/news/currentevents
Navigation

«Conseillé» de commettre un crime

Un homme de 48 ans est accusé de production de pornographie juvénile

Coup d'oeil sur cet article

Les enquêteurs de l’unité contre l’exploitation sexuelle des mineurs (ESM) du Service de police de la Ville de Québec ont procédé à l’arrestation, jeudi, d’un homme sans antécédents contre qui pèsent désormais de lourdes accusations criminelles.

Guy Boutin, 48 ans, a été formellement accusé de production de pornographie juvénile, mais aussi d’avoir « conseillé à un tiers de commettre une infraction de nature criminelle à savoir une agression sexuelle et un contact sexuel ». Cependant, bien que ces crimes aient été « conseillés » ils n’ont jamais été commis. 

Concernant la production de pornographie juvénile, les informations obtenues par Le Journal laissent croire qu’il s’agirait de production faite sous forme d’écrit. 

Rappelons que dans le Code criminel, la production de pornographie comprend toute représentation photographique, filmée et vidéo, réalisée ou non par des moyens mécaniques ou électroniques.

La définition fait également état de « tout écrit dont la caractéristique dominante est la description, dans un but sexuel, d’une activité sexuelle avec une personne âgée de moins de dix-huit ans ». 

Remise en liberté 

Comme Boutin ne possède pas d’antécédents judiciaires, le poursuivant Me Louis-Philippe Desjardins ne s’est pas opposé à sa remise en liberté. Boutin s’est toutefois engagé sous signature pour un montant de 2000 $ et il lui a été interdit par le tribunal de posséder tout matériel informatique lui permettant d’avoir accès à Internet. 

Il reviendra en cour le 20 avril prochain.