et 2 matchs nuls en saison régulière de la MLS.

Dans les circonstances, on peut dire qu’il part la tête haute.

L’équipe a terminé la saison au 9e rang de l’Association Est et s’est inclinée devant le Revolution de la Nouvelle-Angleterre en première ronde des éliminatoires.

L’Impact d’alors a également atteint les quarts de finale de la Ligue des champions de la CONCACAF, s’inclinant devant Olimpia dans une série aller-retour dont les deux matchs ont été séparés par neuf mois.

Sans ne rien casser, Henry était en train d’installer un système prometteur qui était axé sur l’attaque et qui donnait un soccer plus intéressant à regarder.